Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Sociologie

2015/2 (Vol. 6)


ALERTES EMAIL - REVUE Sociologie

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 195 - 206 Article suivant

Résumé

Français

Au cours des dix dernières années, plusieurs dizaines de suicides se sont produits dans des grandes entreprises, souvent sur le lieu de travail. L’établissement d’un lien de causalité direct entre les conditions de travail des établissements concernés ou les formes de management en vigueur dans ces entreprises et ces suicides ne va pas de soi. Compte tenu du très petit nombre de cas impliqués, le recours aux statistiques engendre souvent beaucoup d’incertitude et alimente une stratégie du doute. Cette stratégie constitue une ligne de défense classique des entreprises soupçonnées de mettre en danger la santé ou la vie de leurs propres travailleurs ou des utilisateurs de leurs produits. Le suicide est d’autre part un phénomène trop complexe pour pouvoir s’expliquer par un lien de causalité unique et linéaire. Les personnes mettant fin à leur vie dans un cadre professionnel seraient-elles des personnes vulnérables en raison de problèmes personnels et psychologiques antérieurs, les autres, normales, n’en mourant pas ? Les apports de la psychologie du travail, des enquêtes de terrain menées par des psychologues et des psychanalystes, les résultats d’une enquête judiciaire permettent d’en douter. Ces approches sont complémentaires et nécessaires. Aucun des résultats obtenus par chacune d’entre elles ne peut être considéré comme suffisant pour établir un lien de causalité univoque entre les nouvelles conditions de travail à France Télécom et certains suicides. Mais, tous ensemble, ils forment un faisceau d’indices convergents permettant de présumer l’existence d’un lien.

Mots-clés

  • suicide
  • conditions de travail
  • conscience professionnelle
  • doute
  • management
  • vindicatif

English

What do work suicides mean?Over the past ten years, dozens of suicides have been committed in large enterprises, often at the workplace. Finding a direct link between these suicides and the working conditions or management form of these enterprises is not self-evident. Because of the small number of cases known, a recourse to statistics creates uncertainty and feeds a strategy of doubt. This strategy is one of the classic lines of defense of enterprises suspected to endanger the health or life of their own workers or of the users of their products. Moreover, suicide is too complex of a phenomenon to be explained through a single causal and linear link. Are people who decide to end their lives in the professional environment vulnerable because of prior personal and psychological problems of which others – normal – do not die? The contributions of the psychology of work, field studies conducted by psychologists and psychoanalysts, and the results of a judicial inquiry enable to doubt this. These approaches are complementary and necessary. None of the results obtained by any of them can alone be considered sufficient for establishing an unequivocal causal link between the new working conditions at France Télécom and some of the suicides. However, when taken together, they form a body of convergent indicators that allow to presume the existence of a link.

Keywords

  • suicide
  • working conditions
  • professional conscience
  • doubt
  • management
  • vindictive

Plan de l'article

  1. Quand les statistiques incitent à douter
  2. Enquête justice. Article du Monde
  3. Une deuxième ligne de défense
  4. Drame de la conscience professionnelle
  5. Un suicide vindicatif
  6. Un faisceau de présomptions

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback