Accueil Revues Revue Numéro Article

I2D – Information, données & documents

2015/4 (Volume 53)


ALERTES EMAIL - REVUE I2D – Information, données & documents

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Pages 1 - 1 Article suivant
1

Peut-on se passer des bibliothèques, source de valeurs ? On songe, bien sûr, à leur valeur sociale. Mais bibliothèques et centres d’information ont aussi une valeur économique. Coût des collections et des équipements, masse salariale, superficies à entretenir, etc., ces centres de coûts sont aussi des centres de profit, certes souvent indirects, souvent intangibles, ce qui explique la gageure d’une étude visant à le prouver.

2

Capturer la valeur de ce qui n’a pas de valeur marchande est un vrai défi. Des méthodes (études quantitatives, études qualitatives, évaluation contingente, approche qualité, etc.), détaillées dans le dossier, permettent de la cerner. Valeur pour la réussite des étudiants, valeur pour les stratégies de publication des chercheurs, utilité sociale du web sémantique, voire émotion et plaisir…, le dossier démontre que l’éventail des valeurs est large et que si la bibliothèque reste un lieu, la valeur est aussi dans le large champ des services que ces métiers déploient grâce à leur expertise (autour des archives ouvertes, dans les services mobiles, la valorisation des données, etc.). L’expérience utilisateur, au sens large, voici ce qui préoccupe ces professionnels.

3

Un dossier où « dialoguent professionnels et chercheurs, bibliothèques et centres de documentation, visions locales, nationales et internationales et qui retrace débats, réflexions, travaux de terrain et de recherche »… pour en susciter d’autres. Car, si les bibliothèques académiques sont à la pointe de la recherche sur la valeur des services d’information, il serait souhaitable que d‘autres structures s’en emparent, surtout en France où ces études sont encore rares.

4

Dans les rubriques de ce numéro, on découvrira aussi les solutions apportées pour répondre aux multiples défis qui se présentent aujourd’hui aux professionnels des bibliothèques, une méthode facilitant la gestion des documents et, en avant-première, la prochaine norme ISO sur les bonnes pratiques d’archivage des documents.

5

Big Data et Open Data, sur ces sujets incontournables, on présente les compétences que doivent avoir les professionnels de l’information et on incite à créer un référentiel des métiers de la data. Le Big Data permettant de prévoir évènements et comportements, ce fut l’occasion de se pencher sur la notion d’anticipation. Les professionnels de l’information-documentation ont indéniablement le vent en poupe… Forts de leur expérience, n’ont-ils pas les « clefs de la transformation numérique » ?

6

Les questions juridiques sont illustrées par une présentation du Conseil national du numérique dont les recommandations ont un impact sur des lois qui touchent nos pratiques, mais aussi par le souci de contrôler ses données personnelles ou syndrome Safari qui touche le chercheur, par une interrogation sur le « domaine public » des données, par une décision de justice qui a un impact sur la liberté d’expression et par une conférence sur la « maîtrise » du droit de l’information.

7

Sur un tout autre plan, peut-on miser sur la gamification, externalisation de tâches auprès des internautes sous la forme de jeux, pour ses projets de numérisation ? L’article de recherche répond à cette question.

Pour citer cet article

Battisti Michèle, « Que serait un monde sans bibliothèques ? », I2D – Information, données & documents, 4/2015 (Volume 53), p. 1-1.

URL : http://www.cairn.info/revue-i2d-information-donnees-et-documents-2015-4-page-1.htm


Pages 1 - 1 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback