Accueil Revues Revue Numéro Article

Le journal de l'école de Paris du management

2004/1 (N°45)


ALERTES EMAIL - REVUE Le journal de l'école de Paris du management

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 37 - 37
1

Comme chaque mardi après dîner, le cercle des néoprécieuses s’était réuni dans le salon Jaune. « Quel thème aborderons-nous aujourd’hui ? demanda Mademoiselle de Tauzin. Je vous rappelle que lors de nos dernières conversations de questions d’amour, nous avions cherché à savoir si les grands plaisirs de l’Amour sont dans la tête ou dans les sens ; lors de la séance suivante, nous avons analysé ce qui est le plus difficile, de retourner de l’Amour à l’amitié, ou de passer de l’amitié à l’Amour ; et enfin, la semaine passée, nous avons examiné ce qui témoigne plus d’amour, de l’extrême jalousie, ou de l’extrême confiance. Nous avons encore trois questions à notre répertoire : lequel est plus fâcheux de ne recevoir point de faveurs, ou de les recevoir moindre qu’on les croit mériter ; si la présence de ce qu’on aime cause plus de joie, que les marques de son indifférence ne donnent de peine ; et enfin si l’on peut apprendre à aimer par règle, comme autre chose[*][*] Le texte en italique est tiré de la littérature du.... Mais... Mademoiselle de Reuillac, vous me semblez bien soucieuse ; aucune de ces questions ne vous agrée-t-elle ? »

2

Mademoiselle de Reuillac montrait en effet un visage préoccupé. « Je crois, Mesdames, qu’il est temps de cesser de nous occuper de questions d’amour, et d’appliquer l’exercice de notre entendement à des matières plus sérieuses. » Cette suggestion provoqua une certaine émotion dans le petit cercle. « – Mais enfin, qu’y a-t-il de plus sérieux que les questions d’amour ? » demanda Mademoiselle de Tauzin. « – Les questions de management », reprit sans hésiter Mademoiselle de Reuillac.

3

« – Fi ! » s’écria Mademoiselle de Lambertin. « Le management ! Comme s’il était possible de dire quoi que ce soit du management ! Au terme de nos études, nous avons toutes intégré les grands corps de l’État et travaillé dans l’Administration, et nous avons constaté que s’il était possible en effet d’administrer, c’est-à-dire de faire en sorte que des décisions soient prises, il était en revanche impossible de gérer véritablement, dans toute l’épaisseur de sens que l’on peut prêter à ce terme : c’est la chose la plus difficile au monde, y compris dans les cabinets ministériels. Nous en avons conclu que la gestion était une activité surhumaine, hors de portée des mortels, peut-être encore davantage que la théologie, qui est pourtant, au sens strict, la connaissance de Dieu et de ses attributs. C’est bien parce que nous avons désespéré de découvrir des modèles et des méthodes de gestion satisfaisants que nous avons décidé de fonder ce cercle et de revenir aux questions d’amour qui occupaient les salonnières du xviie siècle, l’amour étant incontestablement moins rebutant que la théologie. »

4

Mademoiselle de Reuillac reprit la parole : « En quoi les questions d’amour sont-elles plus décidables que les questions de management ou de théologie ? Toutes ces matières impénétrables sont dignes de nous occuper, puisque nous laissons aux hommes la naïveté de croire que ce qu’ils font est bien fait, et que pour notre part nous nous piquons de philosophie. Que diriez-vous par exemple d’examiner si les bonnes recettes du management se composent de rites ou de règles ; si le bien commun est obtenu par la compétition des intérêts individuels ou par le concours désintéressé des fonctionnaires ; ou encore s’il vaut mieux confier le gouvernement à des experts ou à des ignorants ? » Mademoiselle de Tauzin reprit la parole : « Mes amies, je vous propose, pour apaiser votre querelle, de traiter aujourd’hui la question suivante : la vie d’un cabinet ministériel relève-t-elle de la gestion, de la théologie, ou de l’amour ? »

Notes

[*]

Le texte en italique est tiré de la littérature du xviie siècle.

Pour citer cet article

Bourguinat Élisabeth, « L'Esprit de l'escalier. Disputes féminines », Le journal de l'école de Paris du management, 1/2004 (N°45), p. 37-37.

URL : http://www.cairn.info/revue-le-journal-de-l-ecole-de-paris-du-management-2004-1-page-37.htm
DOI : 10.3917/jepam.045.0037


Article précédent Pages 37 - 37
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback