Accueil Revues Revue Numéro Article

L'Économie politique

2006/3 (no 31)


ALERTES EMAIL - REVUE L'Économie politique

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 99 - 106 Article suivant

Emploi : éloge de la stabilité. L'Etat social contre la flexicurité, Christophe Ramaux, Mille et Une Nuits, 2006, 320p.

1

La mode est à la "flexicurité", ou "flexsécurité": un néologisme importé du Danemark et des Pays-Bas qui, dans ce domaine, ont été largement pionniers. Il s'agit de tenter d'allier sécurité pour le travailleur et flexibilité pour l'économie. Car, paraît-il, désormais, l'efficacité économique imposerait aux firmes d'adapter instantanément le volume et la qualification de leur main-d'oeuvre aux fluctuations de leur marché ou aux innovations de leur production. Le marché du travail deviendrait, de plus en plus, un grand réservoir où chaque entreprise puise, puis rejette les travailleurs, en fonction de ses besoins immédiats. D'où l'importance de "protéger le travailleur et non l'emploi", selon l'expression d'Alain Supiot qui, plus que tout autre, a souligné la nécessité de garantir au travailleur menacé de précarité une continuité des droits, en matière de revenu, de couverture sociale et de formation notamment  [1][1] Voir notamment le rapport piloté par Alain Supiot à.... Bref, de "sécuriser ses parcours professionnels", selon l'expression de la CFDT, ou de lui assurer "une sécurité sociale professionnelle", selon celle de la CGT. De la flexibilité, oui, mais à condition qu'elle s'effectue à l'abri de garanties empêchant qu'elle soit une plongée dans l'insécurité du chômage, des droits sociaux rognés ou des salaires au rabais.

2

Dans le concert de louanges à l'égard de cette noble intention, une voix discordante s'élève. Arrêtez les faux-semblants!, nous dit Christophe Ramaux. Certes, il y a de la précarité dans l'emploi, et de plus en plus. Mais cela n'a rien à voir avec les nécessités de l'économie. Au contraire, celle-ci requiert plutôt des travailleurs stables, parce que c'est la stabilité dans l'emploi qui permet d'acquérir l'expérience, de tirer profit des savoirs accumulés antérieurement et d'investir de façon efficace dans la formation. La preuve, d'ailleurs, c'est que la durée moyenne de présence dans la même entreprise tend plutôt à augmenter. L'instabilité de l'emploi, si elle progresse, est bien davantage la conséquence du chômage de masse que celle des nécessités du système productif. Car le chômage engendre une mobilité contrainte dont la fonction consiste à insécuriser les salariés, de façon à les amener à ne pas la ramener. Il s'agit moins d'une transformation du fonctionnement de l'économie que d'une stratégie patronale prenant appui sur l'insuffisance du nombre d'emplois créés.

3

En réalité, insiste-t-il, même si cette fragilité du lien salarial ne touche qu'une fraction très minoritaire des salariés, généralement les plus fragiles, qui supportent à plein le poids des ajustements, le sentiment d'insécurité devient si fort -en France tout particulièrement- qu'il incite chacun à courber l'échine et à accepter des conditions de travail, d'emploi et de salaire qu'il n'aurait jamais acceptées autrement. L'insécurité sociale se nourrit de la crainte de l'instabilité bien davantage que dans sa réalité, somme toute limitée.

4

Christophe Ramaux a évidemment raison sur ce point, toutes les données disponibles le montrent à l'évidence. L'instabilité généralisée, le "précariat" ou le "tous précaires" qui ponctuait les manifestations contre le CPE relèvent d'une crainte plus que d'une réalité, même si, notamment dans les jeunes générations, les non ou les mal-diplômés en éprouvent quasi quotidiennement les effets ravageurs. Mais pourquoi faut-il que, partant de cette base solide, il se livre ensuite à des analyses bien plus fragiles, à partir de thèses contestables ?

Quelle flexibilité?

5

Première thèse contestable : rien, dans le système productif, ne pousserait à ce que l'on y ait davantage besoin de flexibilité. Au contraire, beaucoup pousse dans ce sens. D'abord, c'est par le biais de ce que les économistes appellent les "réallocations de main-d'oeuvre" que s'effectuent les adaptations et les modifications du contenu du système productif : c'est d'ailleurs cette capacité réactive qui explique l'efficacité de l'économie de marché. Or, dans les périodes de mutation intense, comme celle que nous connaissons actuellement -irruption de la mondialisation, informatisation de la plupart des activités...-, les réallocations de main-d'oeuvre s'accroissent. Ensuite, la tertiarisation de l'économie, quoi qu'en dise Christophe Ramaux, a pour effet de multiplier les emplois "atypiques", qu'il s'agisse des emplois temporaires ou des emplois à temps partiel, car la plupart des services ne se stockent pas et exigent la présence des travailleurs au moment et à l'endroit même où se trouvent les acheteurs ou les clients : le service abonnement d'Alternatives Economiques reçoit les deux tiers des commandes d'abonnements annuels entre septembre et novembre inclus, et il ne va pas s'amuser à mettre en attente les demandes sous prétexte qu'il faudrait stabiliser l'emploi toute l'année ; le nettoyage des bureaux doit s'effectuer en dehors des heures où les salariés les occupent ; c'est après les heures d'école que l'on a besoin de services de garde d'enfants d'âge scolaire, etc. Enfin, la "modularisation" des activités économiques -ou, si l'on préfère, la division croissante du travail au sein d'une même filière de production- pousse à la multiplication de tâches "externalisées" dans des structures à la fois plus spécialisées et plus petites : à l'organisation interne au sein de la même (grande) entreprise se substituent partiellement des relations de marché entre donneur d'ordre et sous-traitant, prestataire ou consultant ; or ces relations de marché sont forcément plus instables que celles qui prévalaient dans la grande organisation de type hiérarchique.

6

Certes, ces besoins accrus de flexibilité n'impliquent pas forcément de recourir à des emplois instables. Des solutions privilégiant la flexibilité interne, c'est-à-dire faisant appel aux salariés de l'entreprise plutôt qu'à des contrats temporaires, sont souvent possibles : polyvalence des salariés, modulation des horaires, groupements d'employeurs, multi-activité ou mutualisation des emplois (pour transformer des temps partiels en temps pleins par "chaînage" d'activités successives)... Par facilité, manque d'imagination ou insuffisance de contrepoids syndical, trop d'employeurs se bornent à multiplier les emplois précaires, voire "indignes" (quelques heures de travail ici, quelques heures là), au lieu de chercher à proposer des emplois stables. Dans des activités présentées comme des "gisements d'emplois" importants, comme les services aux personnes à domicile, les pouvoirs publics incitent à la création de "miettes d'emplois" mal protégées, mal organisées et mal rémunérées, dans les emplois familiaux par exemple, par le biais des réductions d'impôts, des baisses de cotisations sociales, de chèques emploi-service, toutes choses qui poussent les particuliers à devenir employeurs, alors qu'il serait possible de financer et d'aider les structures mutualisatrices. Il y a donc beaucoup à faire pour empêcher que ne se développent à l'excès des emplois instables et paupérisants. Reste que, même en freinant certaines de ses formes d'emploi les plus précaires, le système économique est porteur d'une tendance accrue à l'instabilité.

Répondre à l'obsolescence des savoir-faire

7

Deuxième thèse contestable : la flexicurité -que l'auteur préfère appeler la "sécurité emploi-formation"- consiste surtout à masquer le chômage (un chômeur en formation n'est plus considéré comme chômeur) et à libéraliser en douce le marché du travail, notamment en faisant reposer le chômage sur l'inadaptation du chômeur aux évolutions de l'emploi. D'abord, la flexicurité est loin de se réduire à la formation : lorsque, aux Pays-Bas, les agences d'intérim sont contraintes de faire passer les intérimaires qui ont cumulé 18mois d'intérim en CDI et de prendre sur elles les risques de missions qui ne s'enchaîneraient pas, il s'agit de flexicurité. Lorsque, en Autriche, les entreprises doivent affecter 1,5 % du salaire brut à un fonds qui reverse les montants accumulés aux salariés concernés lorsque leur contrat est interrompu ou les affecte à grossir leurs droits à retraite s'il n'y a pas eu de rupture de contrat, c'est encore de la flexicurité. Lorsque, au Danemark, les agences de l'emploi sont dans l'obligation de proposer un emploi payé selon les normes de la profession aux chômeurs qui sortent de formation, c'est toujours de la flexicurité.

8

Surtout, Christophe Ramaux conteste l'idée que le chômage puisse provenir d'une insuffisance, d'une inadaptation ou d'une obsolescence des savoir-faire ou des connaissances de certains travailleurs : "sous couvert d'adaptabilité et d'employabilité, ne laisse-t-on pas entendre que les problèmes d'emploi et de chômage seraient principalement le fruit [...] d'un simple défaut d'ajustement qualitatif de la main-d'oeuvre ?" Et, du coup, il passe d'un extrême à l'autre : le chômage relève entièrement de causes macroéconomiques -l'insuffisance de la demande globale au premier chef-, il ne peut s'expliquer par des causes microéconomiques. Vraiment ? Croit-il que les femmes de Moulinex ne seraient pas mieux loties aujourd'hui si leur employeur avait privilégié leur formation au lieu de l'ignorer ?

9

En vingt ans -pour ne pas remonter plus loin-, le tissu productif a énormément changé en France comme partout : Creusot-Loire, Rhodia, Motobécane ont disparu, Bull, Pechiney ou Petit Bateau ne sont plus que l'ombre d'elles-mêmes. En vingt ans, des métiers nouveaux, des techniques nouvelles, des entreprises nouvelles sont apparus : dans la presse, à l'hôpital, dans le commerce, le cinéma, les ordinateurs sont partout, et l'on voudrait nous faire croire qu'il n'y a pas de problèmes de compétences liés à cette gigantesque transformation, qui se poursuit ? La destruction créatrice de Schumpeter se déroule sous nos yeux et il suffirait, pour y faire face, de renforcer la formation initiale ? Allons, allons! La demande globale est elle-même pour partie le résultat d'anticipations qui dépendent de la capacité des entreprises à trouver la main-d'oeuvre qualifiée dont elles ont besoin. Autant Christophe Ramaux a raison de dénoncer l'analyse selon laquelle le dynamisme économique des nations et leur capacité à atteindre le plein-emploi dépendraient exclusivement d'ajustements microéconomiques et d'un "meilleur" fonctionnement du marché du travail, autant il n'est pas raisonnable de prétendre qu'ils ne jouent aucun rôle. La formation n'est pas la clé de tout, mais elle aide, telle est la leçon que nous pouvons tirer de la Finlande et de la Suède, deux pays qui ont fortement réduit leur taux de chômage tout en réduisant dans des proportions sensibles également leur dépense publique, mais qui ont fortement investi dans la formation, tant initiale que continue.

Le rôle des politiques économiques

10

Troisième thèse contestable, justement, l'affirmation selon laquelle la responsabilité unique du chômage vient d'une politique économique triplement restrictive : austérité salariale, austérité budgétaire, priorité monétaire donnée à un taux de change élevé. Loin de favoriser la croissance, cette thérapie néo-libérale l'aurait au contraire bloquée, faute de demande suffisante. Sans doute, la politique économique menée depuis un quart de siècle a joué un rôle dans les médiocres performances économiques de la France, donc dans le chômage de masse : la désinflation "compétitive" des années Bérégovoy, menée au pas de charge, l'ancrage au deutschemark au début des années 1990 et la montée destructrice des taux d'intérêt qu'il a suscitée, la hausse de la TVA avec Juppé qui, sous prétexte de rééquilibrer les comptes publics, a brisé net la reprise qui s'esquissait en 1995... Mais enfin, d'autres pays qui ont adhéré à l'euro n'ont pas connu les mêmes difficultés : citons la Finlande, les Pays-Bas, l'Irlande ou l'Espagne. Et, depuis 2000, le niveau des taux d'intérêt fixé par la BCE est proche de 0 en valeur réelle (après déduction de l'inflation). Il est un peu commode, pour ne pas dire plus, de faire de la monnaie unique le bouc émissaire de nos difficultés, et la ficelle qui consiste à transférer sur les règles européennes, qualifiées de libérales, l'une des sources essentielles de nos difficultés est un peu grosse.

11

Sur l'austérité budgétaire, Christophe Ramaux met en avant que les dépenses de l'Etat n'ont cessé de diminuer (en proportion du PIB) durant toutes ces années, et que la hausse de l'endettement public est liée à la faiblesse de la croissance et des recettes fiscales, pas à l'augmentation des dépenses de l'Etat, lesquelles n'ont cessé de représenter une part décroissante du PIB. C'est vrai pour les dépenses publiques de l'Etat, mais pas pour les collectivités territoriales, et moins encore pour les organismes de protection sociale : au total la dépense publique dans son ensemble a progressé de 10points de PIB entre 1970 et 2005. Durant toutes ces années, l'Etat et les autres administrations n'ont guère cessé de faire de la relance, en dépensant chaque année 2 à 3points de PIB de plus qu'ils ne gagnaient.

12

Quant à l'austérité salariale, il serait peut-être temps d'en finir avec ce fantasme. Car c'est bien de fantasme qu'il s'agit. Certes, la part des salariés dans la valeur ajoutée brute  [2][2] Il s'agit de la valeur ajoutée brute au coût des facteurs,... est passée, entre 1970 et 2005, de 56,7 % à 60,2 %, soit une progression relative (3,5points, soit de l'ordre de 6 %) nettement moindre que celle de la proportion des salariés dans l'emploi (80 % en 1970, 91 % aujourd'hui, soit 11 points supplémentaires, ou encore + 14 %). Mais, si l'on raisonne en valeur ajoutée nette, c'est-à-dire après déduction de l'usure du capital technique utilisé dans la production, la part des salariés est passée de 60,4 % à 68,2 %, soit à peu près la même progression relative que celle de la proportion des salariés. En d'autres termes, une part croissante du PIB est consacrée à remplacer le capital technique usé parce que, conformément à la tendance de long terme du capitalisme que Marx pointait déjà dans ses raisonnements sur la composition organique du capital, le montant du capital fixe -les machines, logiciels et équipements utilisés dans la production- progresse plus vite que le montant du capital variable, c'est-à-dire de la force de travail utilisée. En langage non marxiste, le système économique est de plus en plus capitalistique : chaque travailleur a besoin, pour produire, d'un volume croissant de capital technique, ce qui explique à la fois les gains de productivité horaire -le tracteur qui remplace la paire de boeufs, le bulldozer la brouette, l'ordinateur la machine à calculer...- et le niveau croissant de qualification demandé aux travailleurs.

13

Dans les entreprises de type "sociétés", qui emploient 13millions de travailleurs, tous salariés, la rémunération des salariés absorbait 67,4 % de leur valeur ajoutée brute (au coût des facteurs, c'est-à-dire hors impôts et subventions d'exploitation) en 1970 et 67,8 % en 2005. Pourtant, la quasi-stagnation du pouvoir d'achat des salaires nets depuis une vingtaine d'années n'est pas une illusion. Car une part croissante de la rémunération des salariés part en cotisations sociales ou CSG: de ce fait, la part du salaire net est passée de 54 % de la valeur ajoutée nette au coût des facteurs en 1970 à 47 %. Ce qui a changé, ce n'est pas le poids relatif de la rémunération des salariés, c'est le partage entre le salaire net et le "salaire différé", qui sert à payer retraites, assurance-chômage et une partie de l'assurance-maladie.

14

Mensonge, alors, que cette affirmation (reprise sous des formes un peu différentes à quatre endroits du livre) pointant une "baisse de 8 à 10 points de la part des salaires dans la valeur ajoutée"? Pas tout à fait, même s'il y a de l'exagération  [3][3] La part des salaires dans le PIB est passée de 56,6 %.... Car le point de compa raison de Christophe Ramaux est le début des années 1980, période durant laquelle la part des salaires a atteint un sommet historique : la masse salariale (salaires + cotisations + intéressement) a atteint 85,5 % de la valeur ajoutée nette (au coût des facteurs) des sociétés en 1982. Les 14,5 % restant, cette année-là, ont à peine suffi à payer l'impôt sur les bénéfices et les intérêts sur emprunt. Globalement, pour rembourser leurs échéances d'emprunt, les sociétés ont dû s'endetter.

15

Et c'est bien là que le bât blesse. Car le régime de 1982 n'était pas viable : on n'a jamais vu d'entreprise capitaliste accepter de dépenser chaque année plus qu'elle ne gagne. Lorsque certaines d'entre elles sont dans cette situation, elles finissent par déposer le bilan et disparaître. Même s'il s'en défend, Christophe Ramaux fait comme si nous ne vivions pas en économie de marché. Il est facile, dans ces conditions de faire de l'"économie-fiction", de développer des schémas vertueux où la hausse des salaires et des revenus sociaux produisent une croissance élevée permettant aux entreprises de gagner beaucoup d'argent et au fisc de taxer fortement les revenus financiers et les hauts revenus. Cette économie-fiction oppose les méchants et pervers sociaux-libéraux - qui roulent en fait pour le patronat - aux gentils et intelligents marxo-keynésiens - qui se préoccupent de l'intérêt général, des chômeurs et des salariés. Les premiers racontent des " fabliaux " pour mieux tromper leur monde, les seconds, heureusement, rétablissent la vérité à défaut de pouvoir changer le cours des choses. Lionel Jospin penchait de leur côté entre 1997 et 2001  [4][4] "Un gouvernement de gauche acculant à la démission..., mais il a malheureusement été contaminé par les sociaux-libéraux. Ces derniers, que Christophe Ramaux pourchasse de sa vindicte, ont pourtant mis en place les 35 heures et les emplois jeunes et, lorsque se produit le supposé " tournant social-libéral " de Jospin, en 2000, la plupart d'entre eux ont quitté les manettes des cabinets ministériels. Il y a, pour le moins, une incohérence dans l'analyse de notre auteur...

Notes

[1]

Voir notamment le rapport piloté par Alain Supiot à la demande de la Commission européenne, Au-delà de l'emploi. Transformations du travail et devenir du travail en Europe, Flammarion, 1999.

[2]

Il s'agit de la valeur ajoutée brute au coût des facteurs, c'est-à-dire après déduction des impôts sur les produits (accises sur les alcools, le tabac, l'essence, droits de douane, taxe sur les salaires...) nets de subventions, car ces impôts, lorsqu'ils augmentent, réduisent mécaniquement la part des salaires... et celle des profits. On fait abstraction, dans ces calculs, du changement de système de comptabilité nationale intervenu en 1998.

[3]

La part des salaires dans le PIB est passée de 56,6 % à 51,6 % entre 1982 - point haut - et 2005. La part des salaires dans la valeur ajoutée des sociétés est passée de 68,8 % de leur valeur ajoutée brute à 65 % entre ces deux mêmes années.

[4]

"Un gouvernement de gauche acculant à la démission le patron des patrons - Jean Gandois en l'occurrence - au sujet des 35 heures, ce n'était pas, après tout, un mauvais début." On peut cependant s'interroger : hériter de Seillière comme successeur, était-ce un "bon début"?

Plan de l'article

  1. Emploi : éloge de la stabilité. L'Etat social contre la flexicurité, Christophe Ramaux, Mille et Une Nuits, 2006, 320p.
  2. Quelle flexibilité?
  3. Répondre à l'obsolescence des savoir-faire
  4. Le rôle des politiques économiques

Pour citer cet article

Clerc Denis, Ramaux Christophe, « Ne pas se tromper de diagnostic », L'Économie politique, 3/2006 (no 31), p. 99-106.

URL : http://www.cairn.info/revue-l-economie-politique-2006-3-page-99.htm
DOI : 10.3917/leco.031.0099


Article précédent Pages 99 - 106 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback