CAIRN.INFO : Chercher, repérer, avancer.
linkThis article is available in English on Cairn International

Tout le monde connaît Uber, Blablacar, Airbnb et Wikipédia, mais ces réussites emblématiques ne sont que la partie la plus visible d’un vaste ensemble d’innovations dont l’un des traits communs est d’avoir été rendues possibles par Internet. Mieux que tout autre critère distinctif, c’est une nouvelle manière de mettre en rapport une offre et une demande de services qui définit l’économie collaborative. Cette caractérisation transcende l’opposition bien réelle entre des pratiques relevant d’une intensification de la concurrence marchande (Uber) et celles qui participent d’une « démarchandisation », au sens d’une extension des échanges non monétaires (Wikipédia). L’écart entre ces deux pôles, qui ne peut être nié, ne doit pas masquer la prégnance, dans l’ensemble du champ de l’économie collaborative, d’une dynamique d’hybridation de la logique marchande. Ce phénomène d’hybridation porte en germe de profonds changements, non pas seulement dans la manière de produire de la richesse mais aussi dans toutes les activités de l’ensemble du système social.
Qu’elles relèvent de l’utopie sociale ou du big business, les activités constitutives de l’économie collaborative sont avant tout des activités de mise en relation à grande échelle qui tirent pleinement parti des possibilités offertes par Internet. Le réseau permet, d’une part, la constitution de vastes communautés de demandeurs et d’offreurs aux motivations variées et, d’autre part, la mise en place de procédures de sécurisation des échanges (à travers notamment les systèmes de réputation et la géolocalisation) qui permettent d…

linkThis article is available in English on Cairn International
Français

L’économie collaborative se développe sensiblement. Elle met en cause la logique marchande du système capitaliste. S’inscrit-elle dans la transition écologique ? Ses composantes sont multiples et parfois contradictoires. Elle s’inscrit dans un mouvement général de suppression des intermédiaires. Elle valorise l’autonomie individuelle mais peut aussi contribuer à la création de communs. L’enjeu serait de l’articuler avec d’autres formes économiques émergentes comme l’économie sociale et solidaire et l’économie circulaire.

Bernard Perret
Dernière publication diffusée sur Cairn.info ou sur un portail partenaire
cet article est en accès conditionnel
Acheter le numéro 12,00€ 144 pages, papier + électronique
HTML et PDF (par article)
add_shopping_cart Ajouter au panier
Acheter cet article 3,00€ 10 pages, électronique uniquement
HTML et PDF
add_shopping_cart Ajouter au panier
Autres options
Membre d'une institution ? business Authentifiez-vous
Abonné(e) à la revue ? done Activez votre accès
Mis en ligne sur Cairn.info le 28/12/2018
https://doi.org/10.3917/etu.4256.0029
Pour citer cet article
Distribution électronique Cairn.info pour S.E.R. © S.E.R.. Tous droits réservés pour tous pays. Il est interdit, sauf accord préalable et écrit de l’éditeur, de reproduire (notamment par photocopie) partiellement ou totalement le présent article, de le stocker dans une banque de données ou de le communiquer au public sous quelque forme et de quelque manière que ce soit.
keyboard_arrow_up
Chargement
Chargement en cours.
Veuillez patienter...