Accueil Revues Revue Numéro Article

Journal du droit des jeunes

2009/7 (N° 287)


ALERTES EMAIL - REVUE Journal du droit des jeunes

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 61 - 61

Handicap... de l’État

1

CE - 8 avril 2009 - N? 311434

2

Scolarité - Handicap - Droit à l’éducation - Carence de l’État - Responsabilité

3

La cour administrative d’appel n’a pas recherché si l’État avait pris l’ensemble des mesures et mis en œuvre les moyens nécessaires pour donner un caractère effectif au droit et à l’obligation pour les enfants handicapés de recevoir une éducation adaptée à leur situation mais s’est bornée à relever que l’administration n’avait qu’une obligation de moyens, définie comme celle de faire toutes les diligences nécessaires. Ainsi, la cour a méconnu les dispositions du code de l’éducation (L.111-1, L.112-1, L.351-1, L.112-3 et L.351-2) et commis une erreur de droit. Dès lors, les requérants sont fondés à demander l’annulation de l’arrêt attaqué.

Vu le pourvoi sommaire et le mémoire complémentaire, enregistrés le 11 décembre 2007 et le 11 mars 2008 au secrétariat du contentieux du Conseil d’État, présentés pour M. et Mme A, agissant tant en leur nom personnel qu’au nom de leur fille mineure, demeurant. ; M. et Mme A demandent au Conseil d’État :

1?) d’annuler l’arrêt du 27 septembre 2007 par lequel la cour administrative d’appel de Versailles, sur recours du ministre de la santé et de la solidarité, d’une part, a annulé le jugement du 23 octobre 2006 du tribunal administratif de Versailles condamnant l’État à leur verser une somme de 6 000 euros et une seconde somme de 8 000 euros, en tant que représentants légaux de leur fille, et, d’autre part, a rejeté leur demande de première instance tendant à la condamnation de l’État à leur verser une indemnité de 141 153 euros au titre des différents préjudices subis du fait de la carence de l’État à assurer des services d’enseignement au profit des enfants handicapés ;

2?) de mettre à la charge de l’État la somme de 5 000 euros au titre des dispositions de l’article L.761-1 du code de justice administrative ;

(...)

Considérant qu’aux termes de l’article L.111-1 du code de l’éducation dans sa rédaction applicable à l’espèce : « Le droit à l’éducation est garanti à chacun afin de permettre de développer sa personnalité, d’élever son niveau de formation initiale et continue, de s’insérer dans la vie sociale, d’exercer sa citoyenneté » ;

Qu’aux termes de l’article L.112-1 du même code dans sa rédaction applicable à l’espèce : « Les enfants ou adolescents handicapés sont soumis à l’obligation éducative. Ils satisfont à cette obligation en recevant soit une éducation ordinaire, soit, à défaut, une éducation spéciale, déterminée en fonction des besoins particuliers de chacun d’eux par la commission départementale d’éducation spéciale » ;

Qu’aux termes de l’article L.351-1 du même code dans sa rédaction applicable à l’espèce : « (...) L’État prend en charge les dépenses d’enseignement et de première formation professionnelle des enfants et adolescents handicapés :

  1. Soit, de préférence, en accueillant dans des classes ordinaires (...) tous les enfants susceptibles d’y être admis malgré leur handicap ;

  2. Soit en mettant du personnel qualifié relevant du ministère chargé de l’éducation nationale à la disposition d’établissements ou services créés et entretenus par d’autres départements ministériels, par des personnes morales de droit public ou par des groupements ou organismes à but non lucratif conventionnés à cet effet ; dans ce cas, le ministre chargé de l’éducation nationale participe au contrôle de l’enseignement dispensé dans ces établissements ou services ;

  3. Soit en passant avec les établissements d’enseignement privés (...) les contrats prévus par le titre IV du livre IV du présent code (...) ;

Qu’aux termes de l’article L.112-3 du même code dans sa rédaction applicable à l’espèce : « L’éducation spéciale associe des actions pédagogiques, psychologiques, sociales, médicales et paramédicales ; elle est assurée soit dans des établissements ordinaires, soit dans des établissements ou par des services spécialisés » ;

Et qu’aux termes de l’article L.351-2 du même code dans sa rédaction applicable à l’espèce : « La commission départementale de l’éducation spéciale prévue à l’article L.242-2 du code de l’action sociale et des familles désigne les établissements ou les services ou à titre exceptionnel l’établissement ou le service dispensant l’éducation spéciale correspondant aux besoins de l’enfant ou de l’adolescent et en mesure de l’accueillir

La décision de la commission s’impose aux établissements scolaires ordinaires et aux établissements d’éducation spéciale dans la limite de la spécialité au titre de laquelle ils ont été autorisés ou agréés » ;

Qu’il résulte de ces dispositions :

d’une part, que, le droit à l’éducation étant garanti à chacun quelles que soient les différences de situation,

et, d’autre part, que l’obligation scolaire s’appliquant à tous, les difficultés particulières que rencontrent les enfants handicapés ne sauraient avoir pour effet ni de les priver de ce droit, ni de faire obstacle au respect de cette obligation ; qu’il incombe à l’État, au titre de sa mission d’organisation générale du service public de l’éducation, de prendre l’ensemble des mesures et de mettre en œuvre les moyens nécessaires pour que ce droit et cette obligation aient, pour les enfants handicapés, un caractère effectif ;

Que la carence de l’État est constitutive d’une faute de nature à engager sa responsabilité, sans que l’administration puisse utilement se prévaloir de l’insuffisance des structures d’accueil existantes ou du fait que des allocations compensatoires sont allouées aux parents d’enfants handicapés, celles-ci n’ayant pas un tel objet ;

Considérant qu’il ressort des pièces du dossier soumis aux juges du fond que M. et MmeA, parents d’une fillette handicapée née en 1995, recherchent la responsabilité de l’État à raison du défaut de scolarisation de leur enfant dans un institut médico-éducatif à partir de la rentrée 2003 ;

Que, pour retenir que la responsabilité de l’État n’était pas engagée par cette carence, la cour administrative d’appel de Versailles n’a pas recherché si l’État avait pris l’ensemble des mesures et mis en œuvre les moyens nécessaires pour donner un caractère effectif au droit et à l’obligation pour les enfants handicapés de recevoir une éducation adaptée à leur situation mais s’est bornée à relever que l’administration n’avait qu’une obligation de moyens, définie comme celle de faire toutes les diligences nécessaires ; qu’ainsi, la cour a méconnu les dispositions précitées du code de l’éducation et commis une erreur de droit ; que, dès lors, M. et Mme A sont fondés à demander l’annulation de l’arrêt attaqué ;

(...)

Décide

Article 1er : L’arrêt du 27 septembre 2007 de la cour administrative d’appel de Versailles est annulé.

Article 2 : L’affaire est renvoyée devant la cour administrative d’appel de Versailles.

Prés. M. Stirn ; rapp. : M. Jean Musitelli ; rapp. publ. : M. Keller Rémi ; plaid. : SCP Lyon-Caen, Fabiani, Thiriez.

Plan de l'article

  1. Handicap... de l’État

Pour citer cet article

« Droit scolaire », Journal du droit des jeunes, 7/2009 (N° 287), p. 61-61.

URL : http://www.cairn.info/revue-journal-du-droit-des-jeunes-2009-7-page-61.htm
DOI : 10.3917/jdj.287.0061


Article précédent Pages 61 - 61
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback