Accueil Revue Numéro Résumé

Médiévales

2016/2 (n° 71)


ALERTES EMAIL - REVUE Médiévales

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 55 - 74 Article suivant

Résumé

Français

L’histoire de la formalisation du droit du mariage dans l’Occident médiéval latin s’apparente à une succession de tensions normatives. Quoique les conflits de normes ne s’y limitent pas, les controverses théologiques et juridiques présentent l’intérêt d’avoir suscité l’expression de normes parfois contradictoires, suivant le for considéré. C’est spécialement le cas lorsqu’il s’agit de résoudre les difficultés judiciaires et morales liées à la hiérarchisation entre un mariage clandestin et un mariage public ou entre un mariage « présumé » dans l’« accouplement charnel suivi de paroles de futur » et un mariage par « paroles de présent ». Lequel de ces processus fait-il le « vrai » mariage ? Et selon quel référent normatif ? La diversité des solutions formulées par la doctrine canonique, la théologie, les manuels à l’usage des desservants de paroisse ou des confesseurs, ou encore les statuts synodaux, permet d’apprécier les différences d’objectifs des clercs concernés par la matière matrimoniale. L’enjeu importe, car il y va du salut des laïcs et de l’équilibre de la société tout entière. Ces tensions normatives ont parfois débouché sur des évolutions conceptuelles et lexicales, mais elles ont aussi donné lieu à des formes de concurrences susceptibles de déstabiliser les modes de régulation sociale, ce dont les acteurs du jeu matrimonial ont parfois su tirer profit.

Mots-clés (fr)

  • mariages clandestins
  • for de la confession
  • for judiciaire
  • affectus conjugalis
  • mariage présumé

English

Clandestine marriages : disciplinary deadlock, scandal, or impulse for doctrinal thinking ? The history of the formalization of marriage law in the Latin medieval West is very much like a series of normative tensions. Although the conflicts of norms cannot be restricted to theological and legal controversies, their interest lies in the fact that they sometimes gave rise to the expression of contradictory norms, depending on the forum at stake. It was more particularly the case when it came to the question of settling the moral and judiciary issues in connexion with the hierarchical status of clandestine marriages and that of public ones, or the one of a « sexual intercourse followed by words of future » and that of a marriage contracted by « words of present ». Which of these processes guaranteed a « true » marriage ? And according to which normative references ? The different solutions provided by canonical doctrine, theology, the manuals for parish priests and confessors or even synodal statutes enable us to assess the different goals of the clerics concerned by matrimonial issues. Much is at stake, because what is concerned is the salvation of the laity and the balance of the whole society. These normative tensions sometimes led to conceptual and lexical evolutions, but they also entailed certain forms of competition that could undermine the usual means of social regulation, which the actors of matrimonial could sometimes take advantage of.

Mots-clés (en)

  • clandestine marriage
  • confessional forum
  • legal forum
  • affectus conjugalis
  • presumed marriage

Plan de l'article

  1. La nécessaire validation doctrinale des mariages clandestins : une réflexion créatrice
    1. Pierre Lombard : perfectionnement du vocabulaire de la légitimité
    2. Gratien : juridicisation du vocabulaire matrimonial
  2. L’inévitable tension entre for judiciaire et for des consciences
    1. Les lectures de la théologie scolastique
    2. Manuels de confesseurs et ouvrages pour desservants de paroisse
    3. Les tensions entre doctrine et discipline ?
© 2010-2017 Cairn.info