Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Humanisme et Entreprise

2014/1 (n° 316)


ALERTES EMAIL - REVUE Humanisme et Entreprise

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 67 - 90 Article suivant

Résumé

Français

Les designers sont de plus en plus amenés à intervenir au-delà de la seule interaction utilisateur-produit, en concevant des produits ou des services qui sont aussi économiquement viables et socialement responsables. Ils doivent donc être en mesure d’élargir leur vision de la valeur, d’autant plus qu’ils sont souvent amenés à défendre la valeur de leur projet auprès de décideurs. le business model peut permettre d’outiller en ce sens les étudiants designers dans la mesure où il permet d’explorer la valeur d’une innovation et de décrire la manière dont une entreprise crée et capture cette valeur. Or, une expérience de formation sur cet outil auprès d’étudiants designers de l’ENSCI nous a conduits à observer qu’ils ont des réticences et des difficultés à s’engager totalement dans l’exercice. Selon nous, ces difficultés peuvent être interprétées au prisme de l’identité professionnelle des designers. Nous décrivons d’abord comment la situation pédagogique peut être analysée en termes de conflits d’identité professionnelle et comment le business model peut être envisagé comme un objet-frontière pédagogique permettant de dépasser les frontières traditionnelles des métiers. Notre approche nous conduit ainsi à identifier trois dimensions dans les difficultés de motivation des étudiants designers : le territoire professionnel, les compétences et les valeurs des étudiants. Ceci nous amène à discuter le potentiel du business model en pédagogie pour ces publics et différentes pistes d’évolution.

Mots clés

  • Business model
  • design
  • identité professionnelle
  • pédagogie
  • innovation

English

Design takes a growing part in products and services innovation processes. Designers are now expected not only to focus on the value that emerges from the product-user interaction, but also to design economically sustainable and socially responsible offers. Thus, they need to broaden their vision of value, especially since they often need to argue the value of their projects with decision-makers. The Business model is a tool that can help designers doing so, inasmuch as it allows exploring the value of an innovation and describing the way a company can create and capture such a value. But design students seem to be reluctant to and have some trouble with engaging in a business model course. We argue that these difficulties can be analyzed through the lenses of designers’ professional identity. We first describe how the situation can be analyzed in terms of conflicts of professional identity and how the business model, can be envisioned as a pedagogical boundary object allowing designers to span their traditional professional boundaries. Drawing from a pedagogical experiment with students of a French Design school (ENSCI, Paris), our approach leads us to identify three dimensions in the restraint of the students’ motivations, which are linked to their professional identity: designers’ professional jurisdiction, their skills and the students’ values. This leads us to discuss the potential of the business model in design education and its possible evolutions.

Keyword(s)

  • Business model
  • design
  • professional identity
  • pedagogy
  • innovation

Plan de l'article

  1. Introduction
  2. 1 - Les étudiants de design face au monde du business : motivation et enjeux identitaires
    1. 1.1 - Les dimensions de la motivation des étudiants
    2. 1.2 - Face au monde du « business », l’identité des designers en question
  3. 2 - Le business model pour amener des designers à appréhender la valeur de l’innovation
    1. 2.1 - Les fonctions du business model
    2. 2.2 - Le business model comme objet frontière pédagogique
  4. 3 - Méthodologie
  5. 4 - Principaux résultats
    1. 4.1 - Business model et territoire professionnel des designers
    2. 4.2 - Business model et connaissances et savoir-faire des designers
    3. 4.3 - Business model et valeurs des designers
  6. 5 - Discussion et conclusion
    1. 5.1 - Sur la dimension « territoire » de l’identité (et l’intérêt à s’engager dans la tâche)
    2. 5. 2 - Sur la dimension « compétences » de l’identité (et le sentiment des étudiants d’être compétents)
    3. 5.3 - Sur la dimension des « valeurs » de l’identité (et le rapport au « Business »)
    4. 5.4 - Business model et mélange des publics en pédagogie ?

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback