Accueil Revues Revue Numéro Article

Le journal de l'école de Paris du management

2006/3 (N°59)


ALERTES EMAIL - REVUE Le journal de l'école de Paris du management

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 36 - 36
1

L’industriel : Je reviens de Chine et j’ai compris qu’il fallait que je fasse subir à mon entreprise une révolution copernicienne.

2

La psychanalyste : Vous voulez la réorienter ?

3

L’industriel : Exactement. Vous savez quelle importance j’attache à ce que mon entreprise soit innovante, et ce que j’investis dans la R&D. Mais on ne peut pas lutter face à cinq millions de jeunes diplômés qui sortent chaque année des universités chinoises et sont prêts à travailler quatre-vingts heures par semaine. Nous nous épuisons à mettre patiemment au point des innovations que ces gens-là imitent et fabriquent par millions d’unités en un rien de temps. Nos entreprises ne pourront pas tenir le choc : les grands groupes ont beaucoup plus de mal à produire des innovations radicales que les start-ups, et chaque diplômé chinois est une start-up à lui tout seul.

4

La psychanalyste : Que comptez-vous faire ?

5

L’industriel : Imiter les Chinois qui nous imitent. Mais pour cela, j’ai besoin d’un argumentaire démontrant les mérites de l’imitation par rapport à ceux de l’innovation. Mon conseil d’administration est convaincu que les sommes que nous engouffrons dans la R&D sont le signe distinctif de l’élite de l’industrie, même si cette stratégie de pionnier s’avère souvent désastreuse. Savez-vous que les inventeurs de la photocopie, du magnétoscope, des motos, des rasoirs, ou encore des couches-culottes, ne sont pas ceux qui en ont recueilli le bénéfice commercial ?

6

La psychanalyste : La façon habituelle de justifier l’imitation consiste à montrer qu’elle est à la base de tout apprentissage. C’est ainsi que Daniel Cohn-Bendit, lors d’une AG de l’UNEF en 1967, avait déposé une motion pour que le copiage soit autorisé le jour des examens. Selon lui, c’était « le seul moyen d’apprendre quelque chose ce jour-là ».

7

L’industriel : Les Chinois n’ont pas demandé d’autorisation et trichent sans vergogne en imitant tout ce que nous faisons !

8

La psychanalyste : Je croyais que votre propos était de justifier l’imitation.

9

L’industriel : Vous avez raison. Je veux convaincre mon conseil d’administration d’opter pour une stratégie de suiveurs plutôt que de pionniers. Les Chinois ne se contentent pas d’imiter nos innovations, ils se mettent maintenant à innover eux-mêmes, et je veux être des premiers à imiter leurs propres innovations.

10

La psychanalyste : Je comprends : vous voulez être un suiveur de l’innovation et du même coup un pionnier de l’imitation, c’est bien cela ?

11

L’industriel : Telle est l’astuce que j’ai imaginée pour convaincre mes administrateurs, qui persistent à croire que la logique de l’honneur penche en faveur de l’innovation plutôt que de l’imitation. Je veux prendre les Chinois pour modèle en leur laissant tous les inconvénients de l’innovation et en récoltant tous les fruits de l’imitation.

12

La psychanalyste : Et dans quel domaine industriel comptez-vous développer votre stratégie de suiveur-pionnier ?

13

L’industriel : C’est là mon vrai coup de génie : dans l’efficacité énergétique. Les innovations européennes en la matière ne sont portées que par la volonté idéologique de lutter contre le dérèglement climatique. Contrairement à ce qu’on croit, les dirigeants chinois sont bien plus intéressés que nous par ces questions car ils savent que c’est de leur aptitude à mieux utiliser l’énergie disponible et à mettre en œuvre des énergies alternatives que dépend leur croissance, qui est très ambitieuse. Ils sont aussi motivés qu’un patron de start-up qui mise tous ses espoirs dans la réussite de son innovation, par opposition aux firmes établies, pour lesquelles l’exigence quasi morale d’innover est contrariée par la conscience du risque qu’elles prennent de détruire leur valeur actuelle. Je vais donc guetter les progrès des Chinois dans le domaine de l’efficacité énergétique et réimporter chez nous leurs innovations, qui seront nécessairement spectaculaires car fondées sur leur rage de se développer. Et bien sûr je les revendrai fort cher à tous les amoureux de l’environnement. Ce n’est pas innovant, cela ?

Pour citer cet article

Bourguinat Élisabeth, « L'Esprit de l'Escalier. Réorientation stratégique», Le journal de l'école de Paris du management 3/2006 (N°59) , p. 36-36
URL : www.cairn.info/revue-le-journal-de-l-ecole-de-paris-du-management-2006-3-page-36.htm.
DOI : 10.3917/jepam.059.0036.


Article précédent Pages 36 - 36
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback