CAIRN.INFO : Matières à réflexion

Au début des années 80, un peu avant le lancement de la Perestroïka, un groupe de jeunes artistes bouscule la scène artistique pétersbourgeoise. Touche-à-tout, irrévérencieux et libertaires, les « Novye », les Nouveaux, se saisissent d’absolument tout pour « se réaliser ». S’appropriant l’héritage de l’avant-garde russe qu’ils synchronisent avec les mouvements internationaux (pop-art, néo-expressionnisme, etc.), ils proposent une autre synthèse des arts. Certains viennent du mouvement hippie, d’autres appartiennent à la mouvance punk, quelques-uns sont plutôt dandy et fréquentent les Teddy boys. Natifs de Leningrad pour la majorité d’entre eux, ils attirent progressivement des nouveaux arrivants comme Afrika (Sergueï Bougaïev) ou Inal Savchenkov venus de Novorossisk ou encore Oleg Maslov et Oleg Zaïka, venus de Penza. Ils ont entre 15 et 30 ans à l’orée des années 1980. La plupart sont nés à la fin des années 1950, un peu après la mort de Staline, le plus âgé, Vladislav Goutsevitch, a vu le jour en 1949 et le plus jeune, Sergueï Bougaïev n’a que 16 ans lorsqu’il arrive à Leningrad en 1982. Tous sont viscéralement attachés à cette ville de Leningrad plusieurs fois rebaptisée, mais invariablement dénommée Piter dans le langage familier. Aussi sombre que somptueuse, la capitale déchue, la ville-martyr, qui compte 4 millions d’habitants en 1979, continue d’attirer des jeunes audacieux. Dans le groupe peu ont fait des études supérieures, la plupart ont fui assez tôt les bancs de l’école pour échapper au carcan pédagogique et idéologique qui les oppresse…

Mireille Besnard
Historienne de formation et diplômée des Langues 0’, travaille dix ans dans l’humanitaire sur diverses zones de conflits armés avant de se consacrer à la photographie. Depuis 2013, elle développe une réflexion et un travail plastique questionnant l’expérience photographique et son impact psychique. Dans des installations, qui mettent en jeu les formes photographiques, elle cherche à pousser les récits individuels et collectifs vers une mobilité plastique et narrative. Elle collabore régulièrement en tant que critique à la revue www.francefineart.com. De 1992 à 1997, elle vit par intermittence à Saint-Pétersbourg où elle côtoie les milieux artistiques.
Dernière publication diffusée sur Cairn.info ou sur un portail partenaire
Il vous reste à lire 96 % de cet article.
Acheter le numéro 20,00€ 316 pages, électronique uniquement
html et pdf (par article)
add_shopping_cart Ajouter au panier
Acheter cet article 5,00€ 18 pages, format électronique
(html et pdf)
add_shopping_cart Ajouter au panier
Autre option
Membre d'une institution ? business Authentifiez-vous
Mis en ligne sur Cairn.info le 05/01/2018
https://doi.org/10.3917/lige.157.0179
Pour citer cet article
Distribution électronique Cairn.info pour Éditions Ligeia © Éditions Ligeia. Tous droits réservés pour tous pays. Il est interdit, sauf accord préalable et écrit de l’éditeur, de reproduire (notamment par photocopie) partiellement ou totalement le présent article, de le stocker dans une banque de données ou de le communiquer au public sous quelque forme et de quelque manière que ce soit.
keyboard_arrow_up
Chargement
Chargement en cours.
Veuillez patienter...