Accueil Revues Revue Numéro Article

Journal du droit des jeunes

2008/10 (N° 280)


ALERTES EMAIL - REVUE Journal du droit des jeunes

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 15 - 18 Article suivant
1

Depuis une trentaine d’années il est possible d’observer une lente mutation de l’ethos occidental. Mais depuis cinq années environ, les éducateurs et les pédagogues remarquent que les enfants d’aujourd’hui ne sont plus les mêmes que ceux auxquels ils étaient habitués dans un passé encore proche. De fait, nous assistons à une rupture radicale : le façonnement psychosociétal des enfants et adolescents de moins de 18 ans n’est plus le même que celui qui façonnait jusqu’alors les générations successives. L’auteur décrit les divers changements observables et tente d’en tirer quelques éléments pour une réinvention de l’acte éducatif et pédagogique.

2

Une équipe éducative d’ITEP [1][1] Institut thérapeutique, éducatif et pédagogique. avait, voici trois ans intitulé ainsi sa demande de formation : « ils ont changé et nous on n’a pas changé ! ». On peut difficilement souligner mieux le phénomène sociétal que nous vivons aujourd’hui, dans ce qu’il a de plus significatif : les enfants et les adolescents d’aujourd’hui montrent un façonnement psychosociétal différent du nôtre, si différent que l’ensemble des repères éducatifs et pédagogiques « standards », ceux que nous avons appris à pratiquer comme étant les plus précieux, sont devenus obsolètes et, plus encore, contre-productifs.

3

Ce que nous vivons aujourd’hui est à strictement parler une de ces mutations sociétales qu’une civilisation ne connaît que très rarement. La nôtre est née au IVème siècle, a connu une mutation significative à la Renaissance (XVIème siècle), une autre au siècle des lumières (XVIIIème siècle) et une troisième aujourd’hui (XXIème siècle).

4

Les parents et les enseignants arrivant désespérés à ma consultation, les éducateurs avec lesquels je travaille en systémique de la pratique, ne cessent de me rappeler l’importance et la puissance du changement en cours ; les plus jeunes d’entre eux, trentenaires et moins, semblent d’ailleurs eux-mêmes plus ou moins touchés par ce changement.

I - En quoi consiste ce changement ?

5

Le premier problème, avec ce type de changement, est qu’il nous confronte à de l’inintelligible, du non catégorisable.

6

Le second problème est que, face à de l’inintelligible et du non catégorisable, en vertu du principe selon lequel un marteau voit des clous partout, en bons marteaux nous nous acharnons à forcer cet inintelligible à entrer dans nos petites boites de clous, quand bien même il s’agirait de vis, de billes ou d’objets encore jamais vus.

7

Le troisième problème est que nous manquons cruellement d’outils logiques pour saisir efficacement l’inintelligible et le non catégorisable.

8

Gregory Bateson est à la fois un des penseurs les plus puissants du XXème siècle et le grand-père des thérapeutes systémiciens. Face au problème auquel nous sommes aujourd’hui confrontés, il nous est une fois de plus très utile : « lorsque l’homme de science se trouve dans l’embarras de ne pas pouvoir trouver un langage approprié pour la description du changement dans un certain système qu’il étudie, il ferait bien d’imaginer un autre système qui soit supérieur d’un degré de complexité au premier et, par la suite, d’emprunter à celui-ci un langage approprié pour la description du changement dans le système plus simple »[2][2] Bateson G., Epilogue, 1958..

9

En effet, le danger dans lequel nous sommes, ou plutôt le danger dans lequel nous plongeons les enfants et les adolescents d’aujourd’hui à vouloir comprendre leur changement à partir de nos critères établis, est que nous ne pouvons alors décrire ce changement qu’en termes de déviances et de dérives et non pas en termes de la nouvelle normalité qu’il est en fait.

10

Les enfants et adolescents d’aujourd’hui sont bien des mutants, mais des mutants normaux puisqu’ils ne sont rien d’autre que le produit d’une mutation sociétale à l’œuvre depuis de longues années et qui est parvenue à un taux de densification suffisant pour qu’en émerge de nouveaux piliers psychiques au sein d’une première génération, globalement celle des moins de 20 ans.

11

Le quatrième problème est, me semble-t-il, le plus inquiétant : en effet, les professionnels les plus impliqués dans la défense des enfants sont eux-mêmes totalement aveugles sur la mutation en cours et ses effets en matière de façonnement psychosociétal.

12

Les leaders de « Pas de zéro de conduite », dans l’ouvrage « Enfants turbulents : l’enfer est-il pavé de bonne prévention » [3][3] Ouvrage collectif, Éd. Érès, 2008. ne cessent d’utiliser la terme « euphémisant » d’« enfants turbulents », dont je pense qu’il constitue pour l’ensemble de nos enfants, tous mutants, un terrible danger dans la mesure où tous les enfants mutants normaux « turbulent ». Ils bougent : nous verrons que, leur psychisme étant débarrassé des piliers « culpabilité par principe » et « soumission à l’autorité de mode paternel ». Pour apprendre, il bougent, et les enseignants interprètent cela comme de l’agitation, de la provocation, de l’incivilité, les parents, « sociétalement instigués » s’en inquiètent auprès des psys qui « pensent » déficit d’attention.

13

Si l’enfer, donc, est actuellement pavé de « bonne » prévention, il l’est aussi de bonnes intentions mal outillées : l’euphémisme « enfants turbulents », s’agissant d’enfants en difficultés, englobe de fait tous les enfants. Si « Pas de zéro de conduite » ne se montre pas attentif à ce qui est loin d’être un détail, ce mouvement, de superbement salutaire qu’il s’est montré [4][4] J’ai évidemment signé des deux mains la pétition en..., pourrait, à terme, devenir très contre-productif.

14

Mais revenons aux effets concrets de cette mutation « psychosociétale » sur nos enfants.

II - Ce qui nous fait mal : ce que nous attendions d’eux et que nous ne voyons plus à présent

1 - La culpabilité : « ils ne se sentent coupables de rien ! »

15

Les mutants, enfants, adolescents et jeunes adultes, montrent une particularité fonctionnelle importante : ils nous donnent le sentiment qu’ils ignorent tout du sentiment de culpabilité. Leurs enseignants, leurs parents et leurs éducateurs s’épuisent à tenter d’éveiller en eux des sentiments tels que le remords, le repentir, la culpabilité, pour les actes excessifs qu’ils ont pu commettre... en pure perte. Lorsque je leur demande d’évoquer ce qu’est pour eux le sentiment de culpabilité, ils me regardent d’un air interrogateur...

16

Une jeune fille de 16 ans dont les parents catastrophés m’annoncent qu’elle leur a volé une grosse somme d’argent pour acheter des cigarettes et autres menues dépenses et à qui, seul avec elle, je demande de m’expliquer le sentiment de culpabilité dans tout ça, se montre surprise de ma question, puis me répond qu’elle est ennuyée pour ses parents qu’elle aime bien, mais que coupable... non ! Elle me dit que ses parents ne se rendent pas du tout compte de l’écart ingérable entre l’argent de poche qu’ils lui donnent et ses besoins minimaux. Elle ajoute après un temps de réflexion : « bien sûr, si mes enfants me faisaient ça un jour, j’aurais la haine ! ». En fait, les mutants sont parfaitement capable, conjoncturellement, du sentiment de culpabilité, mais ils ne souffrent plus de cette particularité propre au névrosé moyen du XXème siècle : « la culpabilité par principe » comme fond interactionnel de base.

2 - La réflexivité : « ils ne conflictualisent plus ! »

17

Il s’agit de cette curieuse manie que nous avons de nous interroger à flux continu sur ce que nous faisons, sur ce que nous avons fait et sur ce que nous allons faire. Les mutants, jeunes et moins jeunes, ne montrent, malgré une intelligence évidemment normale et de réelles capacités à débattre, que peu de compétence en terme de retournement de leur réflexion sur eux-mêmes, en terme de capacité à réfléchir à propos de leurs actes, après comme avant avoir agi.

18

Quand ils cherchent à m’expliquer leurs fonctionnements, ils le font toujours sur un mode très externe, à partir de la notion de besoin ; « j’ai fait ça, d’accord, mais c’est normal, puisque j’en avais besoin !... nous nous sommes séparés, bien sûr, mais je ne pouvais pas ne pas lui dire qu’elle empiétait sur mon territoire personnel ». Ce que nous percevons comme « réflexivité » est en fait une forme particulière de réflexivité : « la réflexivité coupable », partie composante du couple « culpabilité-réflexivité coupables ».

19

Le façonnement « psychosociétal » des enfants et des adolescents d’aujourd’hui est un façonnement hyper individualisant, les injonctions identitaires qui les atteignent sont du type : « tu dois produire ton identité en toute autonomie, hors de toute appartenance. Tu ne te dois qu’à ton développement personnel ». Ce type d’injonctions implique évidemment un type de réflexivité appropriée, dont nous remarquons qu’elle est puissamment soutenue par le couple « émotion-action ». Cela fait d’eux des êtres beaucoup plus décisionnels et beaucoup moins rationnalisants que nous.

3 - Le glissement du désir vers le besoin : « ils ne supportent plus la moindre frustration ! »

20

Autre particularité partagée par ces enfants et adolescents et qui panique nombre de mes collègues psychanalystes : le déplacement de l’espace du « désir » vers celui du « besoin ». De fait, la mutation sociétale en cours semble produire des êtres très susceptibles d’addiction aux objets. Qu’y a-t-il d’incongru à cela ? Pour s’en étonner, il faut être singulièrement déconnecté des réalités contemporaines.

21

Sur une compréhension de ce point [5][5] Et de celui de la « turbulence »., le superbe article de Bernard Stiegler sur le marché mondial de la captation de l’attention nous offre un très riche trousseau de clés [6][6] Bernard Stiegler : « Psychopouvoir et guerre métapsychologique :....

22

Le monde du « Marché » semble montrer aujourd’hui la même puissance que montra durant deux millénaires le monde du « religieux chrétien » : l’humain occidental passe de d’addiction au péché à l’addiction aux objets manufacturés.

4 - La contraction du temps : « ils se fichent de leur avenir ! »

23

L’écoulement du temps entre passé et avenir, construit par nos générations comme une catégorie existentielle et expérientielle fondamentale, est décrit et vécu par les mutants comme un non représentable. Ils ne sont plus dans le « No future » punk d’il y a 30 ans, mais dans un présent compact qu’ils savent d’ailleurs bien remplir, contrairement à nous, qui passons notre temps à osciller entre un passé coupable et un futur par définition inquiétant, très oublieux du présent.

5 - L’autorité : « ils défient et bafouent notre autorité ! »

24

La question de l’autorité est de très loin celle qui provoque les plus grandes inquiétudes dans nos générations d’enseignants, d’éducateurs et de psys. Les enfants d’aujourd’hui ne se montrent plus soumis à « l’autorité de mode paternel ». De fait, le façonnement de leur psychisme n’intègre plus cette instance dont nous gardons le sentiment qu’elle constitue le nec plus ultra de la socialisation et de l’accès au savoir.

25

Ainsi, là où ils montrent de la perplexité devant notre insistance maladive à vouloir les soumettre à ce mode d’autorité, nous l’interprétons en terme d’opposition. Cette interprétation conduit immanquablement les enseignants et les éducateurs dans un « plus de la même chose » de plus en plus violent, finalement générateur d’une contre-violence de leur part dont nous leur attribuons généreusement l’entièreté.

26

Tous les faits de violence à l’école que j’ai eu la possibilité de décrypter, d’élèves à l’encontre d’enseignants, relevaient de ce schéma : à chaque fois, l’enseignant « victime » avait empilé les tentatives de mise en soumission à l’autorité, jusqu’au clash.

27

Il me semble donc urgent de travailler sur le concept d’autorité et sur ce qu’il implique en terme de « légitimité symbolique », en terme de distribution sociétale des rôles dans la « définition de la relation » entre membres d’une société.

28

L’autorité de mode paternel ne dispose plus aujourd’hui de la moindre délégation sociétale, du moindre support symbolique ; les mêmes soixante-huitards qui défilaient boulevard St Michel en vomissant l’autorité de mode paternel et toutes ses déclinaisons sociétales, pleurent aujourd’hui bruyamment sur sa disparition et accusent nos enfants de la défier et de la détruire.

29

Cette attitude pitoyable empêche de s’interroger sur les déplacements qu’opère la fonction d’autorité dans l’évolution des sociétés : l’autorité de mode externe telle que nous la voyons circuler depuis au moins l’empire romain a aujourd’hui migré à l’intérieur des individus : elle est devenue « autorité sur soi ». L’ensemble des mutants dispose aujourd’hui d’une délégation sociétale, d’une légitimité symbolique à produire « une autorité sur soi », évidemment incompatible avec une quelconque soumission à « l’autorité de mode paternel ».

6 - La Hiérarchie : « ils nous parlent comme si nous étions leurs copains ! »

30

Le rapport d’autorité, exclusivement conjugué au temps de « l’autorité de mode paternel » est évidemment conçu dans notre monde en terme de « hiérarchie » verticale. Les enfants d’aujourd’hui nous proposent un rapport totalement « ahiérarchique », horizontal. Ils parlent à n’importe qui d’égalitaire façon et avec le même naturel, sans égard pour nos attentes en la matière, ils communiquent « à égalité » de définition de la relation.

31

Cet élément du nouveau façonnement « psychosociétal » devrait nous combler : enfin, ce mot magique inscrit au frontispice de tous les monuments de la République devient réalité au quotidien de la relation. Il ne nous montre en fait que nous n’avons de l’égalité qu’une acception d’une pauvreté tragique : ne sont égaux que les totalement semblables... pas de chance pour les femmes durant 2000 ans !

32

Les mutants semblent « psychosociétalement » équipés pour concevoir une forme plus complexe d’égalité : l’égalité dans la différence. Le problème est que, dans les relations quotidiennes, nous attendons d’eux une relation complémentaire basse, faite de signaux de soumission, de déférence et de respect unilatéral. Face à leur contre-proposition « d’égalitarité », nous nous sentons agressés et maltraités par eux et nous réagissons toujours par un « plus de la même chose », par une surenchère autoritaire très perturbante pour eux qui ne disposent plus des moyens de la décrypter. Au final, ils nous donnent très souvent l’occasion, grâce à l’empilement de nos surenchères, de les accuser de violence ou de diagnostiquer une pathologie comportementale.

III - Cinq points à partir desquels relancer l’imagination créatrice en pédagogie et en éducation

33

1. Les mutants ne sont plus « psychosociétalement » façonnés pour intégrer « l’autorité de mode paternel ».

34

2. Ils ne sont plus « psychosociétalement » façonnés pour intégrer les modes d’apprentissages fondés sur la « soumission » au savoir du maître.

35

3. Ils ne peuvent apprendre le « respect » qu’à partir du « respect » qu’on leur accorde.

36

4. Ils n’apprennent de nous que ce qu’ils nous voient faire nous-mêmes et non plus ce que nous leur ordonnons de faire.

37

5. Conversation et négociation « égali-taritaires » deviennent les moyens majeurs de co-développement entre nous et nos enfants.

38

Il suffit - les éducateurs et les enseignants qui s’y sont essayé l’ont vérifié par eux-mêmes - de concevoir un cadre et des relations éducatives et pédagogiques intégrant ces cinq points, pour qu’émergent des espaces favorables aux apprentissages sociaux et scolaires et pour que la violence disparaisse de la relation éducateur-éduqué et maître-élève ainsi que, dans une très large mesure, entre les élèves eux-mêmes.

39

Le problème, crucial, est que les diverses réformes conçues et jetées à la hâte sur le bureau des maîtres prescrivent résolument l’inverse : le vieux monde dans son agonie se défend pied à pied et se transforme en Moloch : il n’hésite pas à sacrifier ses propres enfants sur l’autel de la préservation de ses médiocrités.

Vers une éducation non punitive

40

Dans les pages de cette irremplaçable revue, plusieurs contributions de mon collègue et ami Roland Coenen[7][7] Voy. not. R. Coenen, « Les adolescents qui se droguent,... ont permis d’avancer sur ce que peut être l’éducation dans le monde mutant. La punition comme vecteur éducatif ne montrait une certaine effectivité que grâce aux piliers psychiques « culpabilité par principe-réflexivité coupable, soumission à l’autorité de mode paternel ».

41

La disparition de ces piliers psychiques la rend absolument contre-productive. Il est donc urgent d’y renoncer et de la remplacer par une prise en compte effective des cinq points énoncés plus haut. Nous avons un rude apprentissage à opérer : apprendre à négocier et à converser en excluant tout argument d’autorité de nos négociations et de notre conversation.

L’art de la conversation

42

Ce que j’appelle « conversation » est un mode d’interaction à la fois langagière et « mimique-gestuelle » consistant, pour les adultes engagés dans une interaction avec un ou des mutants, à écouter attentivement ce qu’ils disent et à se borner à questionner sur un ton égal (non autoritaire) mais inlassablement insistant à souligner les incohérences, les arguments de mauvaise foi, les interjections non respectueuses pour d’autres...

43

Il s’agit d’un art pour lequel nous avons besoin d’un réel entraînement : les premiers essais sont en effet rapidement émaillés d’arguments d’autorités qui interrompent instantanément le processus conversationnel. Cela dit, les nombreux parents venus à ma consultation pour raison de mutation dans la famille et qui ont accepté de tenter « la conversation » ont toujours obtenu des résultats surprenants en terme d’apaisement du lien, même s’ils me rapportaient s’être montrés peu adroits. Leurs mutants s’étaient souvent montrés cléments, se satisfaisant de ces aimables tentatives « égalitaritaires ». Il en est de même pour les enseignants et les éducateurs.


Références bibliographiques

  • Bateson G. 1980. Vers une écologie de l’esprit. Seuil, Paris.
  • Bateson G. 1984. La nature et la pensée. Seuil, Paris.
  • Delumeau J. 1983 : le péché et la peur : la culpabilisation en Occident. Fayard.
  • Fourez B. 2004 : Personnalité psychofamiliale, personnalité psychosociétale. In revue Familiale vol. 20 n?3.
  • Fourez B. 2007 : Les maladies de l’autonomie. In revue Thérapie familiale vol. 28 n? 4.
  • Gaillard JP 2007 : Sur le façonnement psychosociétal en cours : enjeux psychothérapeutiques et éducatifs. In revue Thérapie familiale vol. 28 n? 4.
  • Gaillard JP 2008 (réédition revue et augmentée). L’éducateur spécialisé, l’enfant handicapé et sa famille. ESF éditeur, Paris.
  • Gaillard JP (ouvrage en quête d’éditeur) : Éducation, pédagogie et soin face à la mutation psychosociétale en cours : le grand virage. Parents, éducateurs, enseignants, comment vivre et travailler avec vos mutants.
  • Gauchet M. 2003. La condition historique. Gallimard, Paris.
  • Loji A. 1982 : family therapy and after, in Questions and answers in family therapy. Bruner &Mazel, New york.
  • Melman C. 2005. L’homme sans gravité. Denoel, Folio essais. Paris.

Notes

[*]

Titre de la séquence d’une émission de la radio publique belge (RTBF), « Radio Titanic » qui présentait, dans les années 80, des personnages sortant de l’ordinaire.

[**]

Thérapeute systémicien, psychanalyste, formateur, maître de conférences HDR (habilitation à diriger des recherches) en psychopathologie UdS. L’auteur est intervenu au colloque organisé à Lyon par Jeunesse et droit, « Pédagogies non punitives. Expériences d’hébergement éducatif », les 16 et 17octobre 2008.

[1]

Institut thérapeutique, éducatif et pédagogique.

[2]

Bateson G., Epilogue, 1958.

[3]

Ouvrage collectif, Éd. Érès, 2008.

[4]

J’ai évidemment signé des deux mains la pétition en réponse à l’expertise INSERM sur le trouble des conduites chez l’enfant (www.pasde0deconduite.ras.eu.org).

[5]

Et de celui de la « turbulence ».

[6]

Bernard Stiegler : « Psychopouvoir et guerre métapsychologique : la question du pharmakon ». In Enfants turbulents : l’enfer est-il pavé de bonne prévention ?, Eres éditeur.

[7]

Voy. not. R. Coenen, « Les adolescents qui se droguent, se mutilent, se détruisent, sont aussi les adultes et les parents de demain  », JDJ n? 259, novembre 2006, p. 20-22 ; « Les émotions sociales, une clé pour la délinquance ? », JDJ n?271, janvier 2008, p. 25-27 ;« Des solutions concrètes pour la délinquance », JDJ n?276, juin 2008, p. 10-17.

Plan de l'article

  1. I - En quoi consiste ce changement ?
  2. II - Ce qui nous fait mal : ce que nous attendions d’eux et que nous ne voyons plus à présent
    1. 1 - La culpabilité : « ils ne se sentent coupables de rien ! »
    2. 2 - La réflexivité : « ils ne conflictualisent plus ! »
    3. 3 - Le glissement du désir vers le besoin : « ils ne supportent plus la moindre frustration ! »
    4. 4 - La contraction du temps : « ils se fichent de leur avenir ! »
    5. 5 - L’autorité : « ils défient et bafouent notre autorité ! »
    6. 6 - La Hiérarchie : « ils nous parlent comme si nous étions leurs copains ! »
  3. III - Cinq points à partir desquels relancer l’imagination créatrice en pédagogie et en éducation
    1. Vers une éducation non punitive
    2. L’art de la conversation

Pour citer cet article

Gaillard Jean-Paul, « " S'il te plait, dessine moi un mutant " », Journal du droit des jeunes, 10/2008 (N° 280), p. 15-18.

URL : http://www.cairn.info/revue-journal-du-droit-des-jeunes-2008-10-page-15.htm
DOI : 10.3917/jdj.280.0015


Article précédent Pages 15 - 18 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback