Accueil Revues Revue Numéro Article

L'Économie politique

2002/2 (no 14)


ALERTES EMAIL - REVUE L'Économie politique

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Pages 5 - 5 Article suivant
1

Signe de la domination de l'économie dans le débat politique, l'essayiste et romancier Pascal Bruckner vient de publier un ouvrage consacré à l'économie mondiale et à ses critiques (Misère de la prospérité, éd. Grasset). Le capitalisme, nous dit-il, est source d'inégalités, de pollution, de stakhanovisme, et nourrit un sentiment d'insécurité, pour la bourgeoisie moyenne, qui finira par la faire douter de la démocratie. Il mérite donc d'être critiqué.

2

Mais, nous dit Bruckner, les militants de l'antimondialisation libérale ne l'attaquent pas au fond : ils sont dominés par des experts qui restent dans l'économisme et qui renforcent finalement l'ordre capitaliste, car celui-ci profite toujours des critiques qui lui sont adressées pour se régénérer et prospérer. Ces mouvements dessinent des alternatives à l'intérieur du capitalisme plutôt qu'au capitalisme, ce que Bruckner regrette.

3

Pourtant, le capitalisme, appuyé sur l'économie de marché, est une réalité historique qu'il serait vain de nier et un formidable producteur de richesses. Que faire d'autre, sinon chercher à le rendre moins inégalitaire, moins polluant, plus respectueux de la personne humaine, etc. ?

4

Bruckner propose trois pistes. Un ensemble d'actions concrètes (fermer les paradis fiscaux, annuler la dette du Sud...) qui sont exactement celles que prônent les contestataires qu'il réfute (et qu'à l'évidence il connaît peu). Laïciser l'économie, c'est-à-dire la confiner dans son propre périmètre (on comprend le souci d'éviter sa domination, mais cela ne revient-il pas à croire que l'on peut la séparer du reste de la société ?) et en finir avec sa confiscation par les experts (un des objectifs de notre revue, voir le numéro 1). Enfin, vivre à côté du capitalisme, en donnant de l'importance, dans nos vies, à autre chose que l'accumulation matérielle. Un appel humaniste à la spiritualité, auquel on peut souscrire, mais qui ne rompt pas non plus avec le capitalisme...

Pour citer cet article

Chavagneux Christian, « Misère de la critique », L'Économie politique 2/2002 (no 14) , p. 5-5
URL : www.cairn.info/revue-l-economie-politique-2002-2-page-5.htm.
DOI : 10.3917/leco.014.0005.


Pages 5 - 5 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback