Accueil Revues Revue Numéro Article

Le journal de l'école de Paris du management

2006/1 (N°57)


ALERTES EMAIL - REVUE Le journal de l'école de Paris du management

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Pages 3 - 3 Article suivant
1

Peut-on gérer, ou, pour aller plus loin dans le barbare, manager la création ? Imaginez Goethe en grande discussion avec son contrôleur de gestion. Cela aurait tout du pacte avec le diable, et c’est l’image romantique de la création qui prendrait un coup dans l’aile. L’image d’un auteur travaillant seul, au gré de son inspiration, dans le but exclusif d’assouvir le besoin intime d’exprimer ses sentiments, si possible dans une miséreuse alcôve mansardée et à la lumière d’une bougie. Et pourtant...

2

Pourtant, les cinq textes de ce numéro, ainsi que l’ensemble des séances du séminaire Création, montrent que les activités de création se gèrent, s’organisent, se structurent, se formalisent. Au sens où l’on peut construire un environnement dans lequel la créativité puisse s’exprimer. Des dispositifs qui favorisent la détection des talents et leur épanouissement. Des dispositifs adaptés aux spécificités de cette activité particulière qu’est la création : inexprimable, incontrôlable, aléatoire.

3

À la lecture de ce numéro, on sera frappé par les similitudes des problématiques de gestion dans des secteurs aussi différents que la littérature, la musique, le cinéma, la grande cuisine ou encore le design automobile : la nécessité d’organiser l’abondance de la création pour mieux la sélectionner, l’exigence d’une forme d’autonomie pour s’affranchir des modes de pilotage traditionnels de la vie économique et se garantir une liberté créative, l’importance de l’apprentissage ou de l’accompagnement de l’échec dans la gestion des créatifs, la prédominance du facteur temps dans la construction d’une équipe ou l’éclosion d’un talent, le rôle fondamental des managers de la création, véritables “sorciers”…

4

Les organisations, les entreprises, peuvent elles-mêmes être porteuses de créativité, à travers les dispositifs qu’elles mettent en place, voire à travers une formalisation assez poussée qui leur permet de s’affirmer comme un prolongement ou une projection du créateur. L’histoire de la création du restaurant en joint-venture des groupes Chanel et Alain Ducasse en est une illustration.

5

Alors oui, la création se manage, et même à tous les niveaux, dans un continuum qui va des processus (Patrick le Quément) aux secteurs (David Kessler), en passant par les structures élémentaires (Pascal Nègre), les entreprises (Françoise Nyssen) et les projets (Stéphane Bellon). Après tout, un pacte avec le diable peut conduire à la vie éternelle. C’est bien là la vocation ultime de la création.

Pour citer cet article

Paris Thomas, « Éditorial. Gérer la création : un pacte avec le diable ? », Le journal de l'école de Paris du management, 1/2006 (N°57), p. 3-3.

URL : http://www.cairn.info/revue-le-journal-de-l-ecole-de-paris-du-management-2006-1-page-3.htm
DOI : 10.3917/jepam.057.0003


Pages 3 - 3 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback