Accueil Revues Revue Numéro Article

L'Économie politique

2005/4 (no 28)


ALERTES EMAIL - REVUE L'Économie politique

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Pages 5 - 5 Article suivant
1

Dans le pays le plus riche du monde, les Etats-Unis, la probabilité est de plus en plus grande de finir sa vie pauvre et malade. Il y a ceux pour qui, malheureusement, c'est déjà une certitude : fin 2004, 45,8 millions d'Américains, soit 15,7 % de la population, ne bénéficiaient d'aucune couverture sociale. Et la tendance, ces dernières années, est à l'augmentation.

2

Mais le problème est en train de prendre une ampleur bien plus phénoménale. En France, la protection sociale est en grande partie assurée par des régimes collectifs et obligatoires, et l'évolution des modes de financement ou du champ couvert par la " Sécu " font l'objet de négociations politiques entre l'Etat et les partenaires sociaux. Aux Etats-Unis, les salariés dépendent très largement de leur entreprise pour le versement de leur retraite et de leur assurance maladie. Or, d'après les estimations récentes de la banque Crédit Suisse First Boston, 13 % des retraites et 80 % de la couverture maladie que doivent verser les 500 premières entreprises ne disposent pas d'un financement adéquat et peuvent les pousser à la faillite.

3

Certaines firmes comptent d'ailleurs sur un détournement de la loi sur les faillites, qui permet de couper dans les dépenses sociales, pour " se refaire une santé ". Elles remplacent également les plans de retraite à " prestations définies ", qui garantissent un niveau de revenu, par des plans à " cotisations définies ", qui ne payent qu'en fonction du rendement des placements boursiers. D'autres réclament à l'Etat américain de prendre en charge cet " obstacle à la compétitivité ", tel Rick Wagoner, le patron de General Motors, premier acteur privé de sécurité sociale avec plus d'un million de personnes à sa charge.

4

L'avenir le plus probable est que les riches se paieront de plus en plus des assurances privées personnelles. Quant aux autres...

Pour citer cet article

Chavagneux Christian, « Vieux, pauvres et malades », L'Économie politique 4/2005 (no 28) , p. 5-5
URL : www.cairn.info/revue-l-economie-politique-2005-4-page-5.htm.
DOI : 10.3917/leco.028.0005.


Pages 5 - 5 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback