Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Revue philosophique de la France et de l'étranger

2014/1 (Tome 139)


ALERTES EMAIL - REVUE Revue philosophique de la France et de l'étranger

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Pages 3 - 22 Article suivant

Résumé

Français

La distinction scolastique entre ubiété (le « là où » un pouvoir s’exerce) et localité (le contact mathématique) est reprise discrètement par les philosophies du xviie et du xviiie siècles afin de caractériser les modalités spécifiques de la présence de l’esprit dans l’espace. Bien que certains auteurs comme John Locke ou Henry More lui soient hostiles, et alors que les conceptions de l’espace sont renouvelées par ce qu’il est convenu d’appeler la révolution scientifique, cette distinction est l’objet d’un réemploi constant. Cette étude en montre d’abord l’importance, méconnue, pour les pneumatologies de Reid et de Kant. Une deuxième partie, qui suit une suggestion du philologue James Harris, l’auteur des Philosophical Arrangements, en retrace les origines dans l’héritage aristotélicien. On montre enfin comment la notion d’ubiété ou présence dynamique est mobilisée dans l’esthétique et la phénoménologie de l’esprit incarné.

English

Mind, where are thou? The Enduring Presence of the Distinction between Local and Virtual PresenceIn order to characterize the specific modalities of the presence of mind in space, various philosophical doctrines, in the 17th and 18th c., drew somewhat covertly on the scholastic distinction between ubiety (the “place where” a power manifests itself) and locality (mathematical contact). Despite the hostility of such authors as John Locke and Henry More, and notwithstanding the renewal in the conceptions of space brought about by what is now commonly labeled the scientific revolution, that distinction kept on being relied upon by many philosophers. This paper demonstrates its significance, generally understated, for the pneumatologies of Reid and Kant. Following a suggestion by philologist James Harris, it then traces back its origins to the Aristotelian legacy. Finally, it underlines the function the notion of ubiety or dynamical presence played in esthetics and the phenomenology of the embodied mind.

Plan de l'article

  1. Pérennité de la distinction chez les modernes
    1. Thomas Reid sur l’ubi des esprits
    2. Détermination de la sphère d’influence
    3. Kant, Euler, et la présence virtuelle
    4. Être spatial et être « à l’espace » : le cartésianisme de Chastaing
  2. Formation de la distinction dans la tradition aristotélicienne
    1. Les deux contacts selon Thomas et leur source aristotélicienne
    2. Grammaire du « où » : Harris, Aristote, et la différence catégoriale

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback