Accueil Revues Revue Numéro Article

Le journal de l'école de Paris du management

2011/2 (n°88)


ALERTES EMAIL - REVUE Le journal de l'école de Paris du management

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 44 - 44

L’évident et l’essentiel

1

Lorsque Aurélien Colson réunit des chefs de guerre ennemis, il leur propose d’abord de se mettre d’accord sur la disposition de la salle, les tours de parole, le mode de vote ou l’heure du déjeuner, et les empêche ainsi de s’entretuer dès la première minute en parlant trop vite de ce qui les oppose. Une fois le dialogue instauré, le risque de violence recule. C’est pourquoi, dit-il, il faut « s’occuper des processus avant les questions de fond ». Comme il recommande également de « faire passer l’essentiel avant l’évident », on peut en inférer qu’il juge les questions de fond évidentes, mais les processus essentiels.

2

Je me revois en 1985, khâgneuse, sidérée par le sujet de philosophie tombé au concours de Normale Sup : Voir. N’importe quel étudiant ayant à peu près sérieusement suivi les cours devait comprendre qu’il s’agissait d’un devoir sur l’évidence. Mais ayant consacré mes deux ans de prépa à une douloureuse quête d’un peu de sens dans ce monde absurde, j’avais omis l’essentiel, qui consistait à apprendre les règles de base des exercices proposés au concours. Au bout de quelques heures passées à scruter les quatre lettres v, o, i, r, je n’en comprenais même plus le sens. Je voyais un précipice entre deux montagnes, le Cri d’Edvard Munch, un homme décapité, un arc qui ne boutait rien. J’ai rédigé ma copie à l’aveuglette et j’ai obtenu la note de 2 sur 20.

3

L’année d’après, nouvelle tentative. Le sujet était cette fois La philosophie permet-elle de tout comprendre ? Je n’ai pas voulu faire de peine au professeur qui corrigerait ma copie : j’ai répondu positivement. Et, pour étayer cette affirmation, je lui ai tout expliqué. À nouveau 2 sur 20. Plus tard, j’ai découvert mon alter ego dans la BD de Quino, Mafalda. En revenant de l’école, le petit Miguelito confie à son amie : « Je commence à soupçonner que, quand la maîtresse pose une question, ce n’est pas parce qu’elle ignore la réponse… Et moi qui répondais à cette simulatrice avec mon stupide petit ton protecteur ! »

4

L’examinateur de Normale Sup se moquait bien de « tout comprendre ». Tandis que je cherchais désespérément le sens du monde, il voulait juste savoir si j’avais compris comment il fallait rédiger un devoir de philosophie pour prétendre entrer à l’ENS.

5

Dans Hannah et ses sœurs, le personnage de Mickey, interprété par Woody Allen, s’interroge sur l’existence de Dieu. « Bien sûr que Dieu existe, espèce d’idiot », lui répond sa mère, enfermée dans les toilettes. Mickey insiste : « Si Dieu existe, pourquoi y a-t-il tant de mal dans le monde ? Par exemple, pourquoi y a-t-il eu les Nazis ? » Toujours de l’intérieur des toilettes, la mère préfère renvoyer la question à son mari : « Dis-lui, Max ». Vient alors la réplique d’anthologie : « Comment diable le saurais-je ? Je ne sais déjà pas me servir d’un ouvre-boîte. »

6

J’ai beaucoup réfléchi à cet ouvre-boîte. Comprendre le mode d’emploi de la vie de façon à parvenir à peu près en bon état jusqu’à son terme, ce ne serait déjà pas si mal.

7

Un jour, alors que ma fille cadette avait trois ans, elle a demandé à son père de lui préparer des pommes cuites. « C’est maman qui te prépare ça d’habitude, moi je ne sais pas combien de temps il faut les laisser dans le four à micro-ondes ». Réponse de ma fille : « C’est facile. Quand ça faitting”, ça veut dire que c’est prêt. » Encore une qui allait trop vite à l’évidence. Depuis, elle a grandi, et j’ai réussi à la convaincre de devenir ingénieur. En espérant que dans son école, on lui apprendra au moins à se servir d’un ouvre-boîte.

8

L’auteur appréciera vos remarques et idées. Écrivez-lui !

Plan de l'article

  1. L’évident et l’essentiel

Pour citer cet article

Bourguinat Élisabeth, « L'Esprit de l'escalier », Le journal de l'école de Paris du management 2/2011 (n°88) , p. 44-44
URL : www.cairn.info/revue-le-journal-de-l-ecole-de-paris-du-management-2011-2-page-44.htm.
DOI : 10.3917/jepam.088.0044.


Article précédent Pages 44 - 44
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback