Accueil Revue Numéro Article

Psychothérapies

2005/4 (Vol. 25)



Pages 213 - 213 Article suivant
1

Ce numéro spécial de Psychothérapies constitue les actes d’un symposium organisé à Lausanne le 9 septembre 2004 en l’honneur du départ à la retraite d’Elisabeth Fivaz-Depeursinge, sur le thème de l’interface entre intersubjectivité et attachement.

2

L’intersubjectivité et l’attachement sont actuellement deux domaines d’étude distincts, examinés en particulier dans le cadre du développement des relations dyadiques entre parent et enfant. Leurs interfaces, ainsi que leur extension au groupe familial, restent largement inexplorées. Le symposium organisé en l’honneur d’Elisabeth Fivaz-Depeursinge avait pour but de réfléchir dans cette direction, de poser des questions, d’offrir des pistes de réflexion, voire d’ouvrir un champ de recherche.

3

Elisabeth Fivaz-Depeursinge a co-fondé, avec Luc Kaufmann et Elvira Pancheri, le Centre d’Etude de la Famille, sur le site de Cery, à Lausanne, en 1977. Dans ce centre, d’orientation systémique et familiale, devaient se réaliser de la clinique, de la recherche et de la formation. On retrouve dans les activités d’Elisabeth Fivaz-Depeursinge ce souci d’intégrer ces trois dimensions. Ses recherches, menées avec la collaboration d’Antoinette Corboz-Warnery, alliaient en effet recherche et clinique tout en étant objet d’enseignement. Leurs travaux portaient principalement sur les interactions entre parents et bébés, et visaient à mettre à jour la naissance de la communication familiale, ses pré-requis comme ses déviations, ses richesses comme ses troubles. Une situation d’observation, le «Lausanne Trilogue Play», ainsi qu’un modèle théorique en sont les fruits les plus connus, décrits dans le livre Le triangle primaire, paru aux éditions Odile Jacob en 2001 en traduction française.

4

Ce numéro spécial regroupe ainsi les conférences de Daniel N. Stern (Universités de Genève et New York), Karlen Lyons-Ruth (Université de Harvard), Nicolas Favez (Universités de Fribourg et Lausanne) et Pierre Bovet (Université de Lausanne). A cela s’ajoutent les présentations introductives de la table ronde faites par Miri Keren (Université de Tel-Aviv) et Blaise Pierrehumbert (Université de Lausanne) ainsi que l’intervention ultérieure de France Frascarolo (Université de Lausanne). On trouvera enfin le texte d’une vidéo réalisée par Elisabeth Fivaz-Depeursinge et ses collaborateurs, qui a été présentée ce jour-là. Le texte de Daniel N. Stern est une retranscription de sa conférence. Les autres ont plus ou moins été adaptés en vue du présent numéro de «Psychothérapies». Relevons que l’idée était de garder la vivacité et l’enthousiasme qui ont régné lors de ce symposium, quitte à accommoder les conventions en usage lors de publications scientifiques.

5

La richesse des contributions tient non seulement à l’apport de chaque intervenant, mais aussi à la diversité des regards. Sont en effet réunies les perspectives de médecins psychiatres, de psychanalystes et de psychologues, se référant à différentes théories (telles que la psychodynamique, la systémique et la théorie de l’attachement), et ce dans une perspective centrée sur l’individu, la psychopathologie, le développement de l’enfant ou encore le fonctionnement familial.

Notes

[1]

Dr en psychologie, Privat-Docent à l’Université de Lausanne, Cheffe de Projets à l’Unité de Recherche du Centre d’Etude de la Famille, Institut Universitaire de Psychothérapie, Site de Cery, Prilly-Lausanne (Suisse).

Pour citer cet article

Frascarolo-Moutinot France, « Éditorial », Psychothérapies 4/ 2005 (Vol. 25), p. 213-213
URL : www.cairn.info/revue-psychotherapies-2005-4-page-213.htm.
DOI : 10.3917/psys.054.0213


Pages 213 - 213 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback