Accueil Revues Revue Numéro Article

L'Économie politique

2002/4 (no 16)


ALERTES EMAIL - REVUE L'Économie politique

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 107 - 112
1

Réalisée à partir de documents d'archives britanniques et françaises, cette étude a permis la mise au jour du mémorandum inédit " Memorandum on financial arrangements in Northern Russia ", dans lequel Keynes expose son projet de réforme monétaire. Les trois versions originales en anglais, de six ou sept pages chacune, sont conservées au Public Record Office (Kew, Royaume-Uni). Il existe également une traduction - très approximative - de l'exemplaire adressé par Keynes au gou vernement français, dans les archives du Centre des archives économiques et financières de Savigny-le-Temple. Le texte qui suit n'a jamais été publié et correspond à une traduction personnelle, réalisée à partir de la troisième version du mémorandum original en anglais et datée du 28 août 1918.

2

Jean-François Ponsot

3

1. Les deux expéditions à Mourmansk et à Arkhangelsk ont été, jusqu'ici, largement distinctes d'un point de vue financier.

4

2. Dans les deux sites, la demande de fonds relève :

5

(a) des dépenses locales de nos forces militaires ;

6

(b) du règlement des charges locales ;

7

(c) des dépenses à caractère politique ;

8

(d) des dépenses de l'Amirauté dans les ports et les docks ;

9

(e) des prêts ou des avances consentis aux soviets locaux ou aux autres autorités locales ;

10

(f) des commandes de lin, de bois et d'autres articles russes, dont il y aura lieu, plus tard, de développer le commerce d'exportation.

11

Les dépenses du point (e) sont importantes, surtout à Mourmansk, pour des raisons politiques, parce que les nombreux employés des chemins de fer sont payés par le soviet, et parce que la poursuite de ces travaux s'avère primordiale pour nos opérations.

12

3. Jusqu'ici, nous avons obtenu des fonds pour les dépenses précitées :

13

(a) par la vente sur place de biens alimentaires importés ;

14

(b) par l'acquisition de roubles contre des sterling à Londres ;

15

(c) en recourant, pour une très petite partie, à des billets britanniques.

16

Jusqu'à présent, le gros de nos besoins a été fourni conformément à la rubrique (b). A Arkhangelsk, nous n'avons pas rencontré, jusqu'ici, de difficultés particulières pour l'obtention de roubles par ce moyen. A Mourmansk, en revanche, la source s'est tarie et une situation de crise aiguë s'est installée.

17

4. Il y a quelques semaines, l'éventualité d'une telle crise a été envisagée et le Trésor a immédiatement pris des dispositions pour autoriser l'impression, par la société Waterlow, de billets en roubles adaptés pour une circulation en Russie du Nord. Ces billets ne sont en aucun cas des fac-similés des billets existants, mais leur apparence générale est très voisine, si bien qu'ils revêtiront un aspect familier pour la population locale. Une quantité réduite de ces billets est déjà disponible sous la forme de très petites coupures, et de plus grandes quantités sont attendues à partir du mois de septembre. La question du libellé exact que doivent porter ces billets nécessite cependant une reconsidération.

18

5. L'intention de départ était de faire émettre ces billets par le Conseil de la région de Mourmansk et de ne leur donner aucune forme de garantie alliée. Mais il est évident, aujourd'hui, que l'émission doit relever d'une démarche plus ambitieuse. En premier lieu, il est clair qu'une émission sans garantie par le Conseil de Mourmansk risquerait de ne pas être acceptée facilement. Ensuite, les demandes d'utilisation de ces billets proviennent aujourd'hui, non seulement de la région de Mourmansk, mais également de celle d'Arkhangelsk, et au vu de l'accroissement de nos dépenses sur place, cette demande est sans doute justifiée.

19

6. Compte tenu de ces circonstances, je suis convaincu que nous ne pouvons espérer nous maintenir bien longtemps en ayant recours à des expédients et que nous devons rechercher, autant que faire se peut, une solution étendue et à caractère permanent. Je crois qu'il ne sera pas trop ambitieux de chercher à établir une monnaie stable, susceptible de devenir la circulation à titre permanent de la Russie du Nord. Les émissions existantes de roubles sont sans valeur intrinsèque et ne représenteront certainement plus rien le jour où des relations commerciales normales seront rétablies, si ce n'est le cas avant. Actuellement, elles ne sont maintenues en circulation que par attachement et par habitude ; pourtant, le précédent historique des assignats français montre que la chute, lorsqu'elle se produira, pourra être absolument totale. Moins nous utiliserons ces roubles, mieux cela vaudra. Une raison supplémentaire est que les cours de change des roubles existants sont hors de proportion avec leur pouvoir d'achat, et que cette situation se prolongera tant que subsisteront les conditions artificielles actuelles. Le pouvoir d'achat ne représente plus qu'un vingtième à un soixantième du pouvoir d'achat antérieur, alors que le cours de change est seulement tombé à un niveau compris entre le tiers et le cinquième de la valeur au pair. Cela signifie que les roubles que nous achetons avec des livres sterling n'ont qu'un très faible pouvoir d'achat. Il est par conséquent très difficile - et probablement à la longue très coûteux - d'utiliser une monnaie reposant sur une valeur aussi arbitraire et aussi fluctuante que celle du rouble existant.

20

7. D'un autre côté, il existe en Russie du Nord un ensemble non négligeable de facteurs favorables à une expérience monétaire. Il nous faut cependant être prudent, afin de ne pas imiter l'échec allemand de mise en circulation d'une nouvelle monnaie en Ukraine. Nous devons également éviter, si possible, d'en faire une expérience dont les risques seraient assumés conjointement par les Alliés ; cela conduirait à des discussions et à des délais prolongés. En termes techniques, le système que je propose serait décrit comme un étalon-sterling réglé par une Caisse de conversion. Ses principes de fonctionnement seraient les suivants :

21

8. (a) La nouvelle monnaie serait utilisée sur la totalité de notre sphère d'influence en Russie du Nord, mais non en Sibérie. Elle serait nominativement la monnaie de toute autorité locale reconnue par nous et représentant le gouvernement provisoire du pays, et s'appuierait, non pas sur une garantie formelle, mais sur la constitution d'une réserve en sterling comme indiqué infra.

22

(b) Les billets ne seraient émis ni par l'autorité locale, ni par les Alliés, ni par une quelconque banque représentant ou non l'ancienne Banque d'Etat, mais par une Caisse de conversion indépendante, analogue à celles qui, en Amérique du Sud, ont réussi à relever la valeur monétaire de ces pays par rapport à leur dépréciation antérieure. Cette Caisse de conversion serait russe, et non alliée, dans sa constitution, et serait un apanage du gouvernement local ; mais l'émission et le remboursement des billets ne pourraient être effectués que conformément aux règles présentées ci-dessous, sauf dans des circonstances exceptionnelles et alors uniquement après avis du conseiller financier britannique attaché à la Caisse de conversion.

23

(c) Les billets seraient émis uniquement selon les conditions suivantes :

24

1/ en échange de livres sterling à Londres, à un taux de change fixe ;

25

2/ en échange d'anciens roubles en billets, selon un taux de change qui serait publié périodiquement par la Caisse de conversion ;

26

3/ en échange de bons du Trésor du gouvernement local, à condition que cette émission de billets soit arrêtée dès lors qu'elle atteint un montant équivalent au tiers du montant total en circulation.

27

(d) La Caisse de conversion rachèterait les nouveaux billets à la demande, en échange de sterling à Londres, au même taux de change fixe que celui précisé en (c).1.

28

(e) Toutes les opérations de change entre la livre sterling et l'ancien rouble seraient interdites à Londres et aucune opération de ce type ne serait autorisée en Russie du Nord, à l'exception des opérations réalisées par l'intermédiaire de la Caisse de conversion. Cela signifie que les personnes désireuses de présenter des anciens roubles à Londres devraient préalablement les convertir en nouveaux roubles avant de remettre ces derniers à Londres.

29

(f) Les denrées alimentaires importées seraient vendues uniquement en nouveaux roubles et les paiements aux autorités locales devraient, autant que faire se peut, être également effectués en nouveaux roubles.

30

(g) Les sterling obtenus selon la rubrique (c).1, ou par la revente, pour du sterling, d'anciens roubles obtenus comme indiqué en (c).2, seraient conservés à la Banque d'Angleterre et considérés comme la propriété inaliénable de la Caisse russe de conversion.

31

9. Il résulterait de ce qui précède que tous les billets nécessaires aux autorités alliées, que ce soit pour les opérations militaires ou pour l'achat de lin, de bois, etc., devraient être obtenus auprès de la Caisse de conversion en échange de sterling. Il s'agirait de la principale source de la réserve en sterling conservée pour couverture de l'émission monétaire. Les anciens billets accumulés par la Caisse de conversion selon la rubrique (c).2 pourraient éventuellement être rachetés en échange de sterling par les autorités alliées pour être utilisés en Sibérie, s'ils n'étaient pas nécessaires au niveau local.

32

10. La cote du nouveau rouble serait de quarante nouveaux roubles pour une livre sterling, et on chercherait à maintenir la fixité de ce taux de façon permanente et en toute circonstance. Je suggère qu'au départ le nouveau rouble vendu contre de l'ancien rouble, tel qu'il est prévu de le faire dans la clause (c).2, le soit à un taux de quatre nouveaux roubles pour cinq anciens roubles (par exemple, pendant un mois), mais que l'on annonce simultanément que le prix payé pour les anciens roubles subirait un abaissement progressif. Si tout se passe bien, cet abaissement pourrait intervenir rapidement, jusqu'à ce que le taux d'un nouveau rouble pour deux anciens roubles soit atteint. Après quoi, les réductions ultérieures dépendraient du montant de l'offre d'anciens roubles.

33

11. Afin d'assurer un bon départ aux nouveaux billets, les autorités alliées pourraient accepter d'acheter initialement au moins 25 millions de roubles en nouveaux billets par mois, pendant quatre mois, soit un total de 100 millions de nouveaux roubles. Ceci permettrait aux autorités locales de se procurer des fonds de manière satisfaisante, en échange d'une émission de bons du Trésor.

34

12. Les principales difficultés qui peuvent se poser pour cette nouvelle monnaie me paraissent être les suivantes :

35

(a) Au début, la nouvelle monnaie peut être impopulaire et ne pas rester en circulation. Néanmoins, le manque de liquidités actuel et l'extrême facilité avec laquelle, d'après l'expérience, toutes les populations, y compris les plus ignorantes, s'adaptent à une nouvelle monnaie, sont des éléments qui jouent en sens inverse.

36

(b) La nouvelle monnaie peut devenir trop populaire et être absorbée par la thésaurisation, avec comme conséquence la nécessité d'accroître constamment l'émission pour répondre aux besoins de la circulation. Cependant, si les conditions d'émission précisées au point 8.c sont rigoureusement respectées, un tel accroissement ne peut se produire que conjointement avec l'augmentation de la réserve réelle.

37

(c) La prime au nouveau rouble sur l'ancien, qu'il sera essentiel de maintenir, peut conduire à des difficultés. Les salaires, calculés sur l'ancien rouble, sont basés sur le pouvoir d'achat de cette unité et pourraient, par conséquent, rester indûment élevés si on les maintenait à un taux aussi élevé une fois exprimés en nouveaux roubles. A la longue, il serait difficilement tenable de payer les ouvriers à un taux aussi élevé en nouveaux roubles. Néanmoins, pour commencer, il pourrait sérer plus prudent de le faire. Tant que le haut pouvoir d'achat du nouveau rouble n'a pas été constaté par l'expérience, une diminution des salaires nominaux risquerait de provoquer un profond mécontentement. La perte financière qui résulterait de ce qui précède pourrait cependant être diminuée en partie en cotant le cours du rouble à trois pence au lieu de six, dans la fixation du prix de vente des denrées alimentaires et des produits de première nécessité importés.

38

13. L'instauration de la nouvelle monnaie devrait être rendue publique aussi tôt que possible.

39

14. La nouvelle monnaie doit trouver son salut dans une application absolument rigoureuse des règles d'émission prévues au point 8, dans un contrôle et une limitation très étroite des dépenses des autorités locales russes, et surtout dans une politique très ferme de la part des autorités militaires, visant à réduire dès que possible les prix et les salaires en Russie du Nord, jusqu'à un niveau approprié correspondant à une valorisation permanente du nouveau rouble au taux de six pence environ. Les autorités britanniques doivent considérer que le nouveau rouble vaut réellement six pence dans toutes leurs transactions. En ce qui nous concerne, nous devons adopter une attitude loyale et honnête envers la nouvelle monnaie ; nous devons régler intégralement tous nos engagements, acheter des nouveaux billets dès que le besoin s'en fait sentir. En aucun cas nous ne devons être suspectés de pouvoir retirer un quelconque bénéfice de l'opération. Avec le temps, ces règles de conduite prévaudront, et notre politique aura alors montré comment elle se démarque des agissements de l'Allemagne en Ukraine.

40

John Maynard Keynes, 28 août 1918

41

Source : T1/12261[35246], Archives du British Treasury, Public Record Office, Kew, Royaume-Uni

Pour citer cet article

Ponsot Jean-François, « Mémorandum sur les arrangements monétaires et financiers en Russie du Nord, 28 août 1918 (Un inédit de John Maynard Keynes) », L'Économie politique, 4/2002 (no 16), p. 107-112.

URL : http://www.cairn.info/revue-l-economie-politique-2002-4-page-107.htm
DOI : 10.3917/leco.016.0107


Article précédent Pages 107 - 112
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback