Accueil Revues Revue Numéro Article

Mélanges de la Casa de Velázquez

2016/2 (Tome 46)

  • Pages : 340
  • Affiliation : Revue affiliée à Revues.org
  • ISBN : 9788490960493
  • Éditeur : Casa de Velázquez

ALERTES EMAIL - REVUE Mélanges de la Casa de Velázquez

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 261 - 264 Article suivant
1

Les relations entre la recherche fondamentale et la recherche appliquée, entre la recherche scientifique et les stratégies de valorisation, connaissent aujourd’hui d’importantes mutations. Le transfert de connaissances entre la recherche et la société n’est plus l’apanage des sciences de la nature et des sciences exactes. Plus que jamais, les sciences humaines et sociales (SHS) doivent développer et renforcer leurs partenariats avec les fondations et les entreprises privées, s’ouvrir à leur environnement socio-économique et accentuer leur communication auprès du grand public.

2

Au sein des SHS, la recherche scientifique en arts est particulière car les réalisations artistiques que le chercheur étudie sont le plus souvent déjà insérées dans la société, mises à la disposition du public par le truchement des musées, des galeries d’art, des salles de spectacles, des festivals ou des réalisations architecturales. Ceci implique que le chercheur ne peut pas se contenter d’étudier en profondeur la production artistique et ne partager les résultats de sa recherche qu’avec des spécialistes. Il doit, bien sûr, valoriser sa recherche théorique auprès des créateurs, des artistes-interprètes et du monde de la recherche, mais son activité doit comporter aussi une dimension essentielle : les actions pédagogiques et culturelles. Cette dimension formative s’adresse d’abord à ses étudiants s’il est enseignant-chercheur, cependant il devra s’impliquer également dans des actions de médiation et de sensibilisation auprès d’un public beaucoup plus large. Picasso considérait déjà en 1946 que

3

Le public ne comprend pas toujours l’art moderne, c’est un fait, mais c’est parce qu’on ne lui a rien appris en ce qui concerne la peinture. On lui apprend à lire et à écrire, à dessiner ou à chanter, mais on n’a jamais pensé à lui apprendre à regarder un tableau. Qu’il puisse y avoir une poésie de la couleur, une vie de la forme ou du rythme […], cela, il l’ignore totalement [1][1]   Anatole Jakovski, « Midis avec Picasso », Arts de....

4

Et l’action d’introduire le public dans les arcanes de la création, de le préparer à la vue, à l’écoute ou à la perception d’une œuvre d’art implique pour le chercheur la collaboration avec des institutions culturelles, publiques et privées, ainsi que, dans certains cas, la recherche de partenariats avec des entreprises.

5

Ce dossier a pour objet de réfléchir, à partir d’expériences et de réalisations concrètes, à l’ouverture du monde de la recherche en arts aux acteurs de la production et de la création artistique, aux industries et aux publics de la culture, et au mécénat privé. Il s’agira d’examiner comment se produisent ces collaborations et comment s’opère le transfert des connaissances et la médiation culturelle et artistique dans des domaines tels que les études théâtrales, les arts du cirque, la musicologie, l’histoire de l’art et l’architecture.

6

L’entretien entre Anne Goalard et Catherine Naugrette qui ouvre ce dossier retrace le chemin parcouru dans le domaine des relations entre l’université et la création théâtrale depuis les années 1990. Les collaborations entre l’institution théâtrale et l’université se sont multipliées et ont été source de renouveau et d’enrichissement pour la création artistique, la recherche, la formation des étudiants et la médiation culturelle, comme en témoignent les nombreuses réalisations auxquelles elles ont abouti : organisation de colloques, élaboration de contenus pédagogiques, création d’une revue électronique et de nouveaux diplômes universitaires, expérimentation de nouvelles technologies sur scène, etc. Pour reprendre la conclusion d’A. Goalard : « D’un tel rapprochement, on observe le fruit aujourd’hui chez les nouvelles générations d’artistes et de chercheurs, pour lesquelles tout est moins cloisonné, davantage désenclavé. La recherche fait ainsi médiation, non seulement d’ailleurs pour les universitaires et les artistes, mais aussi pour les spectateurs. »

7

Bien que récente, la recherche théorique en arts du cirque s’est considérablement développée depuis une vingtaine d’années. Philippe Goudard retrace les antécédents de cette recherche et montre la forte implication de l’université Paul-Valéry – Montpellier 3 dans ce domaine, qui se traduit par l’organisation de colloques internationaux et de spectacles, et par la publication d’ouvrages, créant ainsi de véritables synergies entre la recherche théorique et la recherche artistique. Mais si les budgets publics consacrés au cirque sont significatifs, il n’y a pas de politique nationale ou européenne pour soutenir les recherches scientifiques en arts du cirque, recherches qui ne sont pas soutenues non plus par les syndicats et fédérations de cirques. Cette recherche fondamentale doit donc être financée par les budgets très réduits des universités. Le soutien d’entités comme la Fondation de France, la Fondation Marcel Bleustein-Blanchet pour la Vocation, ou la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD) devient alors essentiel, mais il est sporadique. L’exemple de la Fondation BNP Paribas, grandement intéressée par les nouveaux arts du cirque, est encourageant : « Son mécénat représente sans aucun doute, au regard des usages publics, un grand espoir pour la recherche scientifique française en cirque », conclut Ph. Goudard.

8

Partant de son expérience en tant que directeur d’un centre d’archives musicales et membre du conseil artistique d’un grand festival international de musique, Yvan Nommick montre combien les recherches musicologiques peuvent être à la source d’actions de valorisation scientifique et de diffusion culturelle. Ainsi, l’Archivo Manuel de Falla est un centre d’archives qui conserve les documents personnels du compositeur, les classe, les numérise et les met à disposition des usagers. Mais, outre ces missions classiques de conservation et de gestion, il s’agit d’une institution qui réunit en un même lieu d’importants fonds documentaires, un centre de recherches, une bibliothèque de référence et un espace muséistique, et qui s’engage dans de très nombreuses actions de valorisation de la recherche et de diffusion culturelle, qui bénéficient non seulement à la communauté scientifique mais aussi à l’ensemble de la société. De même, un festival de musique tel que le Festival internacional de música y danza de Granada répond aux besoins culturels de la société, dimension à laquelle s’ajoute la contribution au développement économique de la ville et de la province. Dans ce cas, une programmation musicale réussie et attractive peut être considérée comme un transfert de la recherche vers le monde économique et social.

9

Eduardo Quesada Dorador, historien de l’art et commissaire de très nombreuses expositions, aussi bien d’art du passé que d’art du présent, aborde la question de l’exposition d’art en tant que résultat d’un travail de recherche, l’exposition considérée comme l’un des formats en lesquels se concrétise la recherche. Il faut distinguer clairement ce qui constitue la recherche de l’artiste plasticien de celle du commissaire qui, en définitive, doit mettre en lumière la recherche de l’artiste et non se substituer à celui-ci. Le commissaire doit élaborer une véritable narration spatiale qui permette d’articuler les œuvres entre elles, de créer des dialogues qui s’assimilent à une véritable écriture, composée de « phrases, de passages, de paragraphes, de chapitres », dont la permanence dans le temps sera constituée par un vrai livre : le catalogue. Ce travail de recherche qui se traduit en exposition comporte aussi une dimension de médiation très importante, car la mise en espace des œuvres, les panneaux explicatifs et les cartels qui les accompagnent — s’ils sont bien conçus et ne sont pas surchargés d’informations — jouent un véritable rôle éducatif auprès du public, l’aident à comprendre ce qu’il regarde. E. Quesada n’observe pas de réelles différences entre les expositions comme forme de recherche commandées et financées par des institutions publiques ou privées, mais insiste sur le fait que les institutions privées sont beaucoup plus rapides en ce qui concerne les procédés et les paiements.

10

Enfin, l’article de Joaquín Ibáñez Montoya aborde, de façon plus théorique et conceptuelle, la question de la recherche en architecture. Il réfléchit sur les fondements épistémologiques de cette recherche et préconise, d’autre part, la création de synergies thématiques et financières entre l’université, les entreprises et la société. Dans un monde en crise sociale et économique, la recherche interroge le futur de l’architecture et doit proposer des idées et des solutions pour repenser le paysage urbain, dans l’espoir que ces transformations ne soient pas seulement dictées par les politiques ou les intérêts mercantiles. Pour J. Ibáñez, il faut « codifier les questions de notre temps […], redéfinir ses échelles. Les encadrer dans un espace collectif, plus qualitatif que cumulatif, dans l’étude de la rue, dans l’espace public ». Ainsi, la recherche architecturale, à la croisée de l’art, de la technique et des SHS, est un bel exemple de transfert de connaissances entre l’université et la société dont elle tente d’imaginer le futur environnement bâti.

Notes

[1]

 Anatole Jakovski, « Midis avec Picasso », Arts de France, n° 6, 1946 ; repris dans Picasso, Propos sur l’art, éd. de Marie-Laure Bernadac et Androula Michael, Paris, Gallimard, 1998, pp. 58-59.

Résumé

Français

Les relations entre la recherche scientifique, la création artistique et les stratégies de valorisation connaissent aujourd’hui d’importantes mutations. Plus que jamais, les sciences humaines et sociales, en particulier dans le domaine de la recherche en arts, doivent développer des partenariats avec les fondations et les entreprises privées, s’ouvrir à leur environnement socio-économique et accentuer leur communication auprès du grand public. Ce dossier a pour objet de réfléchir, à partir d’expériences concrètes, sur le transfert de connaissances entre la recherche en arts et la société, et sur l’ouverture de cette recherche au mécénat privé et aux publics de la culture dans les domaines de l’architecture, des études théâtrales, de l’histoire de l’art, de la musicologie et des arts du cirque.

Mots-clés (fr)

  • mécénat
  • communication
  • art et société
  • création artistique
  • culture
  • recherche en arts
  • valorisation scientifique

Español

La investigación científica sobre las artes: retos, valorización y perspectivas Las relaciones entre investigación científica, creación artística y estrategias de valorización conocen hoy día importantes cambios. Más que nunca, las humanidades y las ciencias sociales, en particular en el campo de la investigación sobre las artes, han de desarrollar colaboraciones con las fundaciones y las empresas privadas, abrirse a su entorno socioeconómico y reforzar su comunicación hacia el público en general.Este dossier tiene por objeto reflexionar, a partir de experiencias concretas, sobre la transferencia de conocimientos entre la investigación y la sociedad, y sobre la apertura de dicha investigación al mecenazgo privado y a los públicos de la cultura en los campos de la arquitectura, los estudios teatrales, la historia del arte, la musicología y las artes circenses.

Mots-clés (es)

  • mecenazgo
  • comunicación
  • arte y sociedad
  • creación artística
  • cultura
  • investigación sobre las artes
  • valorización científica

English

Scientific research on the arts: challenges, promotion and outlook We are currently seeing major changes in the relations between scientific research, artistic creation and promotion strategies. More than ever, the humanities and social sciences, particularly in the field of art research, need to learn to work with private foundations and enterprises, operate in their socio-economic environment and improve their communication with the public at large.The purpose of this dossier is to examine particular experiences as a basis for discussion of the transfer of knowledge between research and society, and of how to open up that research to private sponsorship and to consumers of culture in the fields of architecture, dramatic studies, art history, music studies and circus arts.

Mots-clés (en)

  • communication
  • art research
  • artistic creation
  • art and society
  • culture
  • scientific promotion
  • sponsorship

Pour citer cet article

« ‪La recherche scientifique en arts‪. Enjeux, valorisation et perspectives », Mélanges de la Casa de Velázquez, 2/2016 (Tome 46), p. 261-264.

URL : http://www.cairn.info/revue-melanges-de-la-casa-de-velazquez-2016-2-page-261.htm


Article précédent Pages 261 - 264 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback