Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Journal des anthropologues

2015/3 (n° 142-143)


ALERTES EMAIL - REVUE Journal des anthropologues

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 29 - 47 Article suivant

Résumé

English

‪Focusing on infrastructural malfunctioning, this article discusses ‪the visual materiality and political economy of mobile infrastructure in Africa. Building on the anthropology of infrastructure, it argues that contrary to the oft cited notion that infrastructure is invisible until it breaks down, in an African context, systemic breakdowns in infrastructure are taken for granted; they are visibly present, while well functioning infrastructure is visibly absent. The material visibility and malfunctioning of mobile infrastructure are used as departure points for a critical appraisal of what is often celebrated as Africa’s mobile success story. Noting how mobile phones are present in most aspects of daily life, functioning like material extensions of the self, the analysis focuses on neoliberal forms of predatory capitalism that recast citizens as self-regulated consumers while advancing corporate forms of governance. Following the call for theory from the south, malfunctioning mobile infrastructure is contextualized as a state of partial inclusion in the global network society, the structural underpinnings of which is interpreted in terms of Africa’s place-in-the-world in a racialized global hierarchy.

Mots-clés (en)

  • Africa
  • global
  • hierarchy
  • infrastructure
  • mobile
  • digital
  • race

Français

« Ce numéro n’est pas joignable. » Infrastructure mobile et la hiérarchie raciale mondiale en Afrique En se focalisant sur le dysfonctionnement des infrastructures, cet article traite de la matérialité visuelle et de l’économie politique de l’infrastructure mobile en Afrique. En nous basant sur l’anthropologie de l’infrastructure, nous affirmons que, contrairement à l’idée fréquemment citée selon laquelle l’infrastructure est invisible jusqu’à ce qu’elle tombe en panne, dans un contexte africain, les pannes systémiques des infrastructures sont tenues pour acquises ; elles sont visiblement présentes, tandis que les infrastructures qui fonctionnent bien sont visiblement absentes. La visibilité matérielle et le dysfonctionnement de l’infrastructure mobile sont utilisés comme points de départ pour une évaluation critique du développement de la téléphonie mobile en Afrique qui est souvent célébrée comme une success story. Notant que les téléphones mobiles sont présents dans la plupart des aspects de la vie quotidienne, fonctionnant comme des extensions matérielles de soi, l’analyse se concentre sur les formes néolibérales du capitalisme prédateur qui transforment les citoyens en consommateurs autorégulés tout en faisant progresser des formes de gouvernance entrepreneuriales. En se rangeant à l’usage de la théorie venue du sud, le dysfonctionnement de l’infrastructure mobile est contextualisée comme un état d’inclusion partielle dans la société mondiale en réseau, dont les bases structurelles se trouvent dans la place-dans-le-monde de l’Afrique dans une hiérarchie mondiale racialisée.

Mots-clés (fr)

  • Afrique
  • global
  • hiérarchie
  • infrastructure
  • mobile
  • numérique
  • race

Plan de l'article

  1. Visual materiality and malfunctioning modernity
  2. Predatory capitalism and corporate governance
  3. Self-regulated consumers and registered citizens
  4. (Infra)structural racism in mundus hierarchicus
  5. Concluding remarks

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback