Accueil Revues Revue Numéro Article

Outre-Terre

2011/4 (n° 30)

  • Pages : 440
  • ISBN : 9782918587088
  • DOI : 10.3917/oute.030.0377
  • Éditeur : Outre-terre

ALERTES EMAIL - REVUE Outre-Terre

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 377 - 379 Article suivant
1

La nouvelle approche de la diplomatie flexible du gouvernement a changé les méthodes d’aide publique au développement de Taiwan. Le président Ma Ying-jeou a appelé son gouvernement à agir de manière légitime, diligente et effective lors de la mise en place des programmes d’assistance à l’étranger. C’est dans cet esprit que le MOFA (Ministry of Foreign Affairs) a révisé les actions qu’il entreprenait à l’extérieur, qu’il a défini sur cette base les nouvelles lignes directrices de sa politique d’aide extérieure et qu’il a en conséquence réajusté ses pratiques. Le gouvernement taiwanais cherche à consolider progressivement les partenariats qu’il entretient avec des pays alliés et amis tout en promouvant leur développement durable et, partant, en même temps que se renforcent toutes les relations bilatérales. De surcroît, le gouvernement part de la Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide de 2005 pour établir des modèles de coopération orientés vers le résultat et répondant aux normes professionnelles afin que l’aide publique au développement de Taiwan puisse être totalement en accord avec les pratiques et les attentes internationales.

2

Parmi les alliés diplomatiques de Taiwan, 22 – dont 4 en Afrique – sont des pays en développement et demeurent ses plus importants et plus proches partenaires en termes de coopération internationale. Taiwan souhaite intégrer les ressources afférentes de façon à promouvoir les programmes de coopération avec les pays amis tout en se conformant aux règlements internationaux et élaborer par là des modes de coopération plus efficaces et professionnels. Ce qui en retour permettra de maximiser exhaustivement l’efficacité de l’aide au développement et de viser à la prospérité des peuples de Taiwan comme des pays alliés.

UN PARTENARIAT FLEXIBLE

3

Il est impératif que les initiatives de coopération internationale de Taiwan s’accordent avec les tendances mondiales et qu’elles bénéficient au développement durable du monde. À cet égard, Taiwan adopte les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) définis par les Nations unies comme socle de ses stratégies d’aide extérieure mises en place dans les régions des pays récipiendaires. Appuyé sur ses propres compétences technologiques et industrielles, Taiwan a identifié prioritairement cinq objectifs parmi ceux que détermine l’ONU : « réduire l’extrême pauvreté et la faim » ; « assurer l’éducation primaire pour tous » ; « combattre le VIH/SIDA, le paludisme et autres maladies » ; « assurer un environnement durable » ; « mettre en place un partenariat mondial pour le développement ». Des cibles qui dictent désormais les stratégies et les orientations de son aide extérieure.

ÉRADICATION DE L’EXTRÊME PAUVRETÉ ET DE LA FAMINE

4

En opposition totale avec le premier et le plus important des Objectifs du millénaire, le monde est actuellement confronté à une augmentation annuelle de quelque quatre millions de personnes souffrant de la faim. Consécutivement à la crise alimentaire mondiale de 2008, le sujet de la sécurité alimentaire est devenu un point focal de l’aide publique au développement. Taiwan est ici prêt à mettre en pratique son expertise en matière de techniques agricoles pour aider les pays alliés à accroître leur production agroalimentaire.

RENFORCEMENT DU DÉVELOPPEMENT DE LA RESSOURCE HUMAINE

5

L’éducation joue un rôle clé dans l’éradication de la pauvreté. Sous le coup des retombées de la mondialisation, les gouvernements en général sont conscients de l’importance de l’éducation et de la formation professionnelle ainsi que de l’urgence à améliorer les compétences des hommes et des femmes qui doivent relever les défis de l’économie de la connaissance. Avec ses ressources humaines et son éducation technique, Taiwan peut soutenir les pays partenaires dans un effort de promotion et de généralisation de l’éducation pour tous et de la formation d’hommes et de femmes hautement qualifiés comme d’une main-d’œuvre compétente.

LUTTE CONTRE LES MALADIES ENDÉMIQUES ET DÉVELOPPEMENT DES SOINS D’HYGIÈNE MÉDICALE

6

Parmi les Objectifs du millénaire, trois concernent la santé, l’hygiène et les soins médicaux (réduction de la mortalité infantile, amélioration de la santé maternelle, combat contre le VIH/SIDA, le paludisme et autres maladies). L’amélioration de l’environnement sanitaire et des soins médicaux, le développement de la santé sont les problèmes que les pays en développement doivent affronter d’urgence et que l’assistance médicale taiwanaise peut contribuer à résoudre.

PROMOTION DE LA DURABILITÉ DE L’ENVIRONNEMENT

7

Le 7e OMD – assurer un environnement durable – est un secteur-clé de la coopération technique taiwanaise. Taiwan est en particulier prêt à participer à la protection de l’environnement – un domaine dans lequel il est doté d’une forte compétence technologique – et à soutenir ses alliés dans la préservation de leur intégrité environnementale.

DÉVELOPPEMENT DU PARTENARIAT MONDIAL

8

Ce 8e OMD qui consiste dans la mise en place d’un partenariat mondial pour le développement est lié à la réalisation d’objectifs spécifiques comme l’élaboration rapide d’un système commercial et financier plus ouvert ; la satisfaction de besoins spécifiques pour les pays les moins avancés, les pays enclavés et les îles les plus petites ; la diffusion, en coopération avec le secteur privé, des retombées du développement des nouvelles Technologies de l’information et de la communication (TIC). Taiwan a déjà accumulé beaucoup d’expérience dans ces domaines ; il est donc tout à fait normal qu’il puisse dans ces domaines consolider son partenariat avec les autres pays.

EN AFRIQUE

9

Il est vrai que l’influence de la Chine continentale en Afrique ne cesse de s’accroître ; mais conformément à notre « diplomatie flexible », l’objet de nos missions en Afrique n’est plus de combattre la RPC, mais de consolider les liens avec nos alliés diplomatiques en renforçant les coopérations bilatérales. Quant aux pays non alliés, nous tâchons de renforcer avec eux des relations commerciales, culturelles et scientifiques, tout en mettant l’accent sur le développement des droits de l’homme et de l’humanitaire, ce qui nous distingue de la RPC.

10

Le commerce entre Taiwan et nos alliés africains reste en dessous des 7 milliards de dollars en 2010 ; en revanche, les échanges commerciaux entre la Chine continentale et l’Afrique ont atteint les 90 milliards de dollars, ce qui montre que nous avons beaucoup de progrès à faire. Nous avons pour objectif de renforcer les liens commerciaux avec les pays africains et adopté à cette fin des mesures encourageant nos secteurs public et privé à participer aux expositions et activités commerciales de nos alliés, ainsi qu’à se rendre chez eux pour y étudier les possibilités d’investissements. Mais comme Taiwan reste un pays d’économie libre, notre gouvernement n’interfère pas dans les affaires des entreprises privées en matière d’investissement à l’étranger.

Notes

[1]

Ambassadeur, actuel représentant de Taiwan en France.

Plan de l'article

  1. UN PARTENARIAT FLEXIBLE
    1. ÉRADICATION DE L’EXTRÊME PAUVRETÉ ET DE LA FAMINE
    2. RENFORCEMENT DU DÉVELOPPEMENT DE LA RESSOURCE HUMAINE
    3. LUTTE CONTRE LES MALADIES ENDÉMIQUES ET DÉVELOPPEMENT DES SOINS D’HYGIÈNE MÉDICALE
    4. PROMOTION DE LA DURABILITÉ DE L’ENVIRONNEMENT
    5. DÉVELOPPEMENT DU PARTENARIAT MONDIAL
  2. EN AFRIQUE

Pour citer cet article

Ching-Long Lu Michel, « Nouvelles initiatives de Taiwan en Afrique », Outre-Terre, 4/2011 (n° 30), p. 377-379.

URL : http://www.cairn.info/revue-outre-terre1-2011-4-page-377.htm
DOI : 10.3917/oute.030.0377


Article précédent Pages 377 - 379 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback