Accueil Revues Revue Numéro Article

L'Économie politique

2007/1 (no 33)


ALERTES EMAIL - REVUE L'Économie politique

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 7 - 7 Article suivant
1

Comment interpréter la hausse régulière des cours du pétrole intervenue depuis 2004, puis leur baisse et leur maintien à un niveau élevé ? Assistons-nous à un troisième choc pétrolier, et si oui, comment expliquer alors l'absence de récession ? Les pays industrialisés sont-ils mieux armés qu'on ne le dit ? N'avons-nous pas déjà basculé dans l'ère de l'après-pétrole tant annoncée ? Telles sont quelques-unes des questions que nous avons posées à trois experts d'horizons professionnels et disciplinaires différents : un consultant, ancien président de l'Ademe (Pierre Radanne), un chercheur du CNRS connu pour ses positions hostiles au nucléaire (Benjamin Dessus), enfin un spécialiste de la géopolitique des matières premières et de l'énergie (Jean-Marie Chevalier).

2

Si ces trois spécialistes divergent quant à l'ordre des facteurs conjoncturels et structurels expliquant les mouvements des prix, ou bien s'alarment à des degrés divers des risques de pénurie, tous trois s'accordent pour souligner que, désormais, la question de l'économie d'énergie est indissociable de celle du climat. Quand bien même l'échéance de l'après-pétrole ne serait pas aussi imminente, il y a une nécessité de limiter la consommation d'énergies fossiles (pétrole, donc, mais aussi charbon), responsables de l'émission de gaz à effet de serre, et de s'atteler au développement des énergies alternatives, moins polluantes.

3

Les trois auteurs soulignent les marges de manoeuvre existant à différentes échelles : internationale (en transformant l'essai constitué par le protocole de Kyoto), mais aussi nationale (par une conduite exemplaire de l'Etat et de ses administrations) et locale (par une mobilisation des collectivités territoriales). Sans oublier l'échelle européenne, à travers la mise en oeuvre d'une politique énergétique digne de ce nom.

<LienExt Href="E033008A" Type="ent"/> <LienExt Href="E033018A" Type="ent"/> <LienExt Href="E033027A" Type="ent"/>

Résumé

Français

Comment interpréter la hausse régulière des cours du pétrole intervenue depuis 2004, puis leur baisse et leur maintien à un niveau élevé ? Assistons-nous à un troisième choc pétrolier, et si oui, comment expliquer alors l'absence de récession ? Les pays industrialisés sont-ils mieux armés qu'on ne le dit ? N'avons-nous pas déjà basculé dans l'ère de l'après-pétrole tant annoncée ? Telles sont quelques-unes des questions que nous avons posées à trois experts d'horizons professionnels et disciplinaires différents : un consultant, ancien président de l'Ademe (Pierre Radanne), un chercheur du CNRS connu pour ses positions hostiles au nucléaire (Benjamin Dessus), enfin un spécialiste de la géopolitique des matières premières et de l'énergie (Jean-Marie Chevalier).

Pour citer cet article

Allemand Sylvain, « Le monde de l'après-pétrole », L'Économie politique, 1/2007 (no 33), p. 7-7.

URL : http://www.cairn.info/revue-l-economie-politique-2007-1-page-7.htm
DOI : 10.3917/leco.033.0007


Article précédent Pages 7 - 7 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback