Accueil Revues Revue Numéro Article

Le journal de l'école de Paris du management

2010/3 (N°83)


ALERTES EMAIL - REVUE Le journal de l'école de Paris du management

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 7 - 7 Article suivant
1

Il y a des personnes qui n’acceptent pas le monde tel qu’ils l’ont découvert, et qui déploient une énergie et une persévérance improbables à le modifier. C’est le cas d’un certain nombre d’acteurs mis en scène dans ce numéro. Qu’ont-ils de singulier ? Je propose d’appeler cet attribut peu banal la rage de vivre [1][1] Journal de l’École de Paris n°69 janvier/février 2008.....

2

Cet attribut ne se confond pas avec le talent. Il en faut, à coup sûr, mais ces puissants agents de changements ne parviennent à leurs fins que grâce à une convergence de circonstances qui ne sauraient se réduire à une prédisposition naturelle. Les acteurs de la ligne automatique n° 14 de la RATP ont dû affronter la méfiance, voire l’hostilité de leur vénérable institution, en dépit du caractère a priori enthousiasmant de cette ligne entièrement automatique. Les collaborateurs de la coopérative ouvrière de la fonderie de Ploërmel ont dû batailler pour acquérir une crédibilité dans ce monde des majestueux maîtres de forges. Le maire, fervent écologiste, de Loos-en-Goelle mène une infatigable croisade pour ajouter à la tâche écrasante de rallier en permanence les suffrages d’une commune le souci du développement durable. La gestion de la recherche scientifique doit résoudre l’impossible synthèse entre la bonne administration nécessaire pour tenir un cap à long terme et le jaillissement imprévisible des idées géniales. Enfin, innover avec succès dans le monde de l’informatique exige des qualités d’un véritable phœnix capable de mourir et de renaître à de nombreuses reprises.

3

Ces remarques posent deux problèmes : où se recrutent ces vaillants guerriers ? De quelle nature est le feu qui nourrit leur énergie ?

4

Remarquons que tous les acteurs des aventures rassemblées ci-après ont un point commun : de vastes compétences. Pour surmonter les obstacles imprévisibles, il est nécessaire d’y être préparé, ce qui prend du temps, si doué soit-on. Cela évoque les enfants prodiges : comment expliquer les exploits de gamins comme Mozart en musique ou Pascal en mathématiques ? Ces exemples suggèrent que la précocité n’apparaît que dans les domaines qui ne font appel qu’au maniement de formes et non à la connaissance de la vie. On n’a jamais vu d’enfants prodiges en philosophie, en politique, voire dans les arts plastiques (on cite toutefois le miraculeux génie du peintre Raphaël Sanzio (1489-1520) au sommet de son art à vingt ans).

5

Qu’en est-il du monde des affaires ? La chronique des fortunes rapides regorge de récits d’étudiants californiens qui bricolent dans le garage de leurs parents puis conquièrent la planète en quelques années. Mais à côté de quelques miraculés, quelles hécatombes au cours des bulles qui jalonnent l’histoire des technologies de l’information !

6

Reste à comprendre ce qui pousse tous ces aventuriers à ces efforts hors du commun. J’ai développé naguère l’idée que l’énergie d’un individu provenait souvent d’une double origine. C’est le cas de deux chefs d’Etat contemporains particulièrement entreprenants, Nicolas Sarkozy, à moitié hongrois, et Barak Obama, à moitié kényan. On peut relever, dans le passé, Joseph Staline qui n’était pas russe, et Adolf Hitler, qui n’était pas allemand. Ces deux derniers noms indiquent que la rage de vivre peut être, le cas échéant, une rage de détruire !

7

Mais tous les guerriers ne sont pas des hybrides. Toutefois, on peut retenir l’hypothèse qu’ils portent en eux une souffrance, qui peut être due à des normes familiales mal assumées, à un échec injuste à leurs yeux, à un exil accidentel, et qu’ils déploient une folle énergie à modifier le monde pour s’y sentir acceptés. La France, comme les États-Unis, terres d’accueil et de tolérance, ont sûrement tiré de grands avantages de la présence et de l’activité de toutes ces identités en crise.

Notes

[1]

Journal de l’École de Paris n°69 janvier/février 2008. La vigueur hybride. Page Idées p.7

Pour citer cet article

Riveline Claude, « Idées. La rage de vivre », Le journal de l'école de Paris du management, 3/2010 (N°83), p. 7-7.

URL : http://www.cairn.info/revue-le-journal-de-l-ecole-de-paris-du-management-2010-3-page-7.htm
DOI : 10.3917/jepam.083.0007


Article précédent Pages 7 - 7 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback