Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Journal des anthropologues

2015/3 (n° 142-143)


ALERTES EMAIL - REVUE Journal des anthropologues

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 227 - 251 Article suivant

Résumé

Français

Prenant pour objet la médiatisation nationale et internationale d’une organisation des droits de l’homme au Maroc, l’Association marocaine des droits humains (AMDH), cet article interroge l’articulation entre un champ d’origine et des espaces nationaux et transnationaux étrangers. Marginalisée sinon exclue d’une large partie de l’espace médiatique marocain, l’AMDH parvient néanmoins à porter sa voix dans quelques médias étrangers, tout en ayant une communication jugée de part et d’autre déficiente. Partant de ce double paradoxe, l’article explore les conditions qui le rendent possible. Il montre que, loin de se laisser expliquer par les seuls usages des médias sociaux, la position qu’occupe l’AMDH est redevable de deux logiques : d’une part, c’est au nom de son réseau social et de son capital symbolique constitué au prix d’ajustements et de luttes avec le régime monarchique que l’organisation se fait entendre par-delà les frontières de l’espace médiatique national ; de l’autre, sa position doit beaucoup à la fermeture des champs médiatique et politique au Maroc ainsi qu’aux propriétés du champ du pouvoir. L’AMDH est en effet amenée à combler un vide structural qui tient à la subordination de l’espace médiatique marocain à l’univers politique et étatique. De ce fait, elle joue le rôle de contre-feu face à l’agence de presse officielle (Maghreb Arabe Presse) et aux médias traditionnels.

Mots-clés (fr)

  • transnationalisation
  • médias
  • communication
  • mouvements sociaux
  • Maroc

English

Digitally Marginal but Politically Important? International Media Coverage of an Association of Human Rights in Morocco ‪This article analyzes the international media coverage given to an organization of human rights in Morocco, the Moroccan Human Rights Association (AMDH in French). It examines the relationship between, on the one hand, the area of production (Morocco) and, on the other hand, national and international journalistic areas of reception. Marginalized, if not actually excluded, by a large part of the Moroccan media, AMDH nevertheless manages to make its voice heard in foreign media, despite its communication methods being less than satisfactory. The article explores the conditions that led to this double paradox. It shows that, rather than being due to the use of social media, ‪ ‪AMDH‪ ‪’s‪ ‪ position corresponds to two arguments: on the one hand, the organization manages to spread its message beyond the national media through its social network and its symbolic capital developed through adjustments and struggles with the monarchy; and, on the other, its position is due to media and political restrictions in Morocco and to elements in national power structures. AMDH seeks to fill a structural vacuum created by subordination of the Moroccan media to political and state interests. For this reason, ‪ ‪AMDH‪ ‪ serves as an alternative to Morocco’s official news agency (Maghreb Arabe Presse) and the traditional media.‪

Mots-clés (en)

  • media
  • communication
  • social movements
  • Morocco
  • transnationalization

Plan de l'article

  1. La communication : un bricolage entre deux âges
  2. De l’extrême gauche au référentiel universaliste des droits de l’homme
  3. Une contre-agence de presse non officielle

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback