CAIRN.INFO : Matières à réflexion

Le 26 octobre 2019, l’élimination par la coalition, dans une frappe ciblée, d’Abou Bakr al-Baghdadi, « calife » du mouvement jihadiste État islamique, était immédiatement suivie de la promesse faite par ses membres et partisans d’attentats de « venger » sa mort. Dans un enregistrement diffusé sur la Toile et dans lequel il contestait toute idée de défaite, le groupe annonçait la succession politique de son commandant défunt et des représailles à venir. Un puissant désir de vengeance s’était emparé de ses rangs, ne tardant pas à se traduire par une série d’actions sanglantes aux quatre coins du monde.
De nombreuses violences politiques, au premier rang desquelles le terrorisme jihadiste, ont pour cause première un désir de vengeance qui s’inscrit dans la durée et va souvent au-delà des racines initiales ayant provoqué le conflit : de fait, chacune des parties adverses entend porter à l’autre le coup final. Cette observation simple vaut particulièrement pour le militantisme jihadiste qui, outre les objectifs idéologiques poursuivis par ses représentants, a sombré de longue date dans une surenchère aveugle et destructrice de la violence, emblématique de la vengeance qui la porte.Ce désir de vengeance n’est au demeurant pas spécifique aux groupes les plus radicaux ; il est un trait humain en définitive relativement universel et répandu parmi toutes les cultures. Or, s’il persiste au sein de certaines sociétés et organisations comme partie intégrante de la notion de rétributio…

Français

Au lendemain de la disparition de leur « calife » autoproclamé Abou Bakr al-Baghdadi, tué en Syrie à l’automne 2019 et chef historique du mouvement jihadiste État islamique, ses partisans promettent une redoutable vengeance à leurs adversaires. Partout dans le monde, ils frappent sans relâche, animés par un insatiable et durable désir vengeur qui caractérise la cause d’une majorité de mouvances terroristes. Malgré sa prévalence émotionnelle, ce puissant désir de vengeance n’a jusqu’à présent fait l’objet que de traitements parcellaires dans la littérature consacrée au jihadisme. Cet article se propose de combler ce déficit en étudiant, dans une double démarche théorique et empirique, cette dimension négligée. Il revient tout d’abord sur la problématique générale de la vengeance dans la violence terroriste, puis conceptualise la question singulière du désir vengeur jihadiste à travers une approche transnationale, sur un semestre, des attaques revendiquées ou inspirées par l’État islamique.

Myriam Benraad
Professeure à l’Institut libre d’étude des relations internationales (ILERI) et chercheure associée à l’Institut de recherches et d’études sur les mondes arabes et musulmans (IREMAM, CNRS). Auteure, entre autres publications, de L’État islamique pris aux mots (Paris, Armand Colin, 2017) et de Jihad : des origines religieuses à l’idéologie (Paris, Le Cavalier Bleu, 2018).
Dernière publication diffusée sur Cairn.info ou sur un portail partenaire
cet article est en accès conditionnel
Acheter cet article 4,00€ 13 pages, électronique uniquement
HTML et PDF
add_shopping_cart Ajouter au panier
Autre option
Membre d'une institution ? business Authentifiez-vous
Mis en ligne sur Cairn.info le 20/07/2020
https://doi.org/10.3917/come.113.0225
Pour citer cet article
Distribution électronique Cairn.info pour L'Harmattan © L'Harmattan. Tous droits réservés pour tous pays. Il est interdit, sauf accord préalable et écrit de l’éditeur, de reproduire (notamment par photocopie) partiellement ou totalement le présent article, de le stocker dans une banque de données ou de le communiquer au public sous quelque forme et de quelque manière que ce soit.
keyboard_arrow_up
Chargement
Chargement en cours.
Veuillez patienter...