Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Journal des anthropologues

2014/3 (n° 138-139)


ALERTES EMAIL - REVUE Journal des anthropologues

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 89 - 111 Article suivant

Résumé

Français

Les programmes internationaux d’accès aux traitements des « maladies prioritaires » dans les pays du Sud ont permis la diffusion de médicaments dans des systèmes de soins de niveau technique limité, qui ont généré des effets indésirables. L’information délivrée dans la relation médecin-patient à leur sujet produit-elle de nouvelles représentations collectives ? À Dakar, les personnes atteintes de lipodystrophies (une anomalie de la répartition corporelle des graisses due aux antirétroviraux) rapportent que les médecins ne les ont informées qu’en situation de diagnostic et dans des circonstances définies. En favorisant une logique du care, les soignants exercent une forme contextualisée d’éthique médicale qui limite la constitution de représentations sociales des lipodystrophies, alors qu’ils communiquent aisément à propos d’autres effets indésirables. Cette différence atteste des interprétations locales des effets indésirables des médicaments, qui devraient être explorées dans un contexte de pharmaceuticalisation de la santé publique globale.

Mots-clés (fr)

  • mondialisation
  • Sénégal
  • effets indésirables
  • communication médecin-patient
  • médicament
  • VIH
  • éthique médicale

English

Globalization of Side Effects and Local Construction of Doctor-Patient communication about Antiretrovirals in Senegal Global treatment access programs for “priority diseases” in the South led to the spread of pharmaceuticals in health care systems with limited technical level, which generated adverse effects. Does the information provided within the doctor-patient relationship produce new local social representations? In Dakar, the narratives by people with lipodystrophy (abnormal fat distribution on the body due to antiretrovirals) show that doctors inform them only in a situation of diagnosis and in defined circumstances. By promoting a sense of care, caregivers apply a form of contextualized medical ethics which limits the formation of social representations of lipodystrophy, when they communicate easily about other adverse effects. This difference reveals the local interpretations of adverse drug reactions which should be analyzed in a context of “pharmaceuticalization” of global public health.

Mots-clés (en)

  • Senegal
  • globalization
  • adverse effects
  • doctor-patient communication
  • pharmaceutical
  • HIV
  • medical ethics

Plan de l'article

  1. Les effets indésirables des antirétroviraux en Afrique
  2. Les perceptions des personnes atteintes de lipodystrophies à Dakar
  3. L’information sur les effets indésirables délivrée par les médecins
    1. L’information en début de traitement
    2. L’information en situation de diagnostic
    3. Informer ou ne pas informer : logiques du secret sur les lipodystrophies
  4. L’histoire sociale des lipodystrophies au Sénégal
    1. Taire l’impuissance thérapeutique
    2. Neutraliser le stigmate potentiel
  5. Discussion : quand les médecins informent-ils sur les effets indésirables ?
  6. Conclusion

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback