Accueil Revues Revue Numéro Article

Journal du droit des jeunes

2008/4 (N° 274)


ALERTES EMAIL - REVUE Journal du droit des jeunes

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 61 - 62 Article suivant

Compétences

1

Cass. – Ch. crim. - 12 septembre 2007 - N° de pourvoi :06-86559

2

Pénal – Juridiction correctionnelle – Compétence territoriale – Juge d’instruction chargé des affaires de mineurs – Majeurs – Ordonnance de renvoi

3

Aux termes de l’article 9, alinéa 3, de l’ordonnance du 2 février 1945, si le mineur a des coauteurs ou complices majeurs, ces derniers seront, en cas de poursuites correctionnelles, renvoyés devant la juridiction compétente suivant le droit commun, la cause concernant le mineur étant disjointe pour être jugée conformément aux dispositions de ladite ordonnance.

4

La compétence territoriale du tribunal correctionnel, statuant sur les poursuites dirigées contre des personnes majeures, seraient-elles susceptibles d’être complices ou coauteurs de prévenus mineurs, s’apprécie indépendamment de celle du tribunal pour enfants appelé à statuer sur les poursuites exercées contre ces derniers.

Arrêt attaqué : cour d’appel de Besançon, chambre correctionnelle, en date du 29 juin, ayant statué sur la compétence territoriale du tribunal correctionnel de Lons-le-Saunier AR ;

Sur le pourvoi de E… Y… :

Attendu qu’aucun moyen n’est produit ;

Sur le pourvoi d’Z… X… :

Vu le mémoire produit ;

(…)

Mais sur le second moyen de cassation, pris de la violation des articles 382,383,485,512,591 et 593 du code de procédure pénale, 7 et 9 de l’ordonnance du 2 février 1945, défaut de motifs, défaut de base légale :

En ce que, l’arrêt attaqué a rejeté l’exception d’incompétence présentée par Z… X… ;

Aux motifs que, lorsqu’un ou plusieurs mineurs et un ou plusieurs majeurs sont impliqués dans la même cause, si une information a été ouverte, le juge d’instruction doit se dessaisir dans le plus bref délai tant à l’égard du ou des mineurs que du ou des majeurs au profit du juge d’instruction du siège du tribunal pour enfants ;

Qu’en l’espèce, c’est donc tout à fait régulièrement que le juge d’instruction de Dole s’est dessaisi au profit du juge d’instruction de Lons-le-Saunier ; que, par ailleurs, il est également constant que, si, dans cette hypothèse, le juge d’instruction doit renvoyer les inculpés majeurs devant la juridiction du ressort du tribunal pour enfants qui est compétente à leur égard selon le droit commun, la compétence du tribunal correctionnel à l’égard d’un prévenu s’étend à tous coauteurs et complices ;

Qu’en l’espèce, il apparaît que G… D… B… est domicilié à Morez et que, dès lors, au regard de sa résidence, le tribunal de Lons-le-Saunier est compétent et que cette compétence s’étend à tous les coauteurs et complices des faits qui lui sont reprochés ; qu’au surplus et de façon surabondante, la décision entreprise est devenue définitive à l’égard des autres coprévenus majeurs et, partant, la compétence du tribunal de Lons-le-Saunier, à laquelle doivent être rattachés par application du principe précédemment énoncé, F… Y…, C… H… et Z… X… ;

Qu’en conséquence, la décision entreprise sera confirmée et l’affaire sera renvoyée devant les premiers juges pour la suite de la procédure ;

Alors que, l’article 9 de l’ordonnance du 2 février 1945, aux termes duquel « si le mineur a des coauteurs ou complices majeurs, ces derniers seront, en cas de poursuites correctionnelles, renvoyés devant la juridiction compétente suivant le droit commun« est un texte spécial qui déroge à la règle générale posée par l’article 383 du code de procédure pénale, selon lequel la compétence à l’égard d’un prévenu s’étend à tous coauteurs et complices ;

Que la compétence territoriale du tribunal correctionnel, statuant sur les poursuites dirigées contre des personnes majeures, seraient-elles susceptibles d’être complices ou coauteurs de prévenus mineurs, s’apprécie indépendamment de celle du tribunal pour enfants appelé à statuer sur les poursuites exercées contre ces derniers ;

Qu’en énonçant que G… D… B… était domicilié dans le ressort du tribunal de Lons-le-Saunier et que la compétence du tribunal correctionnel à l’égard d’un prévenu s’étendait à tous coauteurs et complices, pour en déduire qu’Z… X… devait être renvoyée devant le tribunal correctionnel de Lons-le-Saunier, tout en relevant que G… D… B…, prévenu mineur, avait été renvoyé devant le tribunal pour enfants de Lons-le-Saunier, d’où il résultait que la compétence territoriale de ce tribunal ne pouvait justifier, à l’égard d’Z… X…, celle du tribunal correctionnel de cette même ville, la cour d’appel a omis de tirer les conséquences légales de ses propres constatations et violé les textes visés au moyen ;

Et sur le même moyen relevé d’office au profit de E… Y… :

Les moyens étant réunis ;

Vu l’article 9, alinéa 3, de l’ordonnance du 2 février 1945 ;

Attendu qu’aux termes de ce texte, si le mineur a des coauteurs ou complices majeurs, ces derniers seront, en cas de poursuites correctionnelles, renvoyés devant la juridiction compétente suivant le droit commun, la cause concernant le mineur étant disjointe pour être jugée conformément aux dispositions de ladite ordonnance ;

Attendu que, pour confirmer la compétence du tribunal correctionnel de Lons-Le-Saunier pour connaître des poursuites à l’encontre des prévenus majeurs, l’arrêt prononce par les motifs reproduits aux moyens ;

Mais attendu qu’en statuant ainsi, alors que les faits ayant été commis dans le ressort du tribunal correctionnel de Dole où les prévenus majeurs sont tous domiciliés, seule cette juridiction était compétente pour les juger, la cour d’appel a méconnu le texte susvisé ;

D’où il suit que la cassation est encourue de ce chef ;

Et vu l’article 612-1 du code de procédure pénale, dans l’intérêt d’une bonne administration de la justice, ordonne que cette cassation aura effet à l’égard de C… H… qui ne s’est pas pourvu ;

Par ces motifs :

Casse et annule, en toutes ses dispositions, l’arrêt susvisé de la cour d’appel de Besançon, en date du 29 juin 2006, et pour qu’il soit à nouveau jugé, conformément à la loi ;

(…)

Prés. : M. Cotte ;

Cons. rapp. : Mme Koering-Joulin ;

Cons. de ch. : Le Gall ;

Av. gén. : M. Finielz ;

Plaid. : Me Bertrand.

Plan de l'article

  1. Compétences

Pour citer cet article

« Droit pénal », Journal du droit des jeunes, 4/2008 (N° 274), p. 61-62.

URL : http://www.cairn.info/revue-journal-du-droit-des-jeunes-2008-4-page-61.htm
DOI : 10.3917/jdj.274.0061


Article précédent Pages 61 - 62 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback