Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Raisons politiques

2006/1 (no 21)



Article précédent Pages 137 - 157 Article suivant

   English abstract on Cairn International Edition

Résumé

Français

Le discours des néoconservateurs américains sur l’adhésion de la Tuquie à l’Union européenne manifeste une certaine ambivalence. Les néoconservateurs défendent l’idée d’adhésion avant tout pour des raisons stratégiques telles que le maintien de la stabilité au Moyen Orient. Cependant ils craignent également qu’une Turquie européenne ne devienne anti-américaine, notamment sous l’influence de la « Vieille Europe ». Ainsi le choix des néoconservateurs en faveur de l’adhésion turque n’exclut-il pas les débats et les désaccords. Le point de vue politique des néoconservateurs ne relève pas uniquement de considérations d’ordre stratégique ou de real-politik. Il se fonde également sur une théorisation de l’exceptionnalisme turc, qui puise dans les arguments d’Edmund Burke, de Bernard Lewis et d’Albert Wohlstetter.

English

U.S. neoconservative discourse on the admission of Turkey into the European Union is ambivalent. On the one hand, the neoconservatives favour its admission for strategic reasons, particularly with a view to maintaining stability in the Middle East. On the other hand, however, they fear a European Turkey might become anti-American, especially under the influence of “Old Europe”. So underneath the veneer of a neoconservative consensus lie disagreements and dissension. Their “official” yes to Turkish accession is based not only on strategic considerations of realpolitik, but also on theories of the Turkish exception, using arguments drawn from Edmund Burke, Bernard Lewis and Albert Wohlstetter.

Plan de l'article

  1. La Turquie est un pays crucial pour les intérêts américains
    1. Critères de Copenhague ou guerre contre le terrorisme ?
    2. Oui à l’entrée de la Turquie dans une Europe à plusieurs vitesses
  2. La question turque, un test pour l’Europe
    1. Une anthropologie de l’homme turc
  3. La Turquie, une exception et un modèle
    1. La Turquie : démocratie laïque ou démocratie islamique modérée ?
    2. Bernard Lewis et la théorie de la modernisation
Accéder à cet article
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback