CAIRN.INFO : Chercher, repérer, avancer.

Dans son ouvrage sur les Juifs d’Union soviétique, Benjamin Pinkus mentionne le caractère antisémite de procès en criminalité économique tenus au début des années 1950. Il n’écarte pas la possibilité que les protagonistes aient été coupables de malversations, mais il s’arrête sur la sévérité de certains verdicts, citant en particulier un procès s’étant déroulé à Kyiv en 1952. Il souligne que l’affaire fut jugée par un tribunal militaire plutôt qu’un tribunal civil, que la condamnation à mort de trois des cinq inculpés sonnait comme un avertissement et que la judéité de ces derniers constitue un fait significatif. Sans donner de noms, il faisait référence au procès de Hanan Aronovič Hain qui aboutit à la condamnation à mort de trois employés de commerce de confession juive. Affaire publique — le quotidien Pravda Ukrajny la rapporta et, à sa suite, la presse occidentale—, elle tomba rapidement dans l’oubli. Par suite de la révolution de Maïdan en 2014 et du changement de direction aux archives de la police politique d’Ukraine (SBU), j’ai obtenu l’accès au dossier pénal de cette affaire ; les collègues ukrainiens, que je remercie, en particulier Roman Podkur, m’ont envoyé l’intégralité des copies des photos du dossier de plus de 25 000 pages réparties sur vingt‑quatre tomes. Je recherchais ces archives, car l’affaire Hain est mentionnée dans la correspondance entre le ministère de la Sécurité d’État d’URSS (MGB) et le Conseil des ministres de l’URSS. En juillet 1952, Stalin fut informé de l’affaire : le MGB se vantait d’avoir appréhendé plusieurs groupes importants de voleurs …

Français

À Kiev, entre le 20 et le 26 novembre 1952, au club du ministère de la Sécurité d’État (MGB), 15/17 rue Rosa Luxembourg, les inculpés Hanan Aronovič Hain, Jakov Evseevič Jarošeckij, David Izrailevič Gerzon, Moisej Salomonovič Gruško, Lev Šlemovič Teplickij, âgés de plus de cinquante ans à l’exception d’un seul, furent jugés coupables par le tribunal militaire de la région de Kyiv d’avoir voulu saboter le commerce soviétique en ayant causé un préjudice à l’État de sept millions de roubles. De 1946 à son renvoi en 1951, Hain dirigea un commerce de gros de textile, une base (Glavlegsbyt) qui pourvoyait la région de Kyiv en tissu pour un chiffre d’affaires de plus de deux milliards de roubles et qui employait 160 salariés. Ce fut à l’issue d’une enquête sur divers détournements, vols et reventes de marchandises, corruption, ayant impliqué des dizaines d’inculpés et une centaine de témoins que les protagonistes principaux de cette affaire furent appréhendés, détenus et condamnés ; trois d’entre eux furent exécutés. À travers l’étude des archives judiciaires de ce procès, se dessinent les traits d’un certain milieu, celui des cadres du commerce soviétique qui faisaient preuve de débrouillardise dans le contexte extrêmement contraint de la désorganisation, du déficit et de l’anxiété de l’après-guerre. Le procès de Hain éclaire la dynamique entre redistribution et marché propre à l’économie soviétique et l’intersection entre le monde des politiques et celui des criminels économiques, à l’échelle régionale et locale.

English

The Khain affair, Kiev, winter 1952

‪In Kiev, between November 20 and 26, 1952, at the club of the Ministry of State Security (MGB), 15/17 Rosa Luxemburg Street, Khanan Aronovich Khain, Iakov Evseevich Iaroshetsckii, David Izrailevich Gerzon, Moisei Salomonovich Grushko, Lev Shlemovich Teplitskii, aged above fifty years with the exception of one person, were convicted by the military court of Kiev region of sabotaging Soviet trade by causing financial loss to the state of seven million rubles. From 1946 until his dismissal in 1951, Khain had managed a wholesale textile base (Glavlegsbyt) providing Kiev region with fabrics. The base had 160 employees and a revenue of more than two billion rubles. Following an investigation on various embezzlement cases, thefts and resales of merchandise and corruption involving dozens of accused people and a hundred of witnesses, the main protagonists of this affair were apprehended, detained and sentenced; three of them were executed. The study of court documents reveals the specific milieu of Soviet trade cadres who had to make do within extremely limited resources – disorganization, deficit, and postwar anxiety. Khain’s trial sheds light on the interrelationship, specific to the Soviet Union, between redistribution and market, and on how the worlds of politicians and economic criminals intersected at the local, regional level. ‪

Juliette Cadiot
Cercec, EHESS, Paris, juliette.cadiot@ehess.fr
Dernière publication diffusée sur Cairn.info ou sur un portail partenaire
cet article est en accès conditionnel
Acheter cet article 5,00€ 33 pages, électronique uniquement
HTML et PDF
add_shopping_cart Ajouter au panier
Autre option
Membre d'une institution ? business Authentifiez-vous
Mis en ligne sur Cairn.info le 11/03/2019
Pour citer cet article
Distribution électronique Cairn.info pour Éditions de l'EHESS © Éditions de l'EHESS. Tous droits réservés pour tous pays. Il est interdit, sauf accord préalable et écrit de l’éditeur, de reproduire (notamment par photocopie) partiellement ou totalement le présent article, de le stocker dans une banque de données ou de le communiquer au public sous quelque forme et de quelque manière que ce soit.
keyboard_arrow_up
Chargement
Chargement en cours.
Veuillez patienter...