Accueil Revues Revue Numéro Article

Journal du droit des jeunes

2011/7 (N° 307)


ALERTES EMAIL - REVUE Journal du droit des jeunes

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 12 - 12 Article suivant
1

Au terme de la première année du gouvernement de coalition au Royaume-Uni, il est assez difficile de se rendre vraiment compte de ce qui est fait en ce qui concerne la prévention de la criminalité en Angleterre et au Pays de Galles. La majorité des décisions prises sont inquiétantes et même, dans certains cas, clairement négatives. Certaines restrictions sont directement liées à la crise économique ; d’autres en revanche sont sans doute plus idéologiques.

Réduction des effectifs policiers

2

Les effectifs policiers ont été réduits de façon significative et cela touche également des spécialistes chevronnés dans le domaine de la réduction de la criminalité, qui partiront avec leur savoir. L’Agence nationale d’amélioration de la fonction policière (ou National Policing Improvement Agency), qui était responsable d’une grande diversité de formations dans le domaine de la prévention de la criminalité, a vu son rôle considérablement réduit pour des raisons de « rentabilité » et d’appartenance à des services nationaux dits « cruciaux ». Des licenciements similaires ont lieu au sein des administrations locales, ce qui affectera sans aucun doute les services de sécurité et de prévention.

Fermeture de sites internet

3

Le gouvernement a fermé et archivé les mini-sites internet très complets sur la réduction de la criminalité et celui de l’Agence nationale de probation (ou National Probation Service), sans pour l’instant les remplacer par des sites équivalents.

Absorption de commissions indépendantes

4

La Commission pour la justice des jeunes (ou Youth Justice Board), créatrice de nombreux programmes innovants, imaginatifs et rigoureux, essentiellement mis en place par des équipes locales de prévention de la délinquance juvénile, a été réintégrée au sein du ministère de la Justice. La Commission pour l’architecture et l’urbanisme (ou Commission for Architecture and Built Environnment), qui au cours des dernières années a enfin commencé à s’intéresser à la criminalité, a été incorporée au Conseil du design (ou Design Council). En soi, ce n’est pas une mauvaise chose, mais le nombre d’employés a diminué. L’Alliance pour le design et la technologie contre la criminalité (ou Design and Technology Alliance against crime), gérée par le Conseil du design, arrive au terme de trois ans d’existence et nous ignorons ce qui la remplacera, si toutefois quelque chose la remplace. (De plus, le fonctionnaire du ministère de l’Intérieur qui soutenait l’Alliance quitte son poste comme beaucoup de ses collègues, en raison du plan de réduction des effectifs.)

De nouvelles actions de prévention

5

D’un point de vue plus constructif, le travail de recherche sociale se poursuit, maintenant partagé entre les ministères de la Justice et de l’Intérieur. Le gouvernement est en train de modifier la législation sur les incivilités (« anti-social behaviour ») et a annoncé un financement de 10 millions de livres alloué au programme « Positive Future », qui repose sur le sport et d’autres activités créatrices pour nouer des liens avec les jeunes et les aider à changer de vie, et 4 millions de livres pour les petites structures locales travaillant dans les communautés à travers le pays afin d’éviter que les jeunes ne soient impliqués dans des gangs et des crimes à l’arme blanche. Toutefois, la façon dont l’expertise professionnelle préventive et le savoir provenant des recherches doivent être intégrés au programme n’est pas claire.

Incarcération et cartes locales de la criminalité

6

Le gouvernement est devenu critique sur la rentabilité financière de l’incarcération, ce qui constitue un changement radical par rapport à l’affirmation de la précédente administration conservatrice, qui estimait que « la prison fonctionne ». Le gouvernement a ainsi mis en place des cartes locales de la criminalité [1][1] www.police.uk. Malheureusement, elles se réfèrent uniquement aux incidents criminels survenus le mois précédent, ce qui est peu probant, et comporte très peu d’informations comparatives. De plus, il existe un risque que les chiffres concernant les crimes violents, utilisés hors contexte, aboutissent à stigmatiser injustement certaines communautés comme étant des zones à forte criminalité. Peut-être pire encore, en ce qui concerne le réveil d’un sentiment d’insécurité et d’une volonté excessive de réprimer, il existe désormais une section sur Twitter où l’on peut suivre les incidents survenant sur une large zone géographique par des messages tels que « il y a 49 minutes... vol à St Leonards ».

La Grande société

7

Nous attendons toujours l’interprétation élargie du ministère de l’Intérieur sur le credo du gouvernement de coalition : la « Grande société » (Big society). Celui-ci souhaite mettre l’accent sur trois thèmes : la participation de la communauté, l’ouverture des services publics et l’action sociale. Ces thèmes, tous liés à la prévention de la criminalité et à la sécurité de la communauté, sont a priori louables. Mais le seul développement stratégique tangible qui a émergé jusqu’ici est le projet de loi sur la réforme de la police et la responsabilité sociale. Celui-ci propose de remplacer les autorités de police locales (jusqu’ici composées de magistrats et d’élus locaux, sur nomination et non point élus) par des Commissaires de Police et Criminalité qui seront tous directement élus. Le but est d’améliorer la responsabilité de la police, mais la préoccupation actuelle est que le maintien de l’ordre et la prévention de la criminalité ne deviennent encore plus politisés qu’ils ne le sont déjà. Où sont passés les préventionnistes ?

Notes

[*]

Professeur de Design contre la criminalité de l’Université centrale d’art et de design de Saint Martins, Londres. L’article a été publié quelques semaines avant les évènements du mois d’août en Angleterre sur le site http://www.efus.eu/fr/policies/national/unitedkingdom/public/2021/


Article précédent Pages 12 - 12 Article suivant
© 2010-2017 Cairn.info