Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Journal des anthropologues

2014/1 (n° 136-137)


ALERTES EMAIL - REVUE Journal des anthropologues

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 373 - 387 Article suivant

Résumé

Français

Nombreux furent ceux qui, dès l’origine du cinématographe, rapportèrent du terrain des images animées des cultures humaines. Projetés pour le grand public dans les expositions coloniales ou en vase clos au sein des sociétés savantes, les films peinent à être considérés par le musée de l’Homme comme un support légitime de transmission du patrimoine immatériel. C’est pourtant au sein de celui-ci que s’engagèrent – à l’initiative généralement des structures autonomes et des nouvelles générations de chercheurs – les plus innovants projets visant à utiliser l’outil cinématographique à des fins scientifiques (recherche, enseignement, production). L’évolution de la place réservée au cinéma par le musée de l’Homme entre les années 1930 et 1950 témoigne de l’ambivalence avec laquelle la communauté scientifique considère une technique habituellement au service de la fiction (art ou divertissement) et qui pourtant présente de nombreux avantages dans l’étude et la transmission du patrimoine immatériel.

Mots-clés (fr)

  • musée de l’Homme
  • Comité du film ethnographique
  • André Leroi-Gourhan
  • Paul Rivet
  • Jean Rouch
  • France (Paris)
  • années 1930-1950

English

Cinema at the musée de l’Homme (1937-1960). The Construction of a Heritage or the Invention of a Culture From the origin of the cinematograph, many were those who went out of Europe to film otherness. The footage they brought back, whether shown to large audiences in colonial exhibitions or restricted to learned societies, was hardly considered by the muse de l’Homme of mankind as a valid means of conveying intangible heritage. Yet, from the very heart of the museum came the most innovating projects aiming to use the cinematographic medium to scientific purposes (research, teaching, production). The changing attitude of the museum about the role they assigned to cinema between the 1930s and the 1950s accounts for how ambivalent the scientific community is when considering a medium which is usually devoted to fiction – in art or entertainment – while it could be of great help in studying and conveying intangible heritage.

Mots-clés (en)

  • musée de l’Homme
  • Committee of ethnographic film
  • André Leroi-Gourhan
  • Paul Rivet
  • Jean Rouch
  • France (Paris)
  • 1930’s?1950’s

Plan de l'article

  1. Le Comité du film ethnographique, noyau d’une culture cinématographique singulière (1953-1960)
    1. Créer un réseau pour mieux définir le genre
    2. Les films projetés par le CFE au musée de l’Homme : construire une mémoire
    3. Les festivals internationaux, un vecteur de réflexion et de diffusion du cinéma ethnographique
    4. Archiver et classer : écrire une histoire du cinéma ethnographique moderne
    5. La formation d’ethnologues-cinéastes : approfondir et perpétuer une « culture cinématographique » spécifique
  2. Conclusion

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback