Accueil Revues Revue Numéro Article

Journal du droit des jeunes

2007/1 (N° 261)


ALERTES EMAIL - REVUE Journal du droit des jeunes

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 63 - 63

Justice expéditive

1

Cass. - (Civ. 1) - 14 novembre 2006 N? de pourvoi : 05-05016

2

Assistance éducative – Procédure – Droits de la défense – Parent – Avocat – Aide juridictionnelle – Comparution

3

Une cour d’appel prive sa décision de base légale en décidant que les appels ne sont pas soutenus aux motifs que l’appelante régulièrement convoquée n’a pas comparu et que son avocat a déclaré à l’audience n’avoir pas de mandat exprès de représentation, alors que l’appelante avait signé l’accusé de réception de la lettre recommandée adressée par l’avocat et avait été informée de la désignation de l’avocat chargé de l’assister au titre de l’aide juridictionnelle.

4

Sur le moyen unique :

Vu l’article 6 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales, ensemble les articles 2, 10 et 12 de la loi n° 91-647 du 10 juillet 1991, relatifs à l’aide juridictionnelle ;

Attendu que Mme X. a interjeté appel de deux ordonnances du juge des enfants, statuant en matière d’assistance éducative, ayant renouvelé le placement de la mineure Fanny Y. au service de l’aide sociale à l’enfance pour une durée de deux ans à compter du 13 janvier 2004, dit que pendant la durée du placement les allocations familiales seront versées au conseil général et rejeté sa requête en restitution des prestations familiales pour les vacances de Pâques ; que, par lettre recommandée du 28 mai 2004, Mme X. a sollicité le report de l’audience de la cour d’appel en faisant valoir qu’elle avait demandé le bénéfice de l’aide juridictionnelle et qu’aucun avocat n’avait encore été désigné ;

Attendu que pour décider que les appels n’étaient pas soutenus et dire en conséquence que les décisions des 20 février 2004 et 22 mars 2004 produiront leurs entiers effets, l’arrêt retient que Mme X., régulièrement convoquée n’a pas comparu et que « Maître Z… a indiqué avoir écrit à Mme X. par lettre recommandée avec accusé de réception mais n’avoir pas de mandat exprès de représentation » ;

Qu’en statuant ainsi sans constater que Mme X. avait signé l’accusé de réception de la lettre recommandée adressée par M. Z. et avait été informée de la désignation de l’avocat chargé de l’assister au titre de l’aide juridictionnelle, la cour d’appel a privé sa décision de base légale au regard des textes susvisés ;

Par ces motifs :

Casse et annule en toutes ses dispositions, l’arrêt rendu le 20 juillet 2004, entre les parties, par la cour d’appel de Riom ;

Remet en conséquence la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et pour être fait droit les renvoie devant la cour d’appel de Riom, autrement composée ;

Décision attaquée : cour d’appel de Riom (chambre des mineurs), 20 juillet 2004

Prés. : M. Ancel.

Plan de l'article

  1. Justice expéditive

Pour citer cet article

« Protection jeunesse », Journal du droit des jeunes, 1/2007 (N° 261), p. 63-63.

URL : http://www.cairn.info/revue-journal-du-droit-des-jeunes-2007-1-page-63.htm
DOI : 10.3917/jdj.261.0063


Article précédent Pages 63 - 63
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback