Accueil Revues Revue Numéro Article

L'Économie politique

2010/1 (n° 45)


ALERTES EMAIL - REVUE L'Économie politique

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Pages 5 - 5 Article suivant
1

L'interventionnisme du G20 pour répondre à la crise financière de 2007-2008 nous avait réconciliés avec le multilatéralisme et l'action collective des Etats. Un nouveau cadre de régulation des banques est en train d'être bâti à la Banque des règlements internationaux (BRI). Le Fonds monétaire international (FMI) a vu ses ressources s'accroître.

2

Un conseil de stabilité financière a également vu le jour, avec des déclinaisons nationales (Etats-Unis) et régionales (Union européenne), qui représentent les premiers pas d'une gouvernance financière mondiale, même si les lobbies privés sont à la manoeuvre pour réduire la portée des nouvelles réglementations actuellement discutées de part et d'autre de l'Atlantique.

3

Mais quelques hirondelles ne font assurément pas le printemps. Du côté du commerce mondial, Pascal Lamy, le directeur général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), s'efforce de relancer un mouvement supplémentaire de libéralisation commerciale dont tout montre que les pays développés et émergents auraient peu à gagner et les pays pauvres beaucoup à perdre. Pire, son institution, doublée par le bilatéralisme et la loi des multinationales, tombe en ruine.

4

Et ce n'est rien face à l'incapacité des Etats à s'entendre pour établir un système monétaire international cohérent. S'assurer que les mouvements de capitaux internationaux empruntent des routes propres grâce à la régulation financière va assurément dans le bon sens. Mais ce n'est pas suffisant. Les déséquilibres d'épargne mondiaux, en particulier entre la Chine et les Etats-Unis, sont toujours là, et aucun des deux grands acteurs ne semble vouloir s'engager dans une coopération qui permettrait de traiter le problème de concert.

5

On attribue souvent le manque de gouvernance mondiale à la résistance des intérêts privés. Mais même après une crise financière de grande ampleur suivie d'une récession et de fortes pertes d'emplois, les Etats, crispés sur leurs intérêts souverains, ne font guère mieux.

Pour citer cet article

Chavagneux Christian, « Une gouvernance bancale », L'Économie politique, 1/2010 (n° 45), p. 5-5.

URL : http://www.cairn.info/revue-l-economie-politique-2010-1-page-5.htm
DOI : 10.3917/leco.045.0005


Pages 5 - 5 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback