Accueil Revues Revue Numéro Article

Le journal de l'école de Paris du management

2007/3 (N°65)


ALERTES EMAIL - REVUE Le journal de l'école de Paris du management

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 8 - 9 Article suivant
1

Depuis le début des années 1990, le système militaro-industriel de défense français s’est considérablement transformé. On peut parler d’une véritable mutation orchestrée dans une période relativement courte au regard du temps historique dans lequel s’est formé le système antérieur.

2

Même si des évolutions très importantes avaient eu lieu depuis la seconde guerre mondiale, l’héritage était lourd d’un point de vue structurel. Trois figures majeures, emblématiques, émergeaient depuis des siècles : le conscrit, la ville-garnison et l’arsenal.

3

Toutes ces structures ont été profondément remises en cause. Symboliquement, le service national a été supprimé à la fin des années 1990 en France et l’armée est devenue exclusivement professionnelle. Les spécificités du système militaro-industriel français ont été attaquées dans leur fondement même.

4

Mais on aurait tort d’en rester à ce niveau d’analyse. En profondeur, c’est en réalité tout le système mondial de défense qui a été profondément bouleversé du fait des changements géostratégiques issus de la fin de la guerre froide et de l’effondrement de l’URSS.

5

Après une période intermédiaire marquée par “les dividendes de la paix”, la conscience de la nécessité d’une reprise des dépenses de défense s’est peu à peu réaffirmée face à de nouvelles menaces. Mais cette perspective s’accompagne d’une profonde révision des modes d’intervention des forces militaires et une adaptation sans précédent de leurs moyens.

6

Dans ce contexte, les États prennent la mesure de leurs limites économiques, financières et industrielles, et cherchent de meilleurs modes d’optimisation de leur efficience dans ce domaine.

7

Deux conséquences importantes ont été tirées?de ce contexte :

  • la prise de conscience de l’importance de modifier les organisations pour augmenter l’efficacité du système et diminuer son coût ;

  • l’intérêt de sortir des frontières nationales pour promouvoir des coopérations transnationales en matière d’armement.

L’Europe de la défense est et sera d’abord alimentée par ces logiques réalistes.

8

Mais ces nouvelles perspectives induisent elles-mêmes de nouveaux mouvements. Ainsi, nous sommes progressivement passés dans une nouvelle phase de l’évolution de notre système de défense.

9

Après la remise en cause des fondements historiques et l’émergence de nouvelles fondations, les systèmes de défense entrent dans une période d’adaptation permanente qui conduira elle aussi encore à d’importantes transformations.

10

D’une certaine mesure, les systèmes de défense, vivent comme les autres secteurs, les effets de la mondialisation et se banalisent dans leurs modes d’évolution.

11

Il faut certes nuancer le propos. Le secteur de la défense gardera heureusement ses particularités.

12

Mais ce constat est quand même important pour apprécier les modes d’intervention et leur évolution nécessaire vis à vis des restructurations que va continuer à connaître la défense.

13

Ce dossier a été réalisé avec l’École de Paris à l’occasion des dix ans de la Délégation interministérielle aux restructurations de Défense. J’ai voulu profiter de cette date symbolique, et des manifestations auxquelles elle a donné lieu, pour mettre l’accent sur le fait que nous passons désormais d’une optique de restructurations, opérations menées sous l’emprise du court terme, à une optique de mutations, marquées par un effort d’anticipation et la volonté de construire un avenir nouveau.

14

Le présent numéro explore, à partir de trois cas (GIAT industries : Nexter, Lorient/Keroman et Fourchambault), les acquis des dix dernières années. Il illustre de façon particulièrement percutante la profondeur des changements intervenus et les conditions d’implication des acteurs. On mesure ainsi mieux la formidable expérience vécue en France par ce grand secteur économique qui concerne près d’un million d’emplois directement ou indirectement.

15

Une grande partie de cette évolution s’est faite dans un cadre étatique, prouvant que des réformes fortes sont possibles au sein de l’État. Même, et c’est un paradoxe, si l’ampleur des transformations est restée assez inaperçue de l’opinion publique.

16

Mais elle montre aussi que les frontières civil/militaire, public/privé, ont changé et qu’il est temps de considérer l’échange possible entre ces mondes qui s’affirmaient jusqu’ici étrangers.

17

La conduite des restructurations dans le secteur de la défense peut tirer un bénéfice de l’expérience acquise dans d’autres domaines d’activités. Mais, l’expérience de la défense peut aussi être utile à d’autres.

Pour citer cet article

Aubert Jean-Pierre, « Introduction. Les mutations de la défense », Le journal de l'école de Paris du management, 3/2007 (N°65), p. 8-9.

URL : http://www.cairn.info/revue-le-journal-de-l-ecole-de-paris-du-management-2007-3-page-8.htm
DOI : 10.3917/jepam.065.0008


Article précédent Pages 8 - 9 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback