Accueil Revues Revue Numéro Article

I2D – Information, données & documents

2015/2 (Volume 52)


ALERTES EMAIL - REVUE I2D – Information, données & documents

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Pages 1 - 1 Article suivant
1

Traduire une masse de données en une série de graphiques pour comprendre avant de prendre une décision, tel est le défi relevé par les datavisualiseurs. Passer ainsi de la « complexité à la simplexité », autrement dit être en mesure de trouver des solutions simples à des problèmes compliqués et ce, quel que soit le secteur d’activité, ne manquera pas d’attirer l’attention.

2

Scatterplots, bubble charts, treemaps ou sunbursts, etc., bien des moyens s’offrent à ceux qui voudraient s’y lancer. Un soupçon de storytelling, d’interactivité, de créativité, voire d’humour… pour obtenir de la dataviz ou « art d’organiser des données sous une forme graphique » des résultats esthétiques, ludiques, mais surtout - au-delà de ces seuls aspects - riches de connaissances nouvelles. Que de perspectives intéressantes lorsqu’on sait éviter les dérives !

3

Grâce à ce dossier, vous saurez tout sur la dataviz, ce qu’elle représente, ses processus, ce qu’elle permet de faire aujourd’hui et les recherches en cours. Une telle expertise vous paraît inaccessible ? Des formations sont là pour vous faire gagner en compétences.

4

Ce numéro d’I2D vous exhorte également à mettre de l’éthique dans le Big data ou encore à approfondir la question des normes et classements pour accéder facilement à l’information juridique, objectif important si l’en est. Il nous met en garde des « miroirs déformants » lorsqu’il s’agit de nous placer, nous, professionnels de l’information, dans la transformation numérique en cours.

5

On y trouvera des explications sur la manière dont peut s’exercer la liberté d’expression dans l’entreprise, sur le « triple test non opposable », un jargon de juriste que vous saurez désormais décrypter, et sur les « Bib data et smart culture », soit un large panel de ce que l’on peut faire dans le secteur culturel avec des données, illustré d’une série de cas concrets où le ludique joue un rôle non négligeable. Données encore, lorsqu’il s’agit de repérer automatiquement des noms de personnes et de lieux de manière pertinente, en fonction d’un contexte, une gageure auxquels les chercheurs s’attellent, ce que démontre et détaille l’article de recherche.

6

Vous y découvrirez aussi une série de cas pratiques, tels que ce site web du Service commun de documentation de Paris Descartes conçu en s’appuyant sur Libguides, ou Pandor, ce portail réalisé en Bourgogne pour faciliter l’accès à des ressources documentaires et pour répondre à l’impératif d’interopérabilité.

7

Dresser les frontières des métiers de l’information est indéniablement une gageure aujourd’hui. Ces contours flous offrent toutefois de nouveaux horizons à ceux qui savent être visibles et se saisir des opportunités nouvelles. Coopérer avec d’autres acteurs est essentiel. C’est un poncif, certes, mais que nous avons souhaité illustrer avec les learning centres, où les universités s’ouvrent aux entreprises, et avec les bibliothèques universitaires, ici celle de l’Université du Littoral Côte d’Opale, qui prennent indéniablement une nouvelle dimension et où bibliothécaires, informaticiens et chercheurs collaborent plus que jamais. L’occasion de souligner, si besoin était encore, le poids de la documentation et de sa gestion.

Pour citer cet article

Battisti Michèle, « Le poids des images », I2D – Information, données & documents, 2/2015 (Volume 52), p. 1-1.

URL : http://www.cairn.info/revue-i2d-information-donnees-et-documents-2015-2-page-1.htm


Pages 1 - 1 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback