Accueil Revues Revue Numéro Article

Le journal de l'école de Paris du management

2013/2 (N° 100)


ALERTES EMAIL - REVUE Le journal de l'école de Paris du management

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 7 - 7 Article suivant
1

Dans les pays développés, nous souffrons d’avoir trop de tout : trop de main-d’œuvre, d’où le chômage ; trop de biens manufacturés, notamment d’automobiles, de disques, de livres, de journaux, d’où les plans sociaux ; trop de produits agricoles, d’où les pénibles affrontements à Bruxelles. Non qu’il ne reste pas de pauvreté. Mais celle-ci n’est pas le résultat de pénuries globales, mais de maladies sociales.

2

Cette remarque liminaire jette à bas le corps d’hypothèses sur lequel reposait la science économique depuis son origine : il s’agissait alors de satisfaire des besoins illimités (nourrir ceux qui ont faim, vêtir ceux qui sont nus) à partir de ressources limitées : la nature et le travail. Apparaît alors timidement l’idée que si doit subsister une vie économique dans le monde développé, son objet ne sera plus exclusivement la fabrication et le commerce de biens convoités par des consommateurs, mais de biens inconnus, voire guère quantifiables. Rappelons-nous l’adage américain : si je te donne un dollar et tu me donnes un dollar, il nous reste à chacun un dollar ; mais si je te donne une idée et que tu me donnes une idée, il nous reste à chacun deux idées.

3

Le premier article dans les pages qui suivent est particulièrement illustratif de cet adage. Une ruine médiévale croupissait à l’abri de grands murs glauques près du Quartier latin de Paris, vaguement utilisée comme caserne de pompiers. Un archevêque charismatique, Jean–Marie Lustiger, réussit à redonner au bâtiment sa splendeur première, et à y susciter une vie de réflexion et d’échanges qui mobilise des milliers de bonnes volontés, tout en recueillant des concours financiers bien au-delà de l’Église et de ses fidèles. Ainsi reprend vie la vitalité cistercienne, tel un mammouth dégelé du permafrost.

4

Dans un domaine voisin, celui de la culture sous toutes ses formes, un dynamique entrepreneur, Steven Hearn, explique comment une constellation d’activités musicales, théâtrales, éditoriales audacieuses peut rallier des initiatives privées pour constituer un ensemble économiquement viable à long terme.

5

Dans l’article suivant, une idée surréaliste, mais qui s’avère rentable, consiste à vendre aux particuliers des instruments numériques d’avant- garde qui mesurent en permanence, non pas leurs ennuis, mais leur bien-être afin d’en accroître l’aimable emprise sur leur vie quotidienne. Personnes âgées, handicapés, déprimés chroniques ou épisodiques sont vivement séduits par ces innovations quand ils les découvrent.

6

Nous découvrons ensuite l’obstination forcenée, déraisonnable de bricoleurs de génie pour mettre au point un produit high-tech pour lequel n’existait a priori ni technique, ni marché, mais qui finit par s’imposer.

7

Enfin, au sein de la vieille et sage maison Renault a triomphé une idée folle, d’abord repoussée par tous les esprits sérieux, à savoir produire dans un pays faible, la Roumanie, dans les usines discréditées de la marque Dacia, des voitures rustiques et bon marché, les Logan. Cette idée a finalement triomphé et sauvé le résultat financier de l’entreprise.

8

Pour résumer les conclusions qu’inspirent ces différents exemples, en utilisant une métaphore de saison, l’avenir paraît bouché sur les pistes de ski damées, embouteillées par des hordes de producteurs des pays émergents, mais il s’offre de brillantes opportunités dans la neige fraîche, hors des chemins balisés. Voilà une idée de jeunesse, bienvenue dans ce monde fatigué, automnal, revenu de ses illusions de progrès sans fin : c’est aux jeunes qu’il revient de réussir leurs entreprises, ignorants qu’ils sont de leur impossibilité.

Pour citer cet article

Riveline Claude, « Idées. Vendre l'invraisemblable », Le journal de l'école de Paris du management, 2/2013 (N° 100), p. 7-7.

URL : http://www.cairn.info/revue-le-journal-de-l-ecole-de-paris-du-management-2013-2-page-7.htm
DOI : 10.3917/jepam.100.0007


Article précédent Pages 7 - 7 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback