Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Raisons politiques

2010/1 (n° 37)



Article précédent Pages 65 - 77 Article suivant

   English abstract on Cairn International Edition

Résumé

Français

A partir de l'étude de l'expansion de la langue majoritaire wolof au Sénégal, cet article s'interroge sur la nature du processus de nationalisation de la société sénégalaise depuis l'indépendance. La formation d'une identité nationale ordinaire qui n'a pas été le résultat direct de l'action nationalisante de l'Etat et la diffusion d'un modèle culturel majoritaire fondé sur une langue orale interrogent la théorie stato-centrée et scripto-centrée du nationalisme. Par ailleurs, les conditions paradoxales de cette nationalisation par le bas permettent de comprendre l'émergence d'un « nationalisme banal » au Sénégal dont l'Etat n'a pas le monopole, ainsi que la relative absence de politisation conflictuelle du débat sur l'identité nationale.

English

Focusing on the expansion of the Wolof language in Senegal, this article discusses the nationalisation process of the Senegalese polity since the independence of the country. The emergence of a national identity, which did not follow the expected path of state nationalizing practices and the diffusion of a cultural model based on orality put the key role of the state and written language in the imagination of the nation to a test. Moreover, the conditions of wolofisation as a nationalisation process from below allow us to understand the emergence of a "banal nationalism" on which the state has no monopoly, what may explain the relative absence of conflictual polarization on the issue of national identity in this country.

Plan de l'article

  1. La wolofisation comme banalisation de l'identité nationale
  2. La nationalisation par le bas : la revanche du banal sur l'officiel ?
  3. La nation sans le nationalisme ?
Accéder à cet article
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback