Accueil Revue Numéro Article

Spirale

2006/2 (no 38)

  • Pages : 182
  • ISBN : 2-7492-0604-9
  • DOI : 10.3917/spi.038.0071
  • Éditeur : ERES


Article précédent Pages 71 - 73 Article suivant
1

Maman de deux enfants (6 ans et 8 mois), le choix d’allaiter a été pour moi une évidence. L’allaitement occupe une place importante dans l’apprentissage de la vie et de la maternité dans ma culture. J’ai grandi dans un environnement où le don du sein bénéficie d’une image valorisée et même préconisée jusqu’à 1 an.

2

Bien évidemment j’ai dû confronter mes désirs à ma réalité sociale, professionnelle et physiologique.

3

Pour mon premier enfant, je me suis rendue compte qu’il n’avait pas beaucoup d’appétit. Cela n’a pas été facile. Il me fallait abandonner ce lien privilégié avec mon enfant et couper encore une fois le cordon.

4

Pour mon deuxième garçon, les choses ont été différentes. Bien sûr, le plaisir a été le même mais cette fois j’ai réalisé assez rapidement que je n’allais pas pouvoir satisfaire longtemps mon enfant qui ne manquait pas d’appétit et qui m’a très nettement montré qu’il ne voulait que mon lait. Heureusement pour moi la crèche m’a encouragée à tirer mon lait et m’a permis de l’apporter à la crèche.

5

Mon désir d’allaiter et la demande de mon enfant étaient tels que j’ai pensé à demander à mon employeur de disposer de mon heure quotidienne d’allaitement (conformément au dispositif légal). J’y ai renoncé pour faciliter mon retour dans la société.

6

L’allaitement est pour moi un moment d’amour et de partage où je capte tout de mon enfant. Je suis la seule à pouvoir le nourrir, le rassasier, son regard est plein d’amour. Hormis la douleur des premières tétées, mon corps développe de nouvelles sensations très agréables.

7

La maternité et l’allaitement m’ont permis de me découvrir. L’allaitement est un apprentissage très important qui m’a permis de vivre au rythme des sensations, émotions et envies de mes enfants. Je voulais le continuer même en mettant mes enfants à la crèche.

Les premiers jours de bébé à la crèche

8

Très tôt, j’ai pris l’habitude de parler à mes enfants, cela a débuté pendant ma grossesse et cela se poursuit encore maintenant. Cela m’apaise et réconforte mes enfants.

9

Avant l’entrée en crèche, je leur ai parlé et expliqué que j’allais reprendre mon travail, que nous allions être séparés plus longtemps et de l’accueil dont ils allaient bénéficier.

10

Pour Adama, mon aîné, j’ai vécu une séparation difficile. Malgré mes précautions et l’accueil du personnel de la crèche, j’ai constaté que mon enfant ne vivait pas bien la séparation. Il mangeait très peu et dormait beaucoup. Selon l’équipe pédagogique ces signes manifestaient un manque lié à la séparation.

11

Pour Joshua, les choses ont été plus faciles car je connaissais déjà toute l’équipe pédagogique, le fonctionnement de la crèche, le déroulement des journées.

12

La période d’adaptation s’est déroulée sur quinze jours, cela a été un moment très exclusif entre l’auxiliaire, mon enfant et moi. Pour connaître les habitudes de mon enfant, l’auxiliaire s’est beaucoup intéressée à sa personnalité et à son rythme : son sommeil, ses repas, sa position préférée pour dormir, son langage corporel manifestant ses demandes et ses états.

13

L’apport pédagogique de la crèche est indéniable. En insistant sur l’importance de la feuille de rythme et la nécessité de l’apporter tous les matins, la crèche m’a fait prendre conscience de leur véritable travail de puériculture et de leur méthodologie. Rien n’est laissé au hasard dans un souci de suivi et de prévention en matière de santé ou de bien-être. Cette feuille de rythme est un outil très appréciable et je la transmets à toute personne amenée à s’occuper de mes enfants.

14

Ayant allaité mes enfants, la crèche m’a conseillé d’apporter un tee-shirt avec mon odeur corporelle afin de faciliter les repas, le sommeil et le bien-être de mon enfant.

15

J’ai senti, pendant la période d’adaptation, que je pouvais aborder tous les thèmes que je souhaitais et poser toutes les questions que je voulais. Ces quinze jours ont permis d’estomper un certain nombre de mes craintes sur le respect du rythme biologique de mon enfant, sa familiarisation à l’univers de la crèche (son lit, les jouets, les bruits…), l’attention dont il allait bénéficier et le lien qu’il allait devoir construire avec l’auxiliaire.

16

La vie à la mini-crèche est une expérience enrichissante : ce lieu fait vraiment cocon. L’équipe pédagogique est à notre écoute, disponible et professionnelle. Les transmissions du soir sont bien détaillées, intéressantes et appréciables.

17

Mon fils aîné a été heureux, épanoui durant ces trois années et cela se voyait, avec mon deuxième fils l’histoire se poursuit. Nous sommes satisfaits de cette collectivité qui a répondu à nos attentes.

Pour conclure

18

L’arrivée de mon deuxième enfant a été un bouleversement. Malgré toutes mes précautions et toutes les attentions de la crèche, la séparation reste un moment difficile car il y a tout un équilibre à reconstituer pour la vie familiale. Cet équilibre je l’ai retrouvé en optant pour le travail à 80 %. Je suis reconnaissante à l’équipe de la crèche d’avoir pu bénéficier d’un accompagnement et surtout de pouvoir continuer à allaiter mon enfant.

Notes

[*]

Sylvie Coulibaly, maman de la crèche municipale d’Orly (Val-de-Marne).

Sylviecou@ hotmail. fr

Plan de l'article

  1. Les premiers jours de bébé à la crèche
  2. Pour conclure

Pour citer cet article

Coulibaly Sylvie, « Une maman qui allaite son bébé et qui découvre la crèche », Spirale 2/ 2006 (no 38), p. 71-73
URL : www.cairn.info/revue-spirale-2006-2-page-71.htm.
DOI : 10.3917/spi.038.0071


Article précédent Pages 71 - 73 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback