Accueil Revues Revue Numéro Article

Journal du droit des jeunes

2003/4 (N° 224)


ALERTES EMAIL - REVUE Journal du droit des jeunes

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 21 - 22 Article suivant

1 - Demandeurs d’asile

1

De nombreux témoignages ont fait état de mauvais traitements infligés par la police à des demandeurs d’asile qui refusaient, semble-t-il, d’être renvoyés de France. Plusieurs personnes ont affirmé avoir été giflées, matraquées ou traînées sur le sol alors qu’elles étaient menottées.

2

En mars, une enquête préliminaire a été ouverte à la suite d’un rapport adressé au procureur de la République du tribunal de Bobigny par un agent du ministère des Affaires étrangères en service à la nouvelle zone d’attente des personnes en instance (ZAPI 3) de l’aéroport Charles-de-Gaulle, à Roissy.

3

Ce fonctionnaire indiquait qu’il avait vu une femme originaire de la République démocratique du Congo (RDC), Blandine Tundidi Maloza, allongée sur le sol de la salle d’attente. Il avait remarqué « la présence sur ses jambes de multiples plaies sanguinolentes manifestement récentes ». Cette femme a affirmé que ses blessures lui avaient été infligées par un policier après qu’il eut tenté de la forcer à embarquer dans un vol à destination de Douala (Cameroun). Il lui aurait assené plusieurs coups de pied, après l’avoir déséquilibrée en la tirant brusquement vers l’arrière et traînée sur le sol par les cheveux.

4

Blandine Tundidi Maloza a eu la possibilité, par la suite, de faire enregistrer sa demande d’asile.

2 - Isolement de mineurs en zone d’attente

5

En juin, deux enfants âgés de trois et cinq ans ont, semble-t-il, été retenus à Roissy pendant quatre jours, durant lesquels ils ont été séparés de leurs parents ; une adolescente de quatorze ans, d’origine congolaise, a été maintenue à la ZAPI 3 de ce même aéroport durant dix jours, en compagnie d’adultes des deux sexes, sans pouvoir entrer en contact avec sa mère.

6

En octobre, le ressortissant camerounais Eric Nguemaleu aurait été frappé à coups de matraque en plastique par des policiers qui tentaient de le faire embarquer dans un avion à destination de Douala. Des examens médicaux ont révélé qu’il présentait des blessures et des ecchymoses.

7

Début novembre, à la suite d’un arrêt de la cour d’appel de Paris, Eric Nguemaleu a pu quitter la ZAPI 3, la cour ayant estimé qu’il n’avait pas bénéficié de soins médicaux dans des délais suffisamment brefs lorsqu’il se trouvait en zone d’attente.

3 - Autres ressortissants étrangers

8

Plusieurs ressortissants étrangers ont dit avoir été victimes de mauvais traitements aux frontières, ou dans des départements ou territoires d’outre-mer comme la Guyane ou Saint Martin (Antilles).

9

Baba Traoré, un Malien résidant aux îles Canaries, en Espagne, a été arrêté en février par des agents de la police aux frontières (PAF) alors qu’il se rendait à Paris en train pour faire renouveler son passeport. Cet homme, qui était en possession de permis de séjour et de travail espagnols en règle, a affirmé avoir reçu un coup de poing à l’œil gauche au commissariat de police d’Hendaye. Peu après, il a été remis à la police espagnole et a subi le jour même en urgence une opération chirurgicale à l’œil gauche ; d’après un certificat médical, celui-ci avait été gravement endommagé par un « traumatisme direct ».

10

Baba Traoré a porté plainte auprès du procureur de la République de Bayonne.

11

En août, en Guyane, Koneisi Geddeman, Surinamais sans papiers, aurait été roué de coups de poing et de pied au ventre et à la tête alors qu’il gisait à terre menotté, violences qui auraient provoqué de graves blessures. Cet homme avait été poursuivi par des agents de la police nationale auxquels il avait tenté d’échapper lors d’un contrôle d’identité.

12

Plusieurs policiers, peut-être six, l’auraient frappé en pleine rue. Ce traitement aurait continué au commissariat, où il aurait aussi reçu des coups de tête. Après plusieurs heures passées en détention dans une cellule sans recevoir de soins médicaux, Koneisi Geddeman s’est mis à vomir après avoir bu de l’eau. Il a ensuite été admis à l’hôpital de Cayenne, où il aurait passé plusieurs semaines après avoir subi une intervention chirurgicale.

4 - Mineurs

13

Mauvais traitements infligés à des mineurs -Le tribunal de Nanterre a ouvert une enquête sur des allégations selon lesquelles un mineur aurait subi d’urgence l’ablation chirurgicale d’un testicule après avoir été battu par des policiers au mois de juillet, pendant qu’il était en garde à vue. Selon les informations reçues, Yacine (pseudonyme), âgé de seize ans, avait été conduit au commissariat d’Asnières, en région parisienne. Il avait alors insulté les policiers et opposé une résistance lorsque ceux-ci tentaient de lui passer les menottes. Le jeune homme avait ensuite été conduit dans un couloir où, bien que menotté, il aurait été roué de coups de poing, de pied et de genou. En dépit des demandes de Yacine et contrairement à la loi, sa mère n’a pas été informée immédiatement de sa détention.

14

Un groupe d’enfants d’origine africaine, nord-africaine ou macédonienne (Rom), dans le quartier parisien de la Goutte d’Or, ont affirmé, au mois de juin, que des policiers leur avaient infligé des mauvais traitements. L’un d’eux, Ahmet (pseudonyme), âgé de douze ans, a déclaré à Amnesty international qu’il avait reçu des coups sur la tête après avoir été conduit au commissariat de la Goutte d’Or à la suite d’un vol présumé. Ces enfants ont également affirmé qu’on les avait insultés, menacés, et qu’on leur avait lancé des injures racistes.

5 - Rapport du CPT

15

En juillet, le Comité européen pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants (CPT) a publié son rapport sur les visites effectuées en mai 2000 dans plusieurs commissariats de police, zones d’attente et prisons. Il a souligné que la plupart des allégations de mauvais traitements infligés par les forces de l’ordre visaient la police nationale et que les formes de brutalités signalées étaient principalement les suivantes : coups de poing et de pied, personnes violemment projetées à terre et menottes trop serrées.

16

Le CPT a également fait état d’informations selon lesquelles « des personnes d’origine étrangère auraient été maltraitées lors de leur éloignement sous contrainte ».

17

Il a constaté que les conditions de détention, notamment dans les établissements de la police nationale, n’étaient pas toujours compatibles avec la dignité inhérente à l’être humain et que les locaux de détention étaient souvent d’une saleté repoussante.

6 - Impunité de fait

18

Les retards et les obstacles qui ont entravé les procès de certains policiers ont contribué à créer un climat d’impunité.

19

Dix ans après que Youssef Khaïf, un jeune homme d’origine algérienne, eut été abattu alors qu’il tentait de s’enfuir au volant d’une voiture volée, le policier accusé de cet homicide a été acquitté par la cour d’assises des Yvelines en septembre. Youssef Khaïf avait été tué à Mantes-la-Jolie (département des Yvelines) en juin 1991, au cours des troubles consécutifs à la mort en garde à vue d’Aïssa Ihich, dix-huit ans, en mai de la même année. L’avocat général a écarté l’argument de la légitime défense invoqué par l’avocat de la défense et reconnu la culpabilité du policier, mais il a requis une « peine de principe », c’est-à-dire le sursis. Le procès du policier n’avait pu s’ouvrir qu’après la levée d’une série d’obstacles d’ordre juridique.

20

La famille de Youssef Khaïf a annoncé son intention de présenter à la Cour européenne des droits de l’homme une requête relative au verdict d’acquittement.

21

Le procès des personnes impliquées dans la mort en garde à vue d’Aïssa Ihich, en mai 1991, s’est également ouvert dix ans après les faits. Ce jeune homme avait succombé à une crise d’asthme après avoir été roué de coups alors qu’il gisait à terre. En mars 2001, deux policiers ont été condamnés par le tribunal correctionnel de Versailles à des peines de dix mois de prison avec sursis pour « violences avec arme par personnes dépositaires de l’autorité publique dans l’exercice de leurs fonctions ». Le procureur de la République avait demandé la relaxe des policiers.

22

Un médecin s’est vu infliger une peine de douze mois d’emprisonnement avec sursis pour « homicide involontaire » et négligence : il avait jugé que l’état d’Aïssa Ihich était compatible avec la prolongation de sa garde à vue, autorisée par le procureur.

23

En décembre, lorsque la cour d’appel de Versailles a examiné le recours formé par les trois hommes, l’avocate générale a demandé la relaxe des deux policiers condamnés en mars et la confirmation de la peine prononcée contre le médecin. L’arrêt de la cour a été reporté en février 2002.

24

Cette affaire a joué un rôle décisif dans la réforme des règles régissant la garde à vue.

25

En janvier, la chambre d’accusation de la cour d’appel d’Aix-en-Provence a confirmé l’ordonnance de non-lieu rendue par un juge d’instruction à l’égard des policiers impliqués dans le cas de Mohamed Ali Saoud, mort par asphyxie à Toulon, en novembre 1998, après être resté immobilisé pendant une période prolongée. La famille de la victime, qui s’était constituée partie civile, a formé un pourvoi devant la Cour de cassation.

26

En décembre, la cour d’appel d’Orléans a prononcé un non-lieu en faveur du policier qui avait tué d’une balle dans la nuque, en 1997, un adolescent de seize ans, Abdelkader Bouziane. Un juge d’instruction et la cour d’appel de Paris avaient rejeté auparavant l’argument de la légitime défense invoqué par le policier ; la cour d’appel avait rendu un arrêt favorable au renvoi de l’affaire devant une cour d’assises, arrêt cassé par la Cour de cassation en mars.

Plan de l'article

  1. 1 - Demandeurs d’asile
  2. 2 - Isolement de mineurs en zone d’attente
  3. 3 - Autres ressortissants étrangers
  4. 4 - Mineurs
  5. 5 - Rapport du CPT
  6. 6 - Impunité de fait

Pour citer cet article

« Police et mauvais traitements », Journal du droit des jeunes, 4/2003 (N° 224), p. 21-22.

URL : http://www.cairn.info/revue-journal-du-droit-des-jeunes-2003-4-page-21.htm
DOI : 10.3917/jdj.224.0021


Article précédent Pages 21 - 22 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback