Accueil Revues Revue Numéro Article

L'Économie politique

2001/3 (no 11)


ALERTES EMAIL - REVUE L'Économie politique

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Pages 5 - 6 Article suivant
1

Les hasards du calendrier ont rassemblé dans ce numéro de L'Economie Politique un ensemble de contributions qui, sur les débats du moment, expriment des prises de position fortes, voire ouvertement polémiques.

2

Dans la première catégorie, on peut ranger les articles d'Edmond Malinvaud et d'Alain Supiot. Le premier, aiguillonné par le débat lancé par les étudiants en sciences économiques, qui contestent l'enseignement qu'ils reçoivent, affirme l'identité forte de l'approche économique (son champ d'étude, sa méthode, ses objectifs) et l'impossibilité d'une théorie générale du développement humain. Entre les deux, nous dit le professeur honoraire du Collège de France, l'espace est ouvert pour des enrichissements mutuels entre les différentes disciplines de sciences sociales. Mais chacune reste dans son domaine de compétence et les disciplines hybrides - qui ne le sont généralement pas vraiment - n'apportent pas grand-chose. Les lecteurs fidèles de cette revue auront remarqué que cette position va à l'encontre de celles proposées par différents auteurs dans des numéros précédents. Aussi avons-nous demandé à plusieurs spécialistes des autres sciences sociales de réagir aux propos d'Edmond Malinvaud, les sociologues ouvrant le ban dès le prochain numéro.

3

Alain Supiot, de son côté, propose un bilan des effets négatifs de la mondialisation économique sur la régulation sociale. Pour résumer, on pourrait dire que le droit s'est mis au service de l'économie contre le social, dans un environnement où l'Etat a perdu de ses fonctions régulatrices. Les rapports de force entre entreprises et syndicats ont été bousculés en faveur des premières, ce qui appelle un nécessaire aggiornamento des pratiques syndicales. Des solutions ? Il y en a, nous dit Alain Supiot : développer une autorité sociale mondiale, permettre à ceux qui produisent de donner des informations sur les conditions sociales dans lesquelles les produits sont fabriqués, jouer sur la sensibilité des entreprises à la demande de leur produit (ce qui passe par la reconnaissance et l'encadrement du droit au boycott), développer l'investissement socialement responsable.

4

Dans une veine plus polémique, Francisco Vergara détruit avec méthode, utilisant force citations et analyses, les positions développées par Louis Dumont dans son célèbre Homo aequalis. Non, l'économie ne s'est pas séparée de la morale au temps des classiques : pour Adam Smith, sans respect des règles morales dans l'échange marchand, il n'y a pas de prospérité économique possible. Et même quand ces règles sont respectées, les intérêts de tous ne sont pas forcément en harmonie - contrairement, encore une fois, à ce que Dumont fait dire aux classiques. Imprécision sémantique, thèses contradictoires, etc., Vergara nous livre une véritable charge, qui ne laissera pas sans réaction.

5

Mais l'article reste " gentil ", par rapport aux positions défendues par Dominique Taddei. Sa contribution aurait pu s'intituler : " Pourquoi Jospin va perdre les présidentielles ". La raison ? Il est conseillé par des économistes qui cachent, sous un faux nez keynésien, des politiques de droite, qui considèrent qu'il est normal que les riches soient relativement de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres, et qui raisonnent comme si l'être humain était uniquement un homo economicus. Ils ont abandonné l'idée fondamentale de Keynes que le chômage ne peut se résoudre que par une action sur la demande (sur le marché des biens et services) et non pas sur l'offre (en baissant les charges des entreprises sur le marché du travail). Le résultat politique de tout cela est assuré d'avance : l'électorat de droite préférera l'original à la copie et une bonne partie de l'électorat de gauche refusera de soutenir une politique dans laquelle il ne se reconnaît pas. La preuve ? Regardez le résultat des dernières municipales, nous lance Taddei.

6

On vous l'avait dit, le débat est ouvert...

Pour citer cet article

Chavagneux Christian, « Controverses », L'Économie politique 3/2001 (no 11) , p. 5-6
URL : www.cairn.info/revue-l-economie-politique-2001-3-page-5.htm.
DOI : 10.3917/leco.011.0005.


Pages 5 - 6 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback