CAIRN.INFO : Chercher, repérer, avancer.

1Un problème de handicap physique. Un choix aussi.

2Je recevais ailleurs, avant, dans un cabinet. J’ai dû arrêter...

3Alors ? Accepter un certain dévoilement.

4Ils rentrent dans le salon. Ils regardent...

5C’est chaleureux, chez moi.

6Un canapé, avec des coussins, des fauteuils. Mon fauteuil un peu « spécial »...

7Il y a des grandes images aux murs : Klee, Kandinsky... Une cheminée qui ne fonctionne pas, pleine de vieux vinyles, une télé. Des plantes, des bougies, des cassettes vidéo et des DVD...

8De l’autre côté, un grand meuble avec ma chaîne stéréo, deux grandes enceintes, des CD... Surtout du classique...

9En face, deux bibliothèques avec des livres : voyages, art, bd, polars, contes, une étagère de livres consacrés aux charmes féminins... Plusieurs gravures aussi dans la pièce représentant des dames pas toujours très vêtues...

10Un masque de diable mexicain sur un mur, et plusieurs autres effigies dionysiaques... Une tanagra et plusieurs statuette : Vénus Callipyge, Bouddhas, Golem, Bustes, Tortues chinoises...

11Mon « autel » : des bougies, un napperon, des objets que j’aime et qui ont un sens pour moi : galets, coquillages, cristaux de roche. Au dessus de l’autel, les photos des gens que j’aime...

12Ils les voient. Certains hésitent à regarder, d’autres le font, plutôt discrètement.

13Je l’accepte. Ils viennent chez moi, ils contactent cet être-là qui a ces gens-là dans sa vie...

14L’espace est net. Les portes donnant dans le reste de l’appartement fermées. Clôture symbolique : « Je t’accueille chez moi, je te laisse voir une partie de moi, mais pas tout ». Même dans ce que je laisse à voir, j’ai introduit une certaine neutralité. Le décor où je reçois est simplement illustratif de ce que je suis.

15Sensuel. Des images, de la musique, des amis...

16Finalement, mes clients me disent qu’ils y sont bien. Au début, c’est dense. C’est beaucoup pour certains. Agréable pour d’autres. Ils choisiront de rester aussi en fonction de cela...

17Geneviève a été perturbée par le diable... occasion d'un premier travail.

18Romane a choisi le canapé, elle se blottit parfois dans les coussins, s’enroule dans la couverture rouge. Je crois que le cadre lui plaît. Que ce contact avec ce thérapeute-là, lui plaît.

19Juliette était étonnée des photos de femmes. Elle a mis un moment à s’habituer ici, car elle m’a suivi au moment du changement de lieu. Finalement, elle s’y sent bien. Plus tranquille.

20On travaille avec la rencontre. Mon attitude est sobre. L’environnement riche. Stimulant. Des objets qui induisent, peut-être... Qui sont là simplement.

21« S’apparaître à l’occasion de l’autre », dans l’espace de l’autre, espace transformé par la présence de celui qui vient. Transformé par ce qui se tisse là. Espace transformant aussi : mon travail, c’est, ici de faire suffisamment de vide dans l’entre-deux de la relation pour que l’« accueilli » puisse y construire quelque chose de sa vie. Dans la richesse d’un lieu où il se sente bien, reconnu, respecté, dorloté si besoin est, tranquille.

22Métonymie du thérapeute, son lieu est un havre, il est accueil, il est support, il est engagement à de possibles transports...

Charles Koskas
Dernière publication diffusée sur Cairn.info ou sur un portail partenaire
Mis en ligne sur Cairn.info le 24/01/2008
https://doi.org/10.3917/gest.033.0125
Pour citer cet article
Distribution électronique Cairn.info pour Société française de Gestalt © Société française de Gestalt. Tous droits réservés pour tous pays. Il est interdit, sauf accord préalable et écrit de l’éditeur, de reproduire (notamment par photocopie) partiellement ou totalement le présent article, de le stocker dans une banque de données ou de le communiquer au public sous quelque forme et de quelque manière que ce soit.
keyboard_arrow_up
Chargement
Chargement en cours.
Veuillez patienter...