Accueil Revues Revue Numéro Article

L'Économie politique

2008/1 (n° 37)


ALERTES EMAIL - REVUE L'Économie politique

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 51 - 65 Article suivant
1

Dans les premières décennies de l'après-guerre, l'expression " économie de marché " servait à désigner les économies distinctes de celles des pays du " socialisme réel ", dites " économies planifiées ".Même si le capitalisme de cette époque de compromis social n'avait pas la violence propre au capitalisme néolibéral, cette terminologie s'imposait déjà pour désigner les économies capitalistes. De fait, " économie de marché " constitue une manière détournée de dire " capitalisme ". Il est facile de comprendre le succès de cette formule euphémique désormais consacrée, car parler de " capitalisme " suggère directement l'existence de " capitalistes ", c'est-à-dire d'une classe sociale dominant un système hiérarchisé, alors qu'" économie de marché " renvoie à une société d'égaux.

2

Les expressions " économie de marché " et " économie capitaliste " ne peuvent, pourtant, être jugées synonymes. On peut penser, par exemple, à une petite production marchande " pré-capitaliste ", même si son existence historique est incertaine. Et l'équivalence des notions ne saurait en aucun cas être postulée, lorsque référence est faite au marché dans les analyses consacrées au " socialisme de marché " !

3

Qu'est-ce donc qu'un marché, une économie de marché ? C'est la première question qu'on abordera et qui conditionne les autres développements. Bien des mécanismes essentiels à la production capitaliste ne peuvent pas être compris par la seule référence au marché, même si le marché y joue un rôle. On peut résumer les thèses principales qu'on va soutenir à ce propos en deux propositions : l'existence du marché ne dit rien quant aux (fonctions) objectifs des agents ; et l'existence du marché ne préjuge d'aucune théorie particulière de détermination des prix. Par ailleurs, le marché opère toujours aux côtés de l'organisation. Dans l'entreprise, et d'une manière plus générale encore au niveau de la société dans son ensemble, l'organisation constitue un second facteur de coordination des actions individuelles, d'égale importance. Dans le capitalisme, l'organisation s'est principalement développée à deux niveaux : dans les entreprises, et centralement, par le biais de l'intervention étatique. C'est à partir de ce couple marché/organisation qu'on peut analyser les formes de la coordination dans le capitalisme.

4

L'expression " économie de marché " apparaît ainsi bien inadaptée. Il faudrait lui préférer la formule, plus rigoureuse, " économie avec marchés ". Le marché peut être présent ou absent, mais il ne définit pas la nature d'une économie. Le point est d'importance, car au-delà de la compréhension des rouages du capitalisme, c'est également celle de la dynamique des trajectoires historiques longues sur lesquelles les sociétés humaines sont engagées, dans le capitalisme et au-delà du capitalisme, qui est en jeu.

Qu'est-ce qu'un marché ? Une économie " avec marchés " ?

5

La notion de marché renvoie à la confrontation d'un offreur et d'un demandeur, jouissant tous deux d'une suffisante liberté d'action. L'offreur n'est pas sûr de trouver preneur, pour le bien qu'il a produit, aux conditions qu'il souhaite. Le demandeur recherche le bien qu'il veut acquérir, également à certaines conditions. Et c'est une caractéristique fondamentale d'un marché : rien n'est réglé par avance dans cette confrontation  [1][1] Dans la prestation d'un service ou lorsque la production....

6

L'expression " économie de marché " a l'intérêt de suggérer la réunion de la production et de l'activité proprement commerciale. Car les processus qui se déroulent sur le marché rétroagissent sur la production et les prix affichés. Le producteur-vendeur peut juger de l'état du marché en observant les niveaux plus ou moins élevés de ses stocks d'invendus et le taux d'utilisation de ses capacités de production. Il ajuste à la hausse ou à la baisse les niveaux de sa production et de ses prix. En amont de ces mécanismes, se trouve la décision d'investir, c'est-à-dire de préparer à plus long terme la capacité de produire. L'échelle de temps change alors, mais la logique est la même : les signaux enregistrés sur le marché rétroagissent sur la production.

7

On comprend ici que toute l'économie n'est pas un marché. L'investissement et la production ne sont pas purement et simplement les reflets des mécanismes de marché ; les " fonctions objectifs " des acteurs jouent un rôle central, et ce sont elles qui permettent de qualifier la nature du système économique. Dans une " économie de marché ", les décisions sur les marchés - au moins ceux des biens et services -, quelles que soient leurs logiques, doivent être validées par une demande. Le marché est une source d'information irremplaçable, mais le marché, en tant que tel, ne détermine pas les comportements.

8

Les notions de validation ex post et de sanction sont centrales. Dans les décisions concernant l'investissement et la production, les calculs ex ante (les anticipations) jouent un rôle non négligeable ; ils se font en corrigeant les calculs précédents sur la base de nouvelles informations fournies par le marché. Il faut y voir une caractéristique essentielle : la rectification est un des principes guidant les actions. Il ne s'agit pas là d'une propriété du seul marché : on peut rectifier un plan au vu des résultats obtenus. Mais la force du marché est qu'il oblige les agents à vérifier la justesse de leurs comportements, aussi bien à court terme, en ce qui concerne la production, qu'à plus long terme, concernant l'investissement. Globalement, on peut affirmer que le marché " sanctionne " des logiques qui se définissent ailleurs que sur le marché.

9

Il y a d'autres types de marchés que ceux des biens et services : marché " du travail " (ou plutôt " de la force de travail "), des crédits, des ressources naturelles... Il y a beaucoup d'aspects communs entre ces différents marchés. Notamment, le demandeur y recherche ce qu'il veut acquérir, le vendeur doit trouver un débouché pour ce qu'il veut ou doit vendre, et dans tous les cas, rien n'est garanti ex ante, le déséquilibre est au coeur de tous ces marchés. Les différences fondamentales entre ces diverses catégories de marchés se situent du côté de la " production " : la force de travail, les crédits, les ressources naturelles ne sont pas des produits. Il en résulte que les signaux émis par le marché, et les sanctions qu'il impose, n'ont pas les mêmes conséquences pour ces différents objets sociaux (ne pas vendre un produit n'a pas le même type de conséquences que le fait de rester sans emploi pour le travailleur ou que ne pas accorder un crédit pour une banque).

10

Chez de nombreux marxistes, on observe une réticence à considérer la force de travail comme une marchandise. On retrouve cette méfiance dans les analyses de Karl Polanyi (1944), qui identifie trois " marchandises fictives " : le travail, la terre et la monnaie. En réalité, ce qui est en question est que ces trois objets sociaux ne sont pas des produits, et donc que les théories des prix qu'il faut leur appliquer sont distinctes (cf. infra).

11

Il ne faut pas croire qu'il y a un accord entre tous les économistes sur la manière de théoriser - de modéliser - les marchés, même le marché des produits ; la théorie du marché est loin d'être une chose consensuelle  [2][2] Les auteurs de ce texte ont développé une " microéconomie.... En dépit de la simplicité des mécanismes de sanction ex post, la théorie économique orthodoxe manifeste une réticence certaine à les intégrer. Les déséquilibres de court terme (la hausse des stocks ou leur baisse, l'utilisation des capacités de production à un niveau différent de leur niveau normal) sont difficilement pris en compte. Les modèles d'équilibre de la théorie dominante ont horreur du déséquilibre et en éliminent la possibilité en déterminant (par le calcul) un système de prix d'équilibre. Un modèle keynésien comme celui dit " du multiplicateur " garantit l'égalité de l'offre et de la demande de biens et services, tout en acceptant l'hypothèse d'une utilisation quelconque des capacités de production, ce qui représente un progrès.

12

Ainsi, dans la pensée (ou les pensées) dominante(s), la notion de " marché " en vient-elle à se confondre avec celle d'" équilibre ", d'égalité des offres et des demandes. La théorie des " économies de marché " devient la théorie de l'" équilibre de marché " ; les processus propres au déséquilibre disparaissent, seul l'équilibre demeure. Se profilent derrière ces choix théoriques des options politiques. Cette problématique est appliquée au " marché " du travail dans la postulation du caractère " volontaire " du chômage, dans le contexte idéologique que l'on sait.

La place des marchés dans le capitalisme

13

La référence au marché en tant que mode exclusif de coordination est une mystification. Comme on le verra ci-après, l'organisation y joue un rôle au moins équivalent. Mais ce n'est pas le point de vue de cette section. On s'attachera ici à rappeler que, si l'on veut interpréter les comportements des agents économiques dans le capitalisme, la seule référence au marché est complètement insuffisante : on ne peut pas justifier les " fonctions objectifs " des agents économiques, en particulier des entreprises, à partir de mécanismes de marché.

14

Un élément clé dans ces comportements capitalistes est la recherche de la rentabilité la plus élevée, la maximisation du profit - du taux de profit. Cette maximisation est présentée de manière un peu différente selon les théories. On va considérer ici la décision d'investissement dans l'analyse classique et marxienne : ce qui est souvent appelé l'" allocation du capital ", c'est-à-dire l'arbitrage des décisions d'investissement (au sens large, dans toutes les composantes du capital : monnaie, stocks et capital productif) entre branches. Pour atteindre cet objectif de maximisation du taux de profit, les " capitalistes " utilisent une information qui provient du marché : les taux de profit enregistrés dans les diverses activités. C'est la rentabilité " différentielle " - un écart de rentabilité entre divers usages alternatifs du capital - qui est la variable clé. Davantage d'investissement se dirige vers les branches à taux de profit supérieur, et inversement si les rentabilités sont comparativement faibles. Ce mécanisme produit, selon les classiques et Marx, une tendance à l'égalisation des taux de profit entre branches  [3][3] Et non par entreprise puisque, au sein d'une même branche,.... Les " capitalistes " peuvent être des entrepreneurs individuels, le conseil d'administration d'une société, ou des institutions financières, lesquelles jouent aujourd'hui un rôle considérable dans ces processus par leur double capacité d'appréciation des opportunités et de mobilisation de fonds importants.

15

La détermination des prix ne s'effectue pas de la même façon sur les différents marchés. Ainsi, toujours selon la théorie classique et marxienne des prix dans le capitalisme, les prix observables sur les marchés (dits " prix de marché ") gravitent autour de " prix de production " indépendants de l'offre et de la demande. Ces derniers sont déterminés par les conditions de production : technique et salaire. L'offre et la demande sont appréhendées comme les facteurs d'un " processus opératoire ", c'est-à-dire de forces conduisant, dans la concurrence, à la prévalence des prix de production comme centres de gravitation. Cette analyse suppose la possibilité de multiplier le nombre d'entreprises (abstraction faite de la disponibilité de ressources naturelles). Aucune confrontation de l'offre et de la demande de capitaux dans une branche n'intervient ici sur un quelconque marché des capitaux pour déterminer l'investissement dans cette branche. Les capitaux sont investis en comparant les rentabilités de plusieurs branches et - encore une fois ex post - les taux de profit obtenus et observés sanctionnent la décision et rétroagissent sur les flux à venir. Le marché est toujours en fin de chaîne, puisque les biens et services doivent être vendus, et en début de chaîne, puisque les taux de profit doivent être calculés. Mais la décision d'investissement n'est pas un mécanisme de marché. Elle " intègre " des signaux du marché.

16

Marx décrit la formation du taux d'intérêt, autre prix, de manière opposée. Il n'existe pas de taux " normal " ; ce taux est largement le jouet de l'offre et de la demande. Marx reconnaît également que le taux d'intérêt est manipulé par les grandes banques, selon des procédures qui préfigurent les interventions des banques centrales et les politiques qui en découlent, comme dans le capitalisme contemporain.

17

Par ailleurs, la problématique de l'offre et de la demande ne suffit nullement à rendre compte des trajectoires du salaire. La logique première de détermination du salaire réel est gouvernée par un rapport de force sans cesse renouvelé, marqué par une grande dépendance vis-à-vis des trajectoires antérieures (notamment selon l'histoire des luttes). Les multiples réglementations auxquelles ce " marché " est soumis - et qui font qu'il est peu " flexible ", selon la terminologie qu'affectionne la droite - sont une expression de cette dépendance.

18

Ce caractère historique et politique de la détermination du salaire apparaît bien dans les contrastes résultant de la succession des différentes phases du capitalisme. Notamment, depuis la Seconde Guerre mondiale, on a vu se succéder le " compromis social-démocrate " (jusqu'au début des années 1980) et le néolibéralisme. Dans la première phase, la recherche du plein-emploi était un objectif des politiques économiques, ce qui favorisait une hausse continuelle du salaire ; dans la seconde, le chômage est instrumentalisé pour obtenir une stagnation, ou même une baisse du pouvoir d'achat. Cette période néolibérale renoue ainsi avec les trajectoires du XIXe siècle, où, selon l'expression de Marx, " les dés (étaient) pipés " en faveur des employeurs.

19

Enfin, la dépendance des conditions de production vis-à-vis de la disponibilité de ressources naturelles (terre, minerais, sources d'énergie) crée un impact de long terme de la demande sur les prix.

20

Dans tous les cas, les prix de marché dépendent de l'offre et la demande (ils s'ajustent compte tenu des déséquilibres initiaux). Il peut s'agir de déséquilibres " en proportions " (trop d'un produit ou d'un type de travail et pas assez d'un autre) ou de déséquilibres " en dimension ", les fluctuations de la production économique marquant celles du prix des produits, du taux d'intérêt, des salaires, à travers des jeux d'offre et de demande conjoncturels  [4][4] Pour la force de travail, il s'agit de la création....

21

Au total, le marché est remis à sa place : celle de la sanction et de la rétroaction, de la détermination des " prix de marché ", pas celle de l'apurement et de la détermination des prix " naturels ", d'équilibre ou des prix moyens. Quant à la " fonction objectif ", propre au capitalisme, elle n'a rien à voir avec le marché.

22

L'autre mode : l'organisation

23

De tout temps, et en particulier dans le capitalisme avancé, les coordinations sociales ont eu recours à l'organisation, un mécanisme a priori assignant à chaque agent ses fonctions et ses moyens, à l'intérieur d'un cadre chronologique, le tout étant défini par une autorité supérieure, qu'elle soit démocratique ou fondée sur la compétence et/ou l'autorité (quelle que soit la relation ambiguë entre ces deux termes). Dans le capitalisme, l'organisation s'est principalement développée à deux niveaux : dans les entreprises, et centralement, par le biais de l'intervention étatique.

24

Dans le capitalisme moderne  [5][5] " Moderne " signifie ici : depuis la " révolution managériale..., la configuration emblématique de cette coordination par l'organisation est la grande entreprise. Et on connaît l'ampleur, souvent planétaire, que revêt cette institution dans le capitalisme contemporain. Tout s'y règle hors marché, même si certaines pratiques du marché - comme des facturations internes, des calculs de rentabilité - y sont reproduites fictivement à des fins de maximisation du taux de profit.

25

C'est, par ailleurs, une trivialité que de rappeler qu'aucun marché sophistiqué ne peut fonctionner sans institutions et sans réglementation, sans des formes d'organisation collective centralisées, souvent étatiques. Le droit, sa reconnaissance générale et son imposition jouent ici un rôle prépondérant (droit commercial, lois et règlements définissant les différentes formes de propriété...).

26

La gestion de la monnaie et le contrôle de la finance relèvent, elles aussi, et depuis leur origine, d'une organisation centralisée, et n'ont jamais été régulés par le simple jeu des forces du marché. Déjà Marx décrivait le système bancaire comme l'" administrateur " du capital de prêt (ce par quoi il entendait le capital investi dans des crédits octroyés aux entreprises et les actions). Cette " administration " - plus que jamais caractéristique du capitalisme contemporain, dans la configuration décrite par Rudolf Hilferding (1910) - fait du système financier un agent essentiel dans la dynamique du mode de production. Les auteurs de cette étude ont proposé le terme " finance " pour désigner les " fractions supérieures des classes capitalistes et leurs institutions financières, agents de leurs pouvoirs et revenus ", au lieu des termes " capital financier ", propres à Hilferding  [6][6] Cette expression est souvent mal comprise, car elle....

27

Dans le capitalisme moderne, on débouche ainsi naturellement sur le terrain des politiques, et en particulier sur le rôle des banques centrales engagées dans la conduite de politiques macroéconomiques. Les objectifs sont multiples : maintien de la croissance, contrôle de la stabilité des prix, du taux de change, et gestion des risques de crise financière. L'intervention d'une institution à caractère étatique (en dépit des " autonomies " des banques centrales) est ici primordiale. Mais ce champ des politiques est très vaste : politiques industrielles, commerciales, etc. C'est un des principaux mérites de John Maynard Keynes (1933) d'avoir compris que la détermination des masses de crédit et de monnaie ne pouvait résulter d'une initiative privée, décentralisée, et d'avoir lutté pour l'établissement de procédures centrales étatiques ou paraétatiques visant à la stabilisation macroéconomique.

28

Même si le couple marché/organisation a toujours été requis pour rendre compte des modes de fonctionnement du capitalisme dans leur diversité, il convient de souligner la dimension historique de ces phénomènes. Marx s'y référait sous le vocable " socialisation " : l'avancée graduelle de procédures collectives où l'organisation est centrale, par exemple la socialisation de la production dans la grande entreprise. Au fil de l'émergence des formes modernes de gestion (portées par la révolution managériale), du développement des politiques économiques, de l'émergence d'institutions internationales, a pris corps un " capitalisme organisé " (cf. Bidet et Duménil, 2007), bien davantage maître de lui-même que l'apprenti sorcier du Manifeste, quoique toujours sujet aux crises récurrentes.

29

Outre le droit, les réglementations et les politiques, l'organisation trouve une nouvelle expression dans les interventions de l'Etat au sein d'un secteur " hors marché "  [7][7] On ne traitera pas ici du hors-marché tel qu'il peut.... Ce " hors-marché " renvoie à des mécanismes de mise à disposition de biens et services à des prix qui ne reflètent pas les coûts de production (beaucoup de services sont distribués dans des conditions de gratuité partielle ou totale, comme l'enseignement, les services médicaux ou l'usage d'infrastructures). Encore une fois, le terme " marché " est utilisé abusivement. L'expression " hors capitalisme " serait plus rigoureuse, car ce qui est en jeu n'est pas seulement l'accès aux biens et services, mais aussi les mécanismes gouvernant les décisions de production et d'investissement, qui ne reposent pas sur la maximisation des profits.

Trajectoires historiques

30

L'enjeu des choix théoriques apparaît avec le plus d'acuité quand est appréhendée la question des trajectoires historiques des sociétés humaines. On entend souvent que l'économie de marché (c'est-à-dire capitaliste) est " optimale ". Sur quelles hypothèses est fondée une telle prétention ? La théorie dominante, qui est devenue le cadre de référence de la plupart des économistes, aborde la question des choix d'une manière statique. Des " fonctions d'utilité " représentant les préférences des ménages sont supposées données, indépendantes du temps, ce qui limite considérablement le pouvoir explicatif de ces modèles. Cette hypothèse donne une représentation caricaturale des réalités sociales ; elle gomme l'influence de la publicité et, plus généralement, le rôle des médias ou des pratiques " culturelles " dans la diffusion d'un mode de vie bien particulier ; elle occulte le fait que les fonctions d'utilité sont une construction sociale, et que les " préférences " sur lesquelles s'appuie la théorie dominante sont les produits de pratiques. On pourrait arguer que le pouvoir explicatif de ces modèles est naturellement limité, comme pour tous les modèles. Mais il est fait des conclusions de ces modèles un usage idéologique - politique, peut-on dire - qui outrepasse radicalement leur modeste confinement théorique. La théorie de l'" optimalité " propre à ce cadre théorique ne vise pas seulement à justifier une efficacité de court terme du marché (ce qui serait d'ailleurs déjà bien discutable). Cette optimalité fait l'objet d'une " projection " historique, selon une démarche dont il résulterait que toute volonté de " construire un autre monde " est irrationnelle !

31

Une fois mise de côté cette prétention de montrer par la théorie que le capitalisme est le meilleur système envisageable, il est facile de comprendre que la recherche du profit entraîne au jour le jour les sociétés humaines sur des trajectoires historiques dangereuses, et dont bien des aspects sont sans doute irréversibles. Les choix d'investissement et les dépenses de recherche et développement sont guidés par les perspectives de rentabilité ; des modes de vie s'imposent (dont la consommation définit les moyens et la fin), dictés dans une large mesure par la recherche de la rentabilité. Ces mécanismes ne déterminent pas seulement un état actuel des sociétés, mais dessinent les trajectoires à venir.

32

La question de la préservation de la planète illustre ces logiques de la manière la plus frappante. Une fois retenue l'option des moteurs à combustion interne à hydrocarbures pour les véhicules, il se construit graduellement des modes de transport, un mode de vie, une urbanisation entraînant l'humanité sur une trajectoire définie, difficilement réversible en dépit de l'évidence des périls. On dira que le " marché " signale les limites de ce mode de vie, dans la hausse des prix des carburants. Mais c'est une indication qui reflète la finitude des ressources et non la montée des risques. Comment substituer ? Comment renoncer ?

33

Le processus de " marchandisation " fournit une seconde illustration de ces mêmes logiques, toujours marquée de la même ambiguïté relative à l'usage abusif du terme " marché ". Il serait plus rigoureux de parler d'un processus de " soumission au capital ", car c'est, dans une large mesure, de l'extension du champ d'opération des relations capitalistes qu'il s'agit ici. Le domaine couvert par le " marché capitaliste " n'est pas donné une fois pour toutes. Il s'agit d'une progression dans l'espace et dans les champs ouverts par la diversité potentielle des interventions : terre, eau, vivant, etc. Il s'agit d'un enjeu de luttes dont le binôme nationalisation/privatisation ne définit qu'une dimension.

34

On peut rappeler à ce propos la très juste formule de Marx : " Seule la production capitaliste transforme tous les produits en marchandises. " Elle désigne très clairement la " marchandisation " des produits (mais elle se généralise aisément aux ressources naturelles ou au travail) comme un processus social et historique, et souligne la complexité de la relation entre les deux aspects : marchand et capitaliste (le capitalisme " suppose " la marchandise, mais il est l'agent historique de sa généralisation ; en fait, il la " pose " historiquement). Ce rapport revêt une importance particulière concernant la force de travail : la transformation de la force de travail en marchandise. Dans la pensée de Marx, ce qu'on appellerait aujourd'hui la " marchandisation du travail " est présentée comme un pilier de la production capitaliste : le fait que la force de travail soit traitée comme une marchandise, le fait qu'elle ait été historiquement " transformée " en marchandise dans le processus de l'accumulation primitive.

35

La montée des inégalités - dans un pays et entre pays -, dont témoigne dramatiquement le capitalisme néolibéral, fournit une troisième illustration de la signification de ces dynamiques historiques. Elle est le produit d'une logique " capitaliste " ayant retrouvé beaucoup de sa violence première. Au-delà de l'aspect humainement inacceptable de ces hiérarchies sociales, elle désarticule les sociétés, détruit les modes de vie et les cultures.

36

L'analyse des trajectoires futures suggère la référence à au moins trois types de logiques. La première est celle du capitalisme, où la recherche du profit domine. Le capitalisme stimule et, s'il n'y est pas mis fin, continuera à stimuler le développement d'organisations comme les entreprises transnationales, mues par la réalisation d'un maximum de profits pour leurs actionnaires, c'est-à-dire (malgré le développement de divers types de fonds, fonds de retraites ou fonds de placement) une minorité privilégiée et dans des pays privilégiés.

37

La deuxième est une logique organisationnelle et techniciste, dont une classe d'organisateurs, de cadres, peut être l'agent. Déjà à l'oeuvre dans le capitalisme, elle a vocation à s'émanciper. Mais les conséquences sociales de cette logique sont largement indéterminées. Elle supprimerait la maximisation individuelle du profit comme mécanisme central gouvernant la dynamique de nos sociétés. Mais au profit de quels objectifs ? La volonté de planification sociale, le culte du " progrès ", de l'" efficience ", de la croissance, ne sont pas dépourvus de danger et ne disent rien, a priori, des éventuels bénéficiaires de ce " progrès ".

38

Enfin, on peut caresser l'utopie d'un autre monde, démocratique, où l'humanité construirait délibérément un avenir commun.

39

Le marché a sa place dans toutes ces perspectives. Il ne trace aucune trajectoire, ne définit aucune configuration de classe particulière. Comme on a tenté de le montrer, le marché est sans doute une composante indispensable de tout ordre social quelque peu sophistiqué, mais il n'en détermine aucun. Economie " avec (des) marchés ", plutôt que " économie de marché ". Mais alors, lesquels et, surtout, dans quelle société ?


Bibliographie

  • Bidet, Jacques, et Duménil, Gérard, 2007, Altermarxisme. Un autre marxisme pour un autre monde, Paris, coll. " Quadrige : essais-débats ", PUF.
  • Chandler, Jr., Alfred D., 1977, The Visible Hand. The Managerial Revolution in American Business, Cambridge (MA)-London, Harvard University Press (trad. fr.: La Main visible des managers, Paris, Economica, 1989).
  • Duménil, Gérard, et Foley, Duncan, 2006, " The Marxian transformation problem ", The New Palgrave Dictionary of Economics, Palgrave-Macmillan (à paraître).
  • Duménil, Gérard, et Lévy, Dominique, 1996, La Dynamique du capital. Un siècle d'économie américaine, Paris, PUF.
  • Duménil, Gérard, et Lévy, Dominique, 2000, Crise et sortie de crise. Ordre et désordres néolibéraux, Paris, PUF.
  • Duménil, Gérard, et Lévy, Dominique, 2006, " Les trois champs de la théorie des relations financières de Marx. Le capital financier d'Hilferding et Lénine ", in Suzanne de Brunhoff et. al., Séminaire d'études marxistes : la finance capitaliste, Paris, PUF,
  • p. 181-219.
  • Hilferding, Rudolf, 1910, Le Capital financier. Etude sur le développement récent du capitalisme, Paris, Editions de Minuit (1970).
  • Kalecki, Michal, 1965, Theory of Economic Dynamics, London, Unwin University Book (revised edition).
  • Keynes, John Maynard, 1933, " The Means to prosperity ", The Collected Writings of John Maynard Keynes, vol. XI, London, Macmillan-St Martin's Press for the Royal Economic Society, 1972, p. 335-366.
  • Polanyi, Karl, 1944, The Great Transformation, New York, Rhinehart (trad. fr.: La Grande Transformation, Paris, Gallimard, 1983).

Notes

[1]

Dans la prestation d'un service ou lorsque la production d'un bien se fait sur commande, l'offreur ne se présente pas sur le marché avec une marchandise disponible, mais se trouve placé dans la même attente, muni de ses moyens de production, sans que la nature du processus s'en trouve changée.

[2]

Les auteurs de ce texte ont développé une " microéconomie de déséquilibre " débouchant sur des " modèles de déséquilibre général " (cf. Duménil et Lévy, 1996).

[3]

Et non par entreprise puisque, au sein d'une même branche, celles-ci peuvent différer dans leurs performances.

[4]

Pour la force de travail, il s'agit de la création et de la résorption de ce que Marx appelait " l'armée industrielle de réserve ". Concernant la distinction " proportions/dimension ", voir Duménil et Lévy, 1996, ch. 14.

[5]

" Moderne " signifie ici : depuis la " révolution managériale " de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle (cf. Chandler, 1977).

[6]

Cette expression est souvent mal comprise, car elle suggère l'opposition du capital financier au capital industriel. Le capital financier de Hilferding définit un cadre institutionnel où les " magnats " du capital dominent l'ensemble du système, ses grandes entreprises financières et non financières. C'est pourquoi Hilferding parle de " fusion " (cf. Duménil et Lévy, 2006).

[7]

On ne traitera pas ici du hors-marché tel qu'il peut exister au sein d'une famille ou d'une communauté.

Résumé

Français

Dans les premières décennies de l'après-guerre, l'expression " économie de marché " servait à désigner les économies distinctes de celles des pays du " socialisme réel ", dites " économies planifiées ".Même si le capitalisme de cette époque de compromis social n'avait pas la violence propre au capitalisme néolibéral, cette terminologie s'imposait déjà pour désigner les économies capitalistes. De fait, " économie de marché " constitue une manière détournée de dire " capitalisme ". Il est facile de comprendre le succès de cette formule euphémique désormais consacrée, car parler de " capitalisme " suggère directement l'existence de " capitalistes ", c'est-à-dire d'une classe sociale dominant un système hiérarchisé, alors qu'" économie de marché " renvoie à une société d'égaux.

Plan de l'article

  1. Qu'est-ce qu'un marché ? Une économie " avec marchés " ?
  2. La place des marchés dans le capitalisme
  3. Trajectoires historiques

Pour citer cet article

Lévy Dominique, Duménil Gérard, « Des économies “ avec marchés ”. Un point de vue marxiste», L'Économie politique 1/2008 (n° 37) , p. 51-65
URL : www.cairn.info/revue-l-economie-politique-2008-1-page-51.htm.
DOI : 10.3917/leco.037.0051.


Article précédent Pages 51 - 65 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback