Accueil Revues Revue Numéro Article

InfoKara

2006/1 (Vol. 21)


ALERTES EMAIL - REVUE InfoKara

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 32 - 33 Article suivant

Introduction

1

Au niveau juridique cantonal genevois, la loi K1 80, en 1997 accorde une large place aux droits des patients. Dès 1996, l’alinéa 5.3 précise :... « les directives anticipées rédigées par le patient avant qu’il ne devienne incapable de discernement, doivent être respectées par les professionnels de la santé s’ils interviennent dans une situation thérapeutique que le patient avait envisagée... ».

2

Cette démarche souhaitée par le patient est fondée sur une relation de confiance entre lui et les soignants, et s’appuie sur les principes éthiques de bienfaisance et d’autonomie. La personne exprime par avance sa volonté quant à la prise en soins qu’elle souhaite, si elle n’est plus en mesure de s’exprimer elle-même. La désignation d’un ou de plusieurs représentant(s) thérapeutique(s) est mentionnée dans la législation et les recommandations déontologiques.

3

L’objectif de ce travail est de caractériser les patients âgés hospitalisés qui ont désiré élaborer leurs directives anticipées, et de mesurer leur rôle et leur impact à court terme.

Méthode

4

Elle est basée sur une revue rétrospective des dossiers des patients hospitalisés au Centre de soins continus et à l’hôpital de Gériatrie, suivis par l’Equipe Mobile d’Antalgie et Soins Palliatifs. Ce sont des personnes qui ont souhaité ou qui avaient déjà élaboré leurs directives anticipées, et ce durant les années 2004 et 2005.

Résultats

5

83 patients ont été inclus, dont 51 femmes. L’âge moyen est de 80.4 ans (62-94). Le diagnostic principal est un cancer (n : 52), une cardiopathie ischémique avancée (18), une pathologie pulmonaire avancée (4), une maladie rénale et hépatique terminale (5), une rééducation suite à une fracture (4).16 patients avaient déjà élaboré leurs directives anticipées avant leur hospitalisation. Les principaux items notés concernent : une antalgie adéquate (15), des souhaits quant à une réanimation (11), une hydratation, une nutrition (8), et la volonté de refuser un acharnement thérapeutique (5). Dix personnes qui les avaient déjà rédigées ont souhaité les réactualiser. Les principales motivations des patients pour élaborer des directives anticipées étaient le refus d’un acharnement thérapeutique (29), et celui de pouvoir exprimer ce qu’ils souhaitent ou ne souhaitent pas (27). La démarche est menée en moyenne au cours de 2 à 3 entretiens avec le patient. Ses proches selon le souhait de ce dernier sont associés. Seulement 30 patients ont finalisé leurs directives anticipées. 20 d’entre eux sont retournés à domicile avec des exemplaires transmis aux représentants thérapeutiques et au médecin traitant, selon la demande du patient. Les directives anticipées finalisées ont été respectées chez les 10 patients décédés. Concernant les 47 autres patients, 18 personnes ont reçu l’information, mais n’ont pas souhaité poursuivre la démarche ; 15 ont exprimé des souhaits ou valeurs, mais n’ont pas souhaité que les directives soient transcrites. Une transmission écrite à ce moment-là a été portée dans le dossier médico-infirmier, puis transmise au réseau de soins à la sortie du patient. Les principaux items cités dans les directives anticipées ou dans les dossiers, concernent l’administration adéquate d’antalgiques (39), la nutrition artificielle (35), la réanimation (33), mais aussi le souhait d’avoir ou pas une autopsie (22) et/ou d’autres volontés post-mortem (24). Quatorze patients n’ont pu aller au bout de la démarche en raison d’une baisse rapide de leur état général ou de la survenue d’un delirium.

Conclusion

6

Même si seulement une petite moitié des patients âgés hospitalisés qui souhaitent rédiger leurs directives anticipées vont jusqu’au bout de la démarche, l’initiation de ce processus permet souvent de mieux préciser les souhaits, les valeurs de la personne et étaye d’une façon plus approfondie et pertinente le projet de soins.

Notes

[*]

Correspondance : Sophie Pautex, Centre de soins continus, 11 chemin de la Savonnière, CH-1245 Collonge Bellerive, Genève.

Courriel : Sophie. Pautex@ hcuge. ch

Plan de l'article

  1. Introduction
  2. Méthode
  3. Résultats
  4. Conclusion

Article précédent Pages 32 - 33 Article suivant
© 2010-2018 Cairn.info
Chargement
Connexion en cours. Veuillez patienter...