Accueil Revues Revue Numéro Article

Le journal de l'école de Paris du management

2013/1 (N° 99)


ALERTES EMAIL - REVUE Le journal de l'école de Paris du management

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 7 - 7 Article suivant
1

Au fronton du temple de Delphes était inscrit, et toute la philosophie, depuis Socrate jusqu’à Descartes et Freud, a fait le plus grand cas de cette interpellation, « Connais-toi toi-même » (en grec « Gnothi seauton »). Funeste erreur d’optique, d’après Michel Foucault, dans son cours au Collège de France de 1981-1982 intitulé L’herméneutique du sujet. Il n’est pas douteux que cette formule invitait les fidèles à prendre la juste mesure de leur modeste condition humaine au moment où ils venaient consulter et solliciter les dieux, (il rappelle que figurait aussi la recommandation « Rien de trop », en grec « Meden agan »). Mais tout son cours de l’année mit l’accent sur le fait qu’une troisième formule accompagnait ces deux premières, beaucoup plus importante à l’époque et curieusement oubliée par la suite, « Soucie-toi de toi-même » (en grec « Epimeleia heautou »). Alors que la première formule postule une essence du sujet immuable, que chacun doit scruter pour bien conduire ses pensées et sa vie, la dernière invite au mouvement, à la remise en cause, au progrès permanent, comme si le « Connais-toi toi-même » n’était pas un aboutissement mais un point de départ, comme si la vérité de chacun n’était pas dans son état présent mais dans son effort vers l’élévation.

2

Étonnante modernité de cet enseignement, transposé dans le domaine du management, si l’on en juge par les leçons qui se dégagent des cinq articles rassemblés dans le présent numéro.

3

Le premier invite les malades qui s’ignorent, comme disait le docteur Knock selon Jules Romains, à régler leur hygiène de vie de manière à fuir la maladie plutôt que de se borner à revendiquer le remboursement des soins.

4

Le restaurateur triplement étoilé Alain Passard nous convie, avec un séduisant enthousiasme, à déguster les légumes de ses jardins plutôt que de se contenter des ressources hasardeuses du marché d’à côté.

5

Le psychologue du travail Yves Clot nous assure que les performances des travailleurs sont décuplées lorsque, au lieu d’appliquer les consignes des experts tayloriens, ils ont le sentiment d’avoir trouvé par eux-mêmes les gestes qui conduisent au bel objet.

6

L’article suivant nous relate le quasi-échec de la transposition dans la société des ch’tis des modes de commandements qui prospèrent au Japon, où l’idéal est d’être conforme à la règle du groupe, alors qu’en France règne une solide tradition de résistance à la tyrannie patronale.

7

Enfin, ceux qui connaissent le culte du cloisonnement et du secret, traditionnellement à l’honneur chez Michelin, découvrent avec une agréable surprise que la maison s’est convertie à une pratique de l’improvisation et de la transparence, par la nécessité d’innover sans cesse dans ce métier exposé à une redoutable concurrence.

8

Tout cela est cohérent avec le management la tête en bas présenté dans ma page Idées du numéro précédent, et invite à se demander pourquoi la connaissance de soi a éclipsé, pendant tant de siècles, le souci de soi. Le coupable se dissimule, à n’en pas douter, sous le masque innocent du culte de la raison. Les auteurs héritiers de Platon, éblouis par les victoires de la pensée sur la nature, ont été tout naturellement portés à considérer les hommes comme des instruments quantifiables, calculables, prévisibles, et à ne considérer leurs singularités et leurs psychismes que comme des parasites, des obstacles à l’utilisation optimale de leurs compétences.

9

Les conditions nouvelles de la vie économique font qu’une source de succès est apparue dans la capacité d’adaptation des personnes lorsqu’elles sont dûment motivées, à un point que souvent elles ne soupçonnent pas elles-mêmes. Se trouve ainsi confirmé ce célèbre adage de Spinoza : « Nul ne sait ce que peut le corps »[1][1] Page Idées du n°98 du Journal de l’École de Paris novembre/décembre....

Notes

[1]

Page Idées du n°98 du Journal de l’École de Paris novembre/décembre 2012

Pour citer cet article

Riveline Claude, « Le souci de soi », Le journal de l'école de Paris du management, 1/2013 (N° 99), p. 7-7.

URL : http://www.cairn.info/revue-le-journal-de-l-ecole-de-paris-du-management-2013-1-page-7.htm
DOI : 10.3917/jepam.099.0007


Article précédent Pages 7 - 7 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback