Accueil Revues Revue Numéro Article

Journal du droit des jeunes

2006/10 (N° 260)


ALERTES EMAIL - REVUE Journal du droit des jeunes

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 38 - 38 Article suivant
1

Une nouvelle publication[*][*] « Adoption internationale : une évolution entre éthique... éditée par la branche Suisse du Service social international présente l’adoption internationale sous un angle historique et global. Basée sur des données statistiques des trente dernières années, cette étude met en perspective le nombre d’adoptions internationales ayant eu lieu dans différents pays d’origine avec le contexte socio-économique qui y prévalait à la même époque.

2

Depuis quelques années, plusieurs professionnels et institutions internationales s’inquiètent des effets secondaires des importants déplacements de population d’enfants dans le cadre de l’adoption internationale. Le fait que les sociétés occidentales soient tellement enclines à adopter des enfants en provenance des pays émergents crée une pression importante sur ces pays d’origine, à tel point que plusieurs d’entre eux ne sont plus en mesure de « libérer » suffisamment d’enfants pour répondre aux demandes d’adoptions. Il est désormais commun d’analyser cette situation en termes économiques : la « demande » étant plus forte que « l’offre », l’équilibre est rompu et peut conduire à toute sorte de comportements dangereux.

3

L’adoption internationale s’est développée de manière significative en Occident depuis les années 70 et n’a cessé depuis de prendre de l’ampleur. De nos jours, on estime qu’entre 15.000 et 20.000 enfants sont adoptés chaque année à travers le monde.

Quelle relation entre la situation prévalant dans les pays d’origine et le nombre d’adoptions internationales s’y déroulant au même moment ?

4

Dans son travail de recherche, l’auteur, Hervé Boéchat, s’est tout d’abord penché sur les statistiques suisses relatives à l’adoption internationale afin d’observer de quels pays les enfants adoptés ces trente dernières années étaient originaires. Cette première analyse montre clairement des liens entre la situation qui prévalait à une période donnée et le nombre d’adoptions internationales ayant lieu au même moment. L’exemple le plus frappant (et le plus connu) est la Roumanie après la chute du régime communiste en 1989. D’une année à l’autre, les adoptions entre la Suisse et la Roumanie sont passées de 4 en 1989 à 154 l’année suivante. Plus de 10.000 enfants ont été adoptés cette même année, malgré le fait qu’au même moment, les services publics nationaux étaient pratiquement inexistants. D’autres contextes mouvants ont également eu des conséquences sur les possibilités d’adoption. Ainsi, les guerres de Corée et du Vietnam ont joué un rôle important dans la sensibilisation de l’opinion occidentale à l’adoption internationale et sont à l’origine des premiers déplacements d’enfants significatifs. L’effondrement de systèmes étatiques a parfois conduit à la naissance de « marchés aux bébés », de même que les crises économiques, comme celle qu’a connue l’Europe de l’Est à la fin des années 90, ont également montré une augmentation simultanée des adoptions internationales.

5

On constate toutefois que des facteurs positifs jouent également un rôle important quant aux possibilités d’adoption dans les pays d’origine. Lorsqu’un état décide de promouvoir l’adoption nationale, comme l’Inde ou le Chili, le nombre d’adoptions internationales décroit naturellement. Lors des dix dernières années, plusieurs pays ont adopté de nouvelles lois demandant plus de garanties aux organismes agréés et aux parents adoptifs. Des conditions plus strictes sont désormais appliquées dans de nombreuses procédures, qui sont dès lors moins faciles et qui s’attachent à préserver les droits des enfants.

6

La « demande » d’enfants reste toutefois forte et doit donc s’orienter là où il est encore possible d’adopter, en tenant compte du fait que les éléments décrits ci-dessus exercent une influence directe sur le choix du futur pays d’origine de l’enfant.

Des standards internationaux pour tenter de diminuer la pression de la demande sur les pays d’origine

7

Des standards internationaux ont désormais été adoptés pour enrayer cette évolution. L’étude rappelle ainsi de quelle manière les principes posés tant par la Convention de l’ONU sur les droits de l’enfant que par la Convention de La Haye de 1993 doivent être appliqués dans ce contexte. Le rôle des différents acteurs impliqués (organisations internationales, organes administratifs, organismes agréés, media et parents candidats) dans ce processus est également souligné.

8

En conclusion, l’auteur présente quelques pistes quant à la direction que l’adoption internationale pourrait suivre dans le futur. En se fondant sur les positions exprimées par les pays d’origine et la nécessité de garantir l’intérêt supérieur de l’enfant. Savoir quels sont les enfants en réel besoin d’adoption internationale, en fonction de leur âge, de leur état de santé et de leur origine, constitue certainement un défi essentiel pour les années à venir.

Notes

[*]

« Adoption internationale : une évolution entre éthique et marchés », 2006, Hervé Boéchat, éd. de la Fondation suisse du Service Social International. Publication disponible via http://www.ssiss.ch/, 82 pages, brochée, ISBN 3-907873-07-6.

Plan de l'article

  1. Quelle relation entre la situation prévalant dans les pays d’origine et le nombre d’adoptions internationales s’y déroulant au même moment ?
  2. Des standards internationaux pour tenter de diminuer la pression de la demande sur les pays d’origine

Pour citer cet article

« Une vue globale sur l'adoption internationale », Journal du droit des jeunes, 10/2006 (N° 260), p. 38-38.

URL : http://www.cairn.info/revue-journal-du-droit-des-jeunes-2006-10-page-38.htm
DOI : 10.3917/jdj.260.0038


Article précédent Pages 38 - 38 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback