Accueil Revues Revue Numéro Article

Le journal de l'école de Paris du management

2015/6 (N° 116)


ALERTES EMAIL - REVUE Le journal de l'école de Paris du management

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Pages 3 - 3 Article suivant
1

« Notre société qui valorise tant la performance se donne-t-elle les moyens de garder en vie des hommes qui sont passés “à travers le miroir” ? » Cette question fonde l’engagement de Laurent de Cherisey dans l’entreprise sociale qu’il a montée pour permettre aux personnes rendues invalides par un accident de continuer à vivre avec des valides. La réflexion qu’il porte interroge plus généralement la place de la fragilité dans notre société ainsi que ses valeurs.

2

Performance et exclusion. Cette dualité est au cœur de son questionnement. La première implique-t-elle nécessairement la seconde ? « Marche ou crève ! » est-elle en passe de devenir la devise sous-jacente de notre société ? Marche ou crève. L’expression renvoie à la discipline militaire dans ce qu’elle a d’extrême, et au rapport entre le chef et sa troupe. Le chef qui avance, donne les ordres, ouvre la voie, mais reste impitoyable pour ceux qui ne suivent pas.

3

De son service militaire en Algérie, Paul Rivier a fait un apprentissage tout autre, celui du chef qui marche en avant de ses troupes. Les succès obtenus chez Tefal et Calor ont montré que cette opposition n’est pas une fatalité. Au contraire, il a pu observer la vertu des démarches qui associaient tous les acteurs de l’entreprises.

4

À Pantin, Bertrand Kern, nouvellement élu maire, a été confronté à une même équation d’apparence insoluble : comment attirer des entreprises de secteurs porteurs sans négliger la population historique de la ville, au passé ouvrier ? L’histoire de la transformation de Pantin pendant ses mandatures est celle d’une réussite. Bertrand Kern a fait entrer sa ville à marche forcée dans le nouveau millénaire, tout en faisant en sorte que personne ne soit abandonné en chemin. Et aujourd’hui, aux États-Unis, on parle de Pantin comme du nouveau Brooklyn.

5

L’histoire de Converteam est aussi l’histoire d’une communauté de destin, celle des équipes de la filiale d’Alstom qui en prennent les commandes lorsque l’entreprise doit s’émanciper de sa maison-mère. Tous embarqués dans le même navire à trouver des marchés pour de belles technologies. Cela a nécessité le développement d’une culture commerciale dans une entreprise d’ingénieurs, et s’est fait dans une dynamique qui a favorisé l’initiative et la confiance au point que l’ensemble des salariés se sentaient propriétaires de leur entreprise. L’aventure s’est soldée par un rachat par General Electric en 2011, et le départ des chefs.

6

En 2009, le décès brutal de Pina Bausch laisse orphelins tous les danseurs de sa troupe. Ils ont perdu leur boussole. Ils s’efforcent pourtant d’aller de l’avant. Plus que dans d’autres secteurs, la créatrice avait imprimé sa marque à son “entreprise”. Mais elle s’efforçait de tenir compte de la personnalité de chacun de ses danseurs. Un leader exceptionnel est quelqu’un qui emmène l’ensemble de ses équipes dans la direction qu’il a choisie. La performance est encore plus remarquable lorsqu’elle s’impose d’être partagée par tous.

Pour citer cet article

Paris Thomas, « Éditorial. Le chef et ses troupes», Le journal de l'école de Paris du management 6/2015 (N° 116) , p. 3-3
URL : www.cairn.info/revue-le-journal-de-l-ecole-de-paris-du-management-2015-6-page-3.htm.
DOI : 10.3917/jepam.116.0003.


Pages 3 - 3 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback