CAIRN.INFO : Matières à réflexion

L’Université est en crise. Une crise qui se lit comme un symptôme parmi d’autres d’un essoufflement économique structurel. En réalité, cette situation est le produit d’un choix de société. La rhétorique qui brandit le spectre de la crise financière pour justifier les réductions budgétaires, les suppressions de postes ainsi que la dévalorisation des inutiles et peu rentables sciences humaines et sociales est bien plutôt la conséquence d’un changement de paradigme opéré en amont.
Toutefois, si ces choix réalisés à une échelle plus globale sont indéniablement à l’origine des transformations subies par le monde universitaire, notre propos n’est pas de relayer la vision dichotomique qui oppose trop souvent l’Université au reste de la société, rejetant toute la faute sur cette dernière. L’Université est partie prenante de la société. Aussi notre intention est-elle de démêler le discours victimaire dominant et de montrer comment ses acteurs participent de la situation dans laquelle elle se trouve aujourd’hui. Au lieu d’entretenir l’illusion d’un monde académique détaché du contexte social et politique et tout entier dévoué à la science, il nous semble essentiel de prendre la juste mesure des interactions entre Université et société, et des effets de cette imbrication sur la production de nos savoirs et connaissances pour éclairer de manière pertinente les problèmes qui se posent actuellement.
Au cours du xxe siècle, les représentations et les catégories de l’économie, de l’entreprise transnationale, ainsi que les valeurs et les injonctions qui s’y rattachent se sont progressivement imposées à l’ensemble de la société, au détriment de celles de l’État-nation qui dominaient le siècle précédent…

Français

L’Université est en crise mais, contrairement au discours victimaire dominant, ses acteurs participent du nouvel ethos néolibéral, renforcent les positions dominantes acquises et refusent de mener à bien leur auto-analyse collective.

Éloïse Adde
Éloïse Adde est post-doctorante à l’université du Luxembourg. Historienne, spécialiste de la Bohême médiévale, elle propose une archéologie de l’idée de nation. Elle est l’auteur de La Chronique de Dalimil (Sorbonne, 2016).
Cette publication est la plus récente de l'auteur sur Cairn.info.
cet article est en accès conditionnel
Acheter le numéro 12,99€ 192 pages, électronique uniquement
HTML et PDF (par article)
add_shopping_cart Ajouter au panier
Acheter cet article 3,00€ 13 pages, électronique uniquement
HTML et PDF
add_shopping_cart Ajouter au panier
Autre option
Membre d'une institution ? business Authentifiez-vous
Mis en ligne sur Cairn.info le 21/10/2018
https://doi.org/10.3917/espri.1810.0127
Pour citer cet article
Distribution électronique Cairn.info pour Éditions Esprit © Éditions Esprit. Tous droits réservés pour tous pays. Il est interdit, sauf accord préalable et écrit de l’éditeur, de reproduire (notamment par photocopie) partiellement ou totalement le présent article, de le stocker dans une banque de données ou de le communiquer au public sous quelque forme et de quelque manière que ce soit.
keyboard_arrow_up
Chargement
Chargement en cours.
Veuillez patienter...