Accueil Revues Revue Numéro Article

L'Économie politique

2007/2 (n° 34)


ALERTES EMAIL - REVUE L'Économie politique

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Pages 5 - 5 Article suivant
1

Les futurs historiens se pencheront sûrement sur ce numéro avec intérêt : à la veille d'échéances électorales d'importance, la plus grande partie de la gauche française s'y exprime sur ce qui fonde ses valeurs, nourrit ses inquiétudes et définit les principes de ce que devrait être son action politique. On peut en tirer trois enseignements.

2

La gauche actuelle est résolument internationaliste. Par principe et par des propositions concrètes, les économistes de la gauche situent l'efficacité des politiques progressistes au niveau international. Pas dans le monde tel qu'il est mais par des réformes, ici dans le mode de fonctionnement des institutions internationales, là dans une recherche de droits protecteurs pour tous. Cet internationalisme est le plus souvent d'abord un européanisme. Fidèle aux socialistes libéraux du début du siècle dernier, à Blum ou aux fondateurs de gauche de l'idée européenne (Altiero Spinelli...), la gauche d'aujourd'hui réclame plus, et surtout mieux d'Europe.

3

La gauche actuelle est résolument écologiste. A côté de la lutte contre la montée des inégalités et de celle pour une maîtrise de la finance internationale, dont elle craint les déséquilibres, le souci de répondre à la dégradation de la situation de la planète s'est imposé comme le troisième pilier de l'action de la gauche. Chez les Verts, bien entendu, mais pas uniquement. Dans le discours au moins, l'impératif écologique est désormais parfaitement intégré dans le logiciel de la gauche.

4

Enfin, la gauche actuelle croit à l'efficacité des politiques nationales. Elle est européenne et internationaliste, ce que renforce son écologisme, mais le domaine d'action politique national reste considéré comme pertinent. Les Etats n'ont pas disparu avec la mondialisation et toutes les propositions pratiques énoncées se déclinent d'abord au niveau d'un pays. C'est, finalement, une gauche française optimiste que révèle ce numéro, une gauche qui nous dit que l'on doit et, surtout, que l'on peut réguler les effets de la mondialisation économique.

Pour citer cet article

Chavagneux Christian, « La gauche française et la mondialisation », L'Économie politique, 2/2007 (n° 34), p. 5-5.

URL : http://www.cairn.info/revue-l-economie-politique-2007-2-page-5.htm
DOI : 10.3917/leco.034.0005


Pages 5 - 5 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback