Accueil Revues Revue Numéro Article

L'Économie politique

2013/3 (n° 59)


ALERTES EMAIL - REVUE L'Économie politique

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Pages 5 - 5 Article suivant
1

Les procédures d'arbitrage n'ont pas bonne presse en ce moment... Selon le dernier World Investment Report de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced), les multinationales y ont de plus en plus recours contre les Etats, selon des procédures présentant, là aussi, de graves déficiences.

2

En 2012 les multinationales ont porté 58 cas de disputes contre les Etats en matière d'investissement, le niveau le plus élevé en une seule année. A la fin 2012, le nombre total de cas connus était de 514, dont 244 ont été conclus : 42 % en faveur des Etats, 31 % en faveur des entreprises et 27 % par un accord amiable obligeant les Etats à donner en partie raison aux entreprises. Dans près de 60 % des cas, les multinationales ressortent donc gagnantes.

3

Le rapport met en évidence les "déficiences systémiques" de ces procédures d'arbitrage. Les tribunaux d'arbitrage sont généralement constitués de trois juges, choisis de manière ad hoc et dont la légitimité à juger des lois nationales est plutôt faible. Les procédures sont très confidentielles (on ne connaît pas précisément le nombre de cas) et donc très opaques. Certaines entreprises créent une filiale dans un pays simplement pour profiter d'un traité d'investissement avec un autre pays qui offre une procédure d'arbitrage leur permettant d'attaquer ce dernier. Les différents panels d'arbitrage n'interprètent pas les mêmes lois de la même façon, facteur de gabegie jurisprudentielle internationale. Il n'existe pas de procédure d'appel. L'indépendance et l'impartialité des juges est loin d'être établie.

4

La liste est longue et sévère. Le rapport propose quelques évolutions, comme la création d'une procédure d'appel et un tribunal international de l'investissement. Mais l'existence d'un Organe de règlement des différends en matière commerciale n'a pas empêché la multiplication des procédures d'arbitrage particulières lors de la signature d'accords bilatéraux de commerce, dans des conditions tout aussi opaques. Il serait temps que le G20 mette bon ordre à cet éclatement du droit international des affaires, devenu une zone de non-gouvernance mondiale.

Pour citer cet article

Chavagneux Christian, « Quand les multinationales attaquent les Etats en justice », L'Économie politique, 3/2013 (n° 59), p. 5-5.

URL : http://www.cairn.info/revue-l-economie-politique-2013-3-page-5.htm
DOI : 10.3917/leco.059.0005


Pages 5 - 5 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback