Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Journal des anthropologues

2016/1 (n° 144-145)


ALERTES EMAIL - REVUE Journal des anthropologues

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 191 - 219 Article suivant

Résumé

Français

La résidence alternée, qui est une des modalités d’organisation de la vie des enfants après la séparation conjugale, est l’objet de polémiques récurrentes en France depuis plus de dix ans. Ces controverses, principalement entrete­nues par les « professionnels de l’enfance », ont pour objet le bien-être des enfants. Livre noir et Livre blanc se répondent sur une problématisation psychologique de la question, en faisant apparaître des modèles opposés de parentalité. L’objet de l’article est d’utiliser ce débat comme révélateur des normes de parentalité contemporaines. Cohabitent aujourd’hui un modèle conservateur qui vise à défendre les rôles traditionnels de genre et un mo­dèle nouveau de coparentalité. Les données disponibles sur les séparations montrent le poids persistant de la prévalence maternelle auprès des enfants aussi bien dans les cours de justice que dans les pratiques parentales quoti­diennes.

Mots-clés (fr)

  • genre
  • résidence alternée
  • séparation conjugale
  • savoir psy
  • parentalité
  • justice aux Affaires familiales

English

Shared residence and Parenthood: a Controversial Practice and Ambivalent Norms ‪Shared residence is one of the modes by which children’s lives are organized after their parents have separated. It has sparked controversy for over ten years in France. These recurring controversies centre on children’s wellbeing and are mainly fueled by “child protection professionals.” The “pro” and “con” arguments address the issue from a psychological perspective, one that reveals the existence of opposite models of parenthood. This article aims to uncover the norms of contemporary parenthood by investigating these debates. Two models coexist today: on the one hand, a conservative model advocates for the preservation of traditional gender roles; on the other, a new model of co-parenthood is promoted. The available data on separations reflects the persisting predominance of the mother’s prevalent role in relation to children, both in courts of justice and in daily life parental practices.‪

Mots-clés (en)

  • gender
  • shared residence
  • separate couple
  • psy-knowedge
  • parenthood
  • family courts

Plan de l'article

  1. Un débat entre « psys » centré sur les besoins de l’enfant
    1. L’argument psycho-naturaliste du Livre noir de la garde alternée
      1. – Les besoins de l’enfant
      2. – La naturalisation des rôles parentaux
    2. L’utopie coparentale du Livre blanc de la résidence alternée
      1. – La critique des pédopsychiatres d’obédience psychanaly­tique
      2. – Famille démocratique, médiation familiale et égalité des rôles parentaux
  2. Sortir du débat, observer les pratiques
    1. Normes juridiques et pratiques judiciaires
      1. – Les décisions de justice qui concernent les résidences alternées
      2. – L’oubli de la formation de la demande des parents
    2. Disponibilités temporelles, compétences parentales et résidence alternée
      1. – La division du travail parental entre les hommes et les femmes
      2. – Des styles de parentalité socialement différenciés
  3. Conclusion

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback